6 min de lecture Égalité hommes-femmes

Éducation sexuelle, écriture inclusive... Ces profs s'engagent pour plus d'égalité

TÉMOIGNAGES - Pour elles et pour eux, l'égalité entre les femmes et les hommes n'est pas acquise dans les salles de classe. Enseignantes ou professeurs témoignent de leurs techniques pour permettre aux femmes d'être visibles dans leurs cours et briser les stéréotypes qui sévissent encore dans les écoles françaises.

Enseigner l'égalité femmes-hommes dans les écoles, un casse-tête ?
Enseigner l'égalité femmes-hommes dans les écoles, un casse-tête ? Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé cet été qu'elle souhaitait renforcer l'éducation des enfants de la République françaises sur les notions de consentement et du respect d’autrui dès l'enfance.

"Une loi existe déjà, mais elle n'est pas mise en oeuvre", a expliqué la secrétaire d'État avant d'ajouter : "Nous avons adressé une circulaire à tous les recteurs en France en leur demandant de mettre en œuvre cette loi (...) qui demande qu'il y ait trois séances par année scolaire d'éducation à la vie affective et sexuelle". Aucune sanction n'a été prévue pour les établissements ne respectant pas la loi.

Certains profs, ayant constaté l’urgence du manque d'égalité entre les femmes et les hommes dans leurs salles de classe, ont décidé de se mobiliser. Ils et elles tentent de délivrer un enseignement vide de stéréotypes de genre et de redonner aux femmes la place qu'elles méritent dans les cours de SVT, d'Histoire ou de Lettres. 

Car, rappelons-le, malgré les programmes de l'Éducation nationale (demandant au corps enseignant d'inclure les notions d'égalité entre les femmes et les hommes dans leurs cours et salles de classe), il a bien fallu attendre 2017 pour voir apparaître un clitoris, dans son intégralité, sur un schéma de l'anatomie féminine d'un seul manuel de SVT.

À lire aussi
Marie Laguerre, étudiante de 22 ans, a été agressée dans Paris par un homme qui l'avait sifflée égalité hommes-femmes
Marie Laguerre, parmi les 100 femmes de l'année selon la BBC

L'année dernière encore, un manuel des éditions Hatier intitulé Magellan et Galilée, Questionner le monde a fait scandale pour son utilisation de l'écriture inclusive. L'objectif de la maison d'édition était pourtant louable : rendre visible les femmes dans une matière où l'on a tendance à les oublier.

C'est pour cette même raison que 314 membres du corps professoral se sont engagé(e)s dans une tribune publiée sur le site de Slate.fr en novembre 2017, à ne plus enseigner la règle du "masculin l'emporte sur le féminin". Parmi les signataires, Karine, enseignante du cycle 2 (CP, CE1 et CE2) dans une école de Angoulême.

L'écriture inclusive, un outil pour rendre ses lettres de noblesse au genre féminin

"Je m'adresse aux élèves simplement en disant : 'Bonjour à tous et à toutes, ou encore 'Passe à ton voisin, ta voisine'", explique Karine à RTL Girls.

À l'écrit, l'enseignante ajoute que lorsqu'il s'agit "de poser du vocabulaire", elle "donne également les deux noms". Selon elle, "les enfants ignorent ou forment mal les féminins car ils ne les entendent pas, ne les lisent pas ou peu. On le leur donne, c'est aussi simple que cela", dit-elle avant de réfuter l'argument contre l'écriture inclusive qui est de dire qu'elle rend l'apprentissage de la lecture et de l'écriture plus difficile.

"Certains féminins permettent d'aider les élèves à écrire les masculins qui possèdent des lettres muettes : le féminin permet de la rendre sonore (petit·e, grand·e)", explique Karine qui, compte tenu des niveaux qu'elle enseigne, n'aborde pas les questions des adjectifs et du pluriel. "Si cela venait à se présenter, je leur présenterais les deux façons (le masculin qui l'emporte sur le féminin et la règle de proximité, ndlr.) en expliquant leur histoire", précise Karine.

J'ai été surprise de réaliser à 34 ans l'ampleur du rejet du féminin dans la construction de nos élèves garçons

Karine, enseignante du cycle 2
Partager la citation

La démarche de l'enseignante s'inscrit dans une "prise de conscience progressive", précise celle qui cite alors les travaux et écrits d'Eliane Viennot, une historienne et linguiste française ayant beaucoup travaillé sur le sujet de l'écriture inclusive. Les comportements observés au sein de ses classes, de la cour d'école et auprès de ses collègues ont également été les éléments déclencheurs de son engagement. 

"J'ai été surprise, pour ne pas dire bouleversée, de réaliser, tardivement tout de même à 34 ans, l'ampleur du rejet du féminin, dans la construction de nos élèves garçons", raconte Karine.

Les profs ont tendance à donner d'avantage la parole aux garçons qu'aux filles
Les profs ont tendance à donner d'avantage la parole aux garçons qu'aux filles Crédit : iStock / Getty Images Plus

Le choix des insultes, la peur d'être assimilé à une fille ou un homosexuel, les idées préconçues sur les goûts des filles et notamment les "saillies de biceps et rires vainqueurs" quand on explique cette fameuse règle du "masculin l'emporte sur le féminin" ou encore, ajoute Karine, "les actes non consentis" tels que les mains aux fesses et les propos sexistes de collègues.

"Rien d'exceptionnel : l'école reflète notre société", résume l'enseignante pour qui le langage est la "partie émergée d'un iceberg de croyances et d'interdits limitant les enfants" à des stéréotypes de genre concernant leurs compétences notamment. 

Des corps variés et un clitoris en 3D pour plus de diversité

Audrey, professeure de SVT dans un collège de Lyon décrit elle-même son enseignement comme étant "féministe". Son cheval de bataille : sortir de l'omniprésence du corps masculin blanc et forcément hétérosexuel, "qui inonde les bouquins de SVT".

Dès que l'occasion se présente, l'enseignante sort des sentiers battus. Audrey profite des cours de reproduction pour parler à ses élèves de transidentité, d'intersexuation ou encore de consentement. Elle tente de faire comprendre à son audience que le genre présente "un tas de possibilités" et passe de longues heures à rechercher de nouveaux schémas pour illustrer les corps humains. 

"J'essaye dans la mesure du possible de diversifier mes schémas et de représenter des femmes autant que possible mais aussi des corps de toute couleur de peau, corpulence et apparence. Mais on manque beaucoup de ressources", assure Audrey, membre du collectif SVT Égalité, et qui utilise depuis deux ans un clitoris en 3D, deux ans après avoir elle-même vu pour la première fois seulement un schéma le représentant entièrement... après avoir pourtant passée cinq ans en études de biologie. 

Des projets pour déconstruire les clichés

Sophie, 40 ans, enseigne les Lettres dans un collège de la Sarthe depuis quinze ans et "tente de développer au quotidien", dit-elle, le "vaste sujet" de l'égalité femmes-hommes. "Je ne suis pas la seule sur cette mission, elle se développe dans chaque académie où il y a un référent et des coordinateurs dont je fais partie". Le rôle de la coordinatrice ? "Piloter seule ou avec des collègues" des projets au niveau départemental, explique l'enseignante à RTL Girls. Un travail effectué "sur la base du volontariat".

Avec les classes de 6ème, Sophie travaille donc sur les stéréotypes de genre avec par exemple "les catalogues de Noël". Avec les 5ème, on parlera plutôt "harcèlement et lutte contre les discriminations", en 4ème des "relations amoureuses, amicales et des préjugés de l'homophobie" et enfin, "en 3ème, on a un vaste projet sur l'engagement : montrer l'évolution de la société française depuis 1914 jusqu'à nos jours et donc, par conséquence, l'évolution du statut de la femme dans la société européenne", détaille l'enseignante. 

"Ce sont des thématiques inscrites dans nos programmes, oui c'est au bon vouloir et à la sensibilité de chacun mais c’est difficile d’en faire l'économie", assure Sophie, insistant sur l'importance de cet engagement, notamment en terme d'orientation où de nombreuses filières restent très, voire exclusivement, genrées. "La finalité est là : ouvrir les champs des possibles pour les filles comme les garçons".

Rendre visible les femmes dans l'histoire

"Je crois vraiment que les femmes sont les oubliées de l’histoire". Alain, 52 ans a quitté sa profession initiale (avocat) pour enseigner au lycée il y a quatre ans. Ce prof de droit et d'histoire-géographie explique "toujours rappeler" à ses élèves les propos de Rita Thalmann, une historienne française qui, pour parler des femmes de la Seconde Guerre mondiale utilisait l'expression : "Les oubliées de l'histoire".

Cette période de l'histoire de la France étant à son programme, Alain explique son intention de "redonner aux femmes la place qu'elles méritent dans la Résistance, tant elle furent présentes et importantes mais totalement effacée à la Libération". L'État français a depuis fait l'effort de reconnaître leur rôle, notamment avec les panthéonisations de Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle-Anthonioz en 2015. 

Mais le mouvement reste "relativement lent" selon Alain et "les programmes d'histoire ne sont pas encore très ancrés", estime-t-il avant de nuancer : "Ramener de l'égalité après des milliers d'années d'inégalité ne va se faire en un claquement de doigts".

L'enseignant mise alors sur les nouvelles générations et plaide pour l'implication des hommes dans le mouvement. "Je ne suis pas un chevalier mais je fais ce que je peux, à mon petit niveau".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Éducation nationale Société
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794595727
Éducation sexuelle, écriture inclusive... Ces profs s'engagent pour plus d'égalité
Éducation sexuelle, écriture inclusive... Ces profs s'engagent pour plus d'égalité
TÉMOIGNAGES - Pour elles et pour eux, l'égalité entre les femmes et les hommes n'est pas acquise dans les salles de classe. Enseignantes ou professeurs témoignent de leurs techniques pour permettre aux femmes d'être visibles dans leurs cours et briser les stéréotypes qui sévissent encore dans les écoles françaises.
https://www.rtl.fr/girls/identites/education-sexuelle-ecriture-inclusive-ces-profs-s-engagent-pour-plus-d-egalite-7794595727
2018-08-31 15:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Su9u705ePM0lYsdJO0H7Tg/330v220-2/online/image/2018/0827/7794554162_enseigner-l-egalite-femmes-hommes-dans-les-ecoles-un-casse-tete.jpg