4 min de lecture Féminisme

Pour Nora Bouazzouni, les femmes qui cuisinent sont des "cheffes" avant tout

INTERVIEW - L'auteure de "Faiminisme" explique en quoi alimentation et sexisme sont liés depuis plus longtemps que vous ne le croyez.

Nora Bouazzouni dénonce dans "Faiminisme" l'invisibilisation des cheffes
Nora Bouazzouni dénonce dans "Faiminisme" l'invisibilisation des cheffes Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Il faut s'accrocher pour lire Faiminisme, Quand le sexisme passe à table, l'essai de Nora Bouazzouni, publié le 22 août dernier aux éditions Nouriturfu. Mais rassurez-vous, cela n'a rien d'une (mauvaise) critique, bien au contraire.

Parce que l'on ne s'ennuie pas pendant la lecture de ce texte féministe très bien structuré, particulièrement documenté, qui déconstruit de nombreuses idées reçues et qui conviendra aussi bien aux aficionados du sujet qu'aux débutants souhaitant comprendre comment fonctionne la société actuelle. Mais surtout, pourquoi elle peine encore autant à assurer une égalité réelle entre les femmes et les hommes.

Page après page, Nora Bouazzouni s'attaque dans Faiminisme au patriarcat sous le prisme de l'alimentation. De la pré-histoire à aujourd'hui, la journaliste décortique ce qui a amené les femmes à rester à la maison plutôt qu'à chasser le gibier (et ce n'est pas forcément pour les raisons auxquelles vous pensez), à se voir interdire l'entrée dans les plus grandes guides internationaux (ce fameux plafond de verre) ou à subir des injonctions très prononcées liées à leur apparence physique (la fameuse trilogie beauté-jeunesse-minceur). 

Bref, accrochez-vous à la lecture de cet ouvrage dense parce que vous allez découvrir bien plus que vous ne l'auriez pensé. "Écrire ce livre m'a rendue plus pessimiste que je ne l'étais au départ", confie à Girls Nora Bouazzouni.

À lire aussi
Le cycle de la lune est censé nous aider à nous reconnecter à notre corps et à nos énergies féminines tendances
Le féminin sacré : cette tendance libère-t-elle vraiment les femmes ?

Sans vous souhaiter une cure de crème glacée sous la couette pour le reste de la semaine, Faiminisme vous permettra de comprendre en quoi les inégalités sont ancrées dans nos sociétés depuis les débuts de l'humanité.

On a rencontré Nora Bouazzouni pour en savoir un peu plus sur l'écriture de ce livre et pour qu'elle vous livre quelques conseils à appliquer des aujourd'hui pour un premier pas vers l'égalité (allez-y, c'est gratuit). 

Tout découle de ce moment de l'humanité où les hommes ont décidé que le pouvoir leur appartenait.

Nora Bouazzouni, auteure de "Faiminisme"
Partager la citation

Girls : Pourquoi ce livre ?
Nora Bouazzouni : Le féminisme et l'alimentation sont deux sujets qui me tiennent beaucoup à cœur. Je cuisine beaucoup, j'essaie d'aller au restaurant quand mes moyens me le permettre. Je m'étais rendue compte que dans le monde de la restauration, les femmes étaient représentées de manière assez faible et peu médiatisées mais je n'avais pas réalisé à quel point le sexisme concernait toutes les strates de l'alimentation. Quand mes éditeurs sont venus me proposer l'idée de ce livre je l'ai trouvée géniale et j'ai commencé à travailler dessus.

Le sexisme, les inégalités, même la corpulence des femmes, tout remonte à la nuit des temps, en fait ?
On se rend compte qu'avec le sexisme et l'alimentation, c'est un peu comme une bobine : on tire sur le fil et cela ne s'arrête jamais. C'est pour cela que, dans le livre, je remonte au néolithique. Le sexisme n'est pas un phénomène nouveau et tout découle de ce patriarcat, c'est-à-dire de ce moment de l'humanité où les hommes ont décidé que le pouvoir leur appartenait.

"On dit 'femme chef' comme pour rappeler qu'une cheffe est avant tout femme"
"On dit 'femme chef' comme pour rappeler qu'une cheffe est avant tout femme" Crédit : iStock / Getty Images Plus

Tu as fais le choix de l’écriture inclusive (1), à la différence par exemple de Vérane Frédiani qui a intitulé son documentaire sur le même sujet À la recherche des femmes chefs ?
C'était tout à fait naturel d'écrire comme cela. Lorsque j'en ai parlé à mon éditeur et mon éditrice, ils ont tout de suite été partants et m'ont même répondu que si je ne l'avais pas fait ils me l'auraient demandé. Je fais d'ailleurs une parenthèse dans le livre sur la grammaire française. C'est incroyable d'invisibiliser les femmes jusque dans la profession. On dit "femme chef" comme pour rappeler qu'une cheffe est avant tout femme, mère, une personne inférieure aux hommes. C'était donc très important de féminiser les mots et d'inclure les deux genres les plus répandus pour que tout le monde puisse se sentir concernés.

Comment, à notre échelle de citoyen et citoyenne français(es), peut-on améliorer les choses pour les femmes ?
Il faut faire le boulot que les critiques gastronomiques - qui sont en grande majeure partie des hommes - oublient de faire : pour celles et ceux qui peuvent se le permettre, cela veut dire se rendre dans des restaurants où ce sont les femmes qui cuisinent, leur faire de la pub, les mettre en valeur quand on aime ce qu'elles font.

C'est aussi signer des pétitions en ligne parce que l'on n'a pas toutes et tous les moyens de coller des affiches dans la rue ou de prendre un jour de congé pour aller manifester. Améliorer les choses pour les femmes c'est aussi refuser d'être la seule femme lors d'un jury dans un festival par exemple, et arrêter de poser aux femmes des questions sur leur statut de femme, justement. Et enfin, c'est être solidaire (que l'on soit homme ou femme) avec les femmes.

Je voulais un outil ludique et pédagogique

Nora Bouazzouni, auteure de "Faiminisme"
Partager la citation

Et quelles sont selon toi les initiatives plus globales que l’on pourrait mettre en place ?
L'écriture inclusive parce qu'il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas que c'est symptomatique de l'invisibilisation globale des femmes dans la société. Il faudrait aller voir les institutions pour leur présenter un projet, pour réformer l'orthographe (ça existe !) et enfin pouvoir arrêter de mettre "femme" devant le nom des professions, rétablir la règle de la proximité pour les accords, et arrêter avec cette idée que "le masculin l'emporte sur le féminin".

Quel impact souhaites-tu que la publication de cet essai entraîne ? 
Je voulais un outil ludique et pédagogique pour qu'il soit à la fois un résumé pour celles et ceux qui n'ont pas le temps de lire des pavés de 600 pages comme je l'ai fait ou un prélude pour les personnes qui souhaiteraient creuser le sujet. 

Faiminisme, Quand le sexisme passe à table de Nora Bouazzouni, Nouriturfu, à retrouver chez votre libraire, sur les sites de la Fnac et d'Amazon (14 euros).

(1) L'écriture inclusive "désigne l'ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d'assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes", selon le site ecriture-inclusive.fr.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Interview Alimentation
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790013896
Pour Nora Bouazzouni, les femmes qui cuisinent sont des "cheffes" avant tout
Pour Nora Bouazzouni, les femmes qui cuisinent sont des "cheffes" avant tout
INTERVIEW - L'auteure de "Faiminisme" explique en quoi alimentation et sexisme sont liés depuis plus longtemps que vous ne le croyez.
https://www.rtl.fr/girls/identites/pour-nora-bouazzouni-les-femmes-sont-des-cheffes-avant-tout-7790013896
2017-09-11 07:35:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/J8O2EhB__0G_x2O00KBpSg/330v220-2/online/image/2017/0908/7790015094_nora-bouazzouni-decrypte-dans-faiminisme-sexisme-et-alimentation.jpg