1 min de lecture Médias

Pourquoi le journal "Libération" est plus cher pour les hommes ce 8 mars

Pour mettre en évidence les écarts de salaires entre les hommes et les femmes, estimés à 25 % en France, le quotidien français a décidé de différencier son prix de vente en cette journée international des droits des femmes.

Le journal Libération (illustration)
Crédit Image : KENZO TRIBOUILLARD / AFP

À sa manière, Libération a décidé de passer à l'offensive. En cette journée internationale des droits des femmes, comme chaque année le 8 mars, les inégalités entre les femmes et les hommes sont une nouvelle fois pointées du doigt. En 2018, les écarts de salaires occupent le devant de la scène.

Une différence également pointée du doigt par le quotidien français. Pour dénoncer cela, Libération publié symboliquement deux journaux différents, à deux prix différents ce jeudi 8 mars. Un montant pour les femmes (2 euros) et un prix pour les hommes (2,5 euros). "Malgré la loi, l'écart de salaires entre les hommes et les femmes est toujours de 25% en France. Pour mettre en évidence cette injustice, Libération a décidé d'appliquer, pour une journée, la même différence à son prix de vente", peut-on lire sur la Une.

Réfutant toute "punition", Libération annonce que "les bénéfices éventuels seront reversés au Laboratoire de l'égalité".

Une action inspirée d'un mensuel canadien

Cette opération aurait également pu prendre une autre forme alors que Libé s'est posé la question de "faire une fleur aux femmes" avec la mise en place d'un prix inférieur (1,5 euro). Cependant, cela "avait des airs d'aumône", affirme le quotidien dans ses pages intérieures, en précisant qu'il s'était inspiré de la démarche initiée par un mensuel canadien, Maclean's, dans son édition de mars.

"Notre geste du 8 mars, quoique symbolique, aura peut-être un effet : celui d'une piqûre de rappel", espère le directeur de la rédaction, Laurent Joffrin, dans son éditorial. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés