3 min de lecture Féminisme

Nina Daniele, "Playmate de l'Année" et féministe assumée

PORTRAIT - Après avoir posé dans le numéro "Playboy" du mois d'Avril 2017, Nina Daniele, mannequin américain, vient d'être désignée du prestigieux titre de "Playmate de l'Année". Un bon point pour le magazine qui met en avant une figure du nouveau féminisme.

Nina Daniele, Playmate du mois d'avril 2017 et désormais Playmate de l'Année
Nina Daniele, Playmate du mois d'avril 2017 et désormais Playmate de l'Année Crédit : Lozovsky/BFA/Shuttersto/SIPA
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

"C'est un rêve devenu réalité. Voici les premiers mots de Nina Daniele en réaction à l'annonce de sa victoire en tant que "Playmate de l'Année". Ce titre est désigné par Playboy à l'une des douze femmes ayant posé comme "Playmate du mois" pour le célèbre magazine de charme l'année précédente.

Nina Daniele a fait sa première série de photographies pour Playboy en avril 2017, à l'occasion du retour au nu du célèbre magazine avec sa campagne : "Être nue est normale". Depuis cette première expérience, la jeune femme née dans le Bronx, à New York, "n'a pas cessé d'être une source de lumière et de vie à travers toute la galaxie Playboy", écrit le magazine dans l'article annonçant sa victoire.

Si le mannequin incarne à la perfection ce rôle de fantasme, Nina Daniele est également une femme qui se définit comme féministe. Elle n'hésite pas à user de son pouvoir d'influence sur les réseaux sociaux pour prêcher la bonne parole de l'égalité et le droit pour toutes les femmes à disposer de leurs corps comme elles le souhaitent. Portrait d'une Playmate qui s'inscrit définitivement dans la lignée d'une société post #MeToo. 

Un (role) modèle

Cela fait 8 ans qu'elle pose devant les photographes. Quand elle a commencé, Nina Daniele n'avait pourtant pas l'allure des mannequins les plus célèbres du moment "aux corps androgynes, grands et décharnés", explique-t-elle dans son interview pour Playboy

À lire aussi
Kristin Scott Thomas était l'invitée de RTL mercredi 20 novembre. égalité hommes-femmes
Féminisme : "C'est la première fois de ma vie que je m'engage", dit Kristin Scott Thomas sur RTL

Il a fallu quelques années pour que le milieu change. "La taille et le poids ont commencé à avoir moins d'importance. On s'intéresse plus à qui vous êtes en tant que personne, ce que vous apportez comme conversation et comment vous gérez vos réseaux sociaux", ajoute la jeune femme, suivie par 166.000 personnes sur Instagram.

Sur les réseaux sociaux comme dans Playboy, Nina Daniele ne se contente en effet pas d'être une belle femme. "Avec Playboy, j'ai pu raconter ce que cela fait d'être une femme dans la société d'aujourd'hui", confie-t-elle encore avant d'ajouter que lorsqu'elle s'exprime, Nina Daniele essaie de le faire "pour toutes les femmes" et pas seulement pour elle-même.

La nudité au service de l'égalité

Quand Refinery 29 lui demande ce qu'elle pense des mannequins qui posent nues dans un magazine destiné aux hommes (est-ce une manière de s'émanciper ou de simplement satisfaire le regard masculin ?), Nina Daniele explique qu'il y a "tellement de raisons pour lesquelles je pense que poser nue est puissant mais d'abord je voudrai dire que ce n'est pas pour tout le monde. Il y a beaucoup d'autres manière d'exprimer votre confiance en vous".

Sur Instagram, Nina Daniele aime les longues légendes, toujours accompagnées d'un message dissuadant toute polémique ("vous avez un problème avec les émojis lapins qui cachent les tétons ? Quelqu'un souhaite vraiment commencer à polémiquer pendant ce joli après-midi ?"). Cette ancienne étudiante en écriture créative partage ses pensées et réflexions à celles et ceux qui la suivent. 

On m'a dit trop de fois que je n'y arriverai pas

Nina Daniele, mannequin "Playmate de l'Année"
Partager la citation

Dans une série de photographies où elle porte un t-shirt "Fuck Society", Nina Daniele écrit "j'emmerde la pression et les normes de beauté imposées par la société (...) Je veux être la voix qui vous rappelle cela. On m'a dit trop de fois que je n'y arriverai pas, que je suis trop épaisse, trop petite, trop ethnique, trop ambiguë, que mon style est imposant, que je ne sais pas me fondre dans la masse, que je suis trop différente", ajoute-t-elle dans un message qui inspire la rébellion autant que l'émancipation. 

À l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Nina Daniele explique en un paragraphe tous les paradoxes de la société à propos des femmes. Parfois, une femme a besoin d'être "une patronne parce que nous y avons tous les droits, une salope parce que non veut dire non". Nina Daniele prouve qu'on peut être mannequin, se déshabiller devant les appareils photos et porter le combat pour l'égalité entre les femmes et les hommes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme Portrait Mannequin
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants