4 min de lecture Santé

Intolérance au gluten et au lactose : 6 clichés passés au crible

Vous soupçonnez une intolérance au gluten ou au lactose ? Une nutritionniste vous donne ses conseils pour en être sûre et adapter votre alimentation.

Avant d'abandonner vos céréales du matin, consultez un médecin si vous soupçonnez une intolérance alimentaire
Avant d'abandonner vos céréales du matin, consultez un médecin si vous soupçonnez une intolérance alimentaire
MorganeGiuliani
Morgane Giuliani
Journaliste RTL

Ces dernières années, les produits "sans gluten" ont envahi les rayons des supermarchés, à cause d'une hausse (supposée) du nombre de personnes souffrant d'intolérance au gluten, un mélange de protéines et d'amidon, que l'on trouve dans la plupart des céréales. L'intolérance au lactose, c'est-à-dire, au sucre contenu dans le lait de vache, toucherait également de plus en plus de personnes.

Il est tout aussi risqué de prendre un mal de ventre passager pour un signe d'intolérance, que de passer à côté d'une intolérance avérée, qui peut avoir des conséquences graves dans le cas du gluten. Comment démêler le vrai du faux ? La nutritionniste Florence Foucault nous explique tout.

1. Il y a de plus en plus d'intolérants : faux

L'Association française des intolérants au gluten estime qu'une personne sur 100 en Europe peut développer cette maladie. Selon elle, seuls "10 à 20% des cas seraient diagnostiqués" en France.

À lire aussi
Des centaines d'irlandaises vont porter leurs robes de mariées contre le cancer Santé
Wedding Dress Wednesday : porter sa robe de mariée pour lutter contre le cancer

Il y a plus d'intolérants parce qu'on détecte les intolérances plus facilement qu'avant

Florence Foucault
Partager la citation

"Pendant des années, l'intolérance au gluten était mal connue, et les gastro-entérologues n'y pensaient pas", révèle Florence Foucault, nutritionniste dans le 9e arrondissement de Paris. "Dès lors, le nombre de personnes avec une intolérance alimentaire augmente parce qu'on détecte les intolérances plus facilement qu'avant. Mais cela ne veut pas pour autant dire qu'il y a plus d'intolérants."

2. On peut s'auto-diagnostiquer intolérant : faux

"Il faut un vrai diagnostic médical", insiste Florence Foucault. On oublie de suite de jouer au docteur. 

Concernant l'intolérance au gluten, deux tests sont à faire : un test saguin et un prélèvement de muqueuse intestinale lors d'une biopsie (bon appétit). Pas une partie de plaisir, donc, mais indispensable pour savoir si on est réellement intolérante au gluten.

Quant à l'intolérance au lactose, c'est plus compliqué : il n'existe pas de test clair, à part noter les troubles digestifs ressentis et voir s'ils suivent l'ingestion d'aliments contenant du lactose. On en parle à un médecin, qui décide ensuite d'établir un lien de cause à effet, ou pas. 

3. Une intolérance peut se déclencher à tout moment : plutôt vrai

C'est vrai pour l'intolérance au lactose. Florence Foucault explique qu'elle peut se déclencher lorsqu'on a épuisé notre réserver de lactase, l'enzyme qui permet de digérer le lactose.

"L'intolérance au gluten peut se détecter dès la naissance, quand on essaie d'alimenter le nourrison avec des farines contenant du gluten, et que cela lui donne des maux d'estomac", nuance par ailleurs la nutritionniste. 

4. Il faut arrêter certains aliments en cas d'intolérance : vrai

C'est surtout vrai en ce qui concerne l'intolérance au gluten : "Il faut faire une éviction totale et définitive des céréales contenant du gluten, c'est-à-dire le blé, le seigle, l'avoine et l'orge", indique Florence Foucault. Il n'y a pas à tergiverser, manger du gluten alors qu'on y est intolérant peut avoir des conséquences désastreuses, comme un lymphome intestinal (une maladie du sang), une dépression ou une altération de la mémoire. 

L'intolérance au lactose nécessite de "retirer de son alimentation le lactose, essentiellement le lait et un peu les yaourts", indique Florence Foucault. Vous pouvez prendre du lait délactosé ou bien, fait à partir de soja, d'amande ou de riz. Pareil pour les yaourts, que l'on trouve à présent facilement au soja. "Par contre, il faut continuer à manger des fromages et autres produits laitiers, qui sont les principales sources d'apport en calcium." Cependant, il faut être prudent lorsque l'on cuisine ou que l'on mange à l'extérieur, et limiter l'usage du lait de vache dans nos préparations. 

Un autre moyen de mieux vivre son intolérance au lactose est de se procurer de la lactase en cachets. Un cachet de 10.000 FCC est très chargé en lactase, et peut donc suffire avant un repas contenant du lactose. Tout dépend de son niveau d'intolérance.

Acheter de lactase en cachets est parfaitement légal mais peu connu en France, où les flacons sont difficiles à trouver en pharmacie et coûtent cher : entre 15 et 25 euros pour les marques Alvityl ou Solgar. Chez nos voisins allemands, la marque Biolabor est bien moins chère (autour de onze euros le gros flacon). Si vous ne pouvez pas vous rendre en Allemagne, vous pouvez en commander sur le site Frusano. Ils envoient même une petite plaque de chocolat sans lactose avec le paquet. 

5. Le seuil d'intolérance varie : plutôt vrai

Comme on l'a suggéré plus haut, l'intolérance au lactose varie selon les personnes. La seule manière de prendre conscience de la sienne est de tester ses limites, au risque d'avoir pas mal de désagréments intestinaux. Une fois établies, on peut jauger en quelle quantité prendre des cachets de lactase pour accompagner les repas contenant du lactose. Ce n'est pas le cas de l'intolérance au gluten, où il faut supprimer tout aliment en contenant. 

"Nous n'avons pas encore assez de recul pour constater si une intolérance au lactose peut varier à travers le temps", reconnaît cependant Florence Foucault. 

6. Manger sans gluten est sain : faux

Attention à l'effet de mode : des régimes prônent le sans-gluten ou le "sans produits laitiers" comme une manière plus "saine" de manger, ce qui est faux, comme le rappelle l'Association Française des Diététiciens Nutritionnistes, dont Florence Foucault fait partie. Girls en avait déjà parlé dans l'article "Dix mythes minceurs débusqués".

"Si on enlève arbitrairement des aliments sans voir s'il y a vraiment un rapport de cause à effet, on risque d'aller vers du trouble du comportement alimentaire", prévient Florence Foucault.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Santé Alimentation
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779659007
Intolérance au gluten et au lactose : 6 clichés passés au crible
Intolérance au gluten et au lactose : 6 clichés passés au crible
Vous soupçonnez une intolérance au gluten ou au lactose ? Une nutritionniste vous donne ses conseils pour en être sûre et adapter votre alimentation.
https://www.rtl.fr/girls/intime/intolerance-au-gluten-et-au-lactose-6-cliches-passes-au-crible-7779659007
2015-09-12 12:36:51
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DRFUL-94exTWiyx6b9eJcA/330v220-2/online/image/2015/0909/7779661695_avant-d-abandonner-vos-cereales-du-matin-consultez-un-medecin-si-vous-soupconnez-une-intolerance-alimentaire.jpg