2 min de lecture Festival de Cannes

Festival de Cannes 2017 : la mamie, surprise féministe de "Nos années folles"

NOUS L'AVONS VU - Si les deux personnages principaux crèvent l'écran dans le dernier film d'André Téchiné, celle qui détient la palme de la femme moderne est la grand-mère, incarnée par Virginie Pradal.

Céline Salette interprète Louise, la petite-fille de la femme moderne dans "Nos années folles"
Céline Salette interprète Louise, la petite-fille de la femme moderne dans "Nos années folles" Crédit : ARP Sélection
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

C'est une histoire vraie et méconnue que raconte André Téchiné dans son dernier film. De retour à Cannes avec Nos années folles présenté en séance spéciale hors compétition lors de la 70e édition du festival lundi 22 mai, le réalisateur y raconte un passage de la vie de Paul (Pierre Deladonchamps) et Louise (Céline Sallette). 

Après avoir déserté le front pendant la guerre 14-18, Paul se travesti pour passer inaperçu, et va se développer une seconde personnalité, Suzanne, dont il aura beaucoup de mal à se défaire. Si Louise apparaît clairement comme une femme forte et courageuse, travailleuse et libre, c'est paradoxalement le personnage de sa grand-mère qui inspire le plus la modernité, incarné par Virginie Pradal. Tellement que le personnage semble presque hors du temps, hors de l'époque dans laquelle il évolue.

Une femme du XIXe siècle extrêmement moderne

Virginie Pradal interprète une femme âgée qui arbore une chevelure grisonnante dès le début de la guerre. Si on ignore son âge, il apparaît clairement que c'est une femme d'un autre siècle, qui a grandi et mûri dans les années 1800. Pourtant, avoir un homme qui se travesti en femme chez elle ne la dérange pas outre mesure. 

À lire aussi
Victor Polster interprète Lara dans "Girl", un film de Lukas Dhont Cinéma
"Girl" : pourquoi il faut regarder ce film primé à Cannes

Elle héberge Paul, le cache dans sa cave à la demande de sa petite-fille. Elle prend la situation avec une décontraction étonnante. Aujourd'hui encore, certaines personnes qui ne sont pas nées au XIXe siècle sont plus mal à l'aise qu'elle avec les travestis. Elle en rit et lance même une blague : "Il faudrait un peu grossir maintenant, de là", plaisante-t-elle en montrant sa poitrine. 

C'est une femme d'un autre temps, qui fume la pipe, même quand ça lui est interdit par la maladie. C'est surtout elle qui se rend compte avant même les spectateurs que sa petite-fille, Louise, s'est enfermée dans une situation dangereuse avec son mari devenu alcoolique et violent. "Il faut que tu sortes de cette servitude", lui conseille-t-elle. Un mot qui encourage Louise à sa propre émancipation et à sa libération des griffes de son couple devenu prison. C'est le personnage féminin fort, inspirant et inattendu du dernier Téchiné, à découvrir dès le 13 septembre dans les salles.

>
NOS ANNEES FOLLES - TRAILER / EXCERPT - ENGLISH
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Festival de Cannes Cinéma
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788674041
Festival de Cannes 2017 : la mamie, surprise féministe de "Nos années folles"
Festival de Cannes 2017 : la mamie, surprise féministe de "Nos années folles"
NOUS L'AVONS VU - Si les deux personnages principaux crèvent l'écran dans le dernier film d'André Téchiné, celle qui détient la palme de la femme moderne est la grand-mère, incarnée par Virginie Pradal.
https://www.rtl.fr/girls/identites/festival-de-cannes-2017-la-mamie-surprise-feministe-de-nos-annees-folles-7788674041
2017-05-23 09:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/t6Zf8Osd3xGenlwEoGVT-Q/330v220-2/online/image/2017/0523/7788677767_celine-salette-interprete-louise-la-petite-fille-de-la-femme-moderne-dans-nos-annees-folles.jpg