2 min de lecture Syrie

Syrie : pourquoi suivre Bana Alabed, petite fille d'Alep, sur Twitter

FOLLOW - À tout juste 7 ans, cette jeune Syrienne fait vivre les effrayantes coulisses de la guerre en Syrie via son compte Twitter. Après avoir été supprimé, son profil a redonné signe de vie.

Bana Al-Abed lit pour oublier les bombes d'Alep
Bana Al-Abed lit pour oublier les bombes d'Alep
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Sa vie ne tient qu'à un fil, celui de Twitter. Lorsque son compte est silencieux, le doute plane. Bana est-elle finalement morte sous les bombes, celles qui ont déjà tué ses camarades de classe, ses voisins et ses concitoyens ? C'est la crainte qui anime les internautes abonnés au compte de cette Syrienne de 7 ans. Elle leur raconte l'enfer quotidien du siège à Alep, en Syrie. Depuis presque 24 heures, son fil Twitter ne relevait aucune activité. Le compte a même été supprimé après un dernier message alarmant. 

Ce tweet disait : "Sous les bombes. Nulle part où aller, chaque minute sent la mort. Priez pour nous. Au revoir". De quoi inquiéter les 213.000 abonnés de Bana Alabed. Bana a finalement redonné signe de vie ce mardi 6 décembre, expliquant qu'elle allait mieux depuis qu'elle était soignée sans être bombardée en même temps. La fillette a été forcée de fuir la ville avec ses deux frères et sa mère. Sa maison ayant été bombardée la semaine dernière. 

Le compte Twitter de Bana est à suivre absolument si l'on veut se rendre compte de l'horreur de la guerre à Alep, mais pas que. Dans toute la Syrie, comme le rappelle Bana dans un de ses tweets, les habitants et opposants au régime de Bacahar al-Assad sont visés par les bombardements syriens et russes, au détriment de la vie de nombreux civils, dont des enfants. Bana raconte d'ailleurs avoir perdu une de ses amies dans les attaques à la bombe. 

Grâce à elle, les internautes du monde entier peuvent se rendre compte de la gravité de la situation à Alep. Le quotidien effrayant des bombes qui viennent tout détruire. Certains tweets font prendre conscience de son quotidien et traduisent sa peur : passera-t-elle la nuit ? 

Celle qui s'est aussi fait connaître en interpellant l'auteure d'Harry Potter, J.K Rowling, a réussi à avoir un écho dans le monde entier et à porter la voix des enfants d'Alep et d'ailleurs. Si certains de ses messages respirent encore l'espoir de sortir de la ville assiégée, d'autres montrent les moments d'abandon, comme celui-ci : "On renonce à la vie".

Le compte de Bana a été ouvert en septembre dernier, quand Alep a été déclarée en état de siège. Une courte biographie traduit les enjeux du profil : "Salut, je m'appelle Bana, je suis une petite fille de 7 ans. Ma mère et moi tweetons depuis Alep-Est. Le compte est managé par maman". C'est donc parfois sa mère qui signe les messages. Le premier d'entre eux en dit long sur la situation en Syrie : "J'ai besoin de paix".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Alep Twitter
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786150540
Syrie : pourquoi suivre Bana Alabed, petite fille d'Alep, sur Twitter
Syrie : pourquoi suivre Bana Alabed, petite fille d'Alep, sur Twitter
FOLLOW - À tout juste 7 ans, cette jeune Syrienne fait vivre les effrayantes coulisses de la guerre en Syrie via son compte Twitter. Après avoir été supprimé, son profil a redonné signe de vie.
https://www.rtl.fr/girls/identites/syrie-pourquoi-suivre-bana-alabed-petite-fille-d-alep-sur-twitter-7786150540
2016-12-07 09:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/laUo3h0ZrGlLAzXCwQQg_A/330v220-2/online/image/2016/1007/7785165586_bana-al-abed-lit-pour-oublier-les-bombes.jpg