1 min de lecture ONU

Harcèlement et agressions sexuelles : la loi du silence à l'ONU brisée

Une enquête du journal "The Guardian" publiée le jeudi 18 janvier fait parler des victimes de harcèlement et d'agressions sexuelles au sein de l'Organisation des Nations unies. L'ONU promet une enquête interne pour mesurer l'ampleur du problème.

Le Conseil de sécurité de l'ONU, le 11 septembre 2017.
Le Conseil de sécurité de l'ONU, le 11 septembre 2017. Crédit : KENA BETANCUR / AFP
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

La loi du silence à l'organisation des Nations unies concernant des cas de harcèlement et agressions sexuelles vient d'être brisée par une enquête du Guardian. Dans un article publié jeudi 18 janvier, le journal britannique livre des témoignages de personnes ayant travaillé ou travaillant encore actuellement au sein de l'ONU.

Toutes partagent ce point commun : elles décrivent "une culture du silence et une politique de réclamation défectueuse", peut-on lire dans cette enquête. Les témoignages - anonymes - recueillis par le Guardian font état de harcèlement, agressions sexuelles et viol dans plus de 10 pays.

Sept femmes ont reporté les faits, mais les victimes ne sont pas allées plus loin "pas peur de perdre leur travail ou par crainte qu'aucune action ne soit prise", souligne le quotidien britannique. "Si vous en parlez, votre carrière est pratiquement terminée, surtout si vous êtes consultante", a explique l'une d'elles, harcelée par un supérieur hiérarchique. 

À lire aussi
La Journée internationale des droits des femmes classée jour férié à Berlin Journée des droits des femmes
Journée internationale des droits des femmes 2019 : ce qu'il faut savoir sur le 8 mars

Tolérance zéro

En réponse à ces dizaines de témoignages, l'ONU a reconnu que les cas de harcèlement et agressions sexuelles étaient encore trop peu communiqués, et s'engage dans un communiqué à "chercher à renforcer [ses] capacités à enquêter sur les rapports et à soutenir les victimes".

António Guterres, secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, a assuré le maintien "de la politique de tolérance zéro", rapporte encore le Guardian. Un défenseur des droits des victimes a été nommé, un groupe de travail de haut niveau sur le harcèlement sexuel a également vu le jour.

L'ONU assure aussi qu'elle mènera une enquête pour mesure l'ampleur du problème et mettra en place une ligne d'écoute pour les victimes. Les auteurs des agressions sont, selon leurs victimes, toujours en poste. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
ONU International Harcèlement
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791904996
Harcèlement et agressions sexuelles : la loi du silence à l'ONU brisée
Harcèlement et agressions sexuelles : la loi du silence à l'ONU brisée
Une enquête du journal "The Guardian" publiée le jeudi 18 janvier fait parler des victimes de harcèlement et d'agressions sexuelles au sein de l'Organisation des Nations unies. L'ONU promet une enquête interne pour mesurer l'ampleur du problème.
https://www.rtl.fr/girls/identites/harcelement-sexuel-l-omerta-a-l-onu-est-brisee-7791904996
2018-01-19 13:53:04
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FFZq76dRMLDheYrH5WlGng/330v220-2/online/image/2017/0912/7790070366_le-conseil-de-securite-de-l-onu-le-11-septembre-2017.jpg