3 min de lecture Psycho

Confidences parents/enfants : quelles sont les limites à poser ?

TÉMOIGNAGES - Une mère qui se confie sur sa vie sexuelle, un père qui pose trop de questions sur un nouveau copain, des parents qui jouent le rôle de copains... C'est embarrassant. Le dialogue peut permettre d'éviter ces situations gênantes.

Difficile de trouver le bon équilibre dans une relation mère-fille
Difficile de trouver le bon équilibre dans une relation mère-fille Crédit : © David Koskas
martincadoret
Martin Cadoret

Nos parents peuvent se montrer trop sévères ou trop stricts. Parfois, ils sont dans l'excès inverse : trop "copains", trop confidents... À tel point que cela peut en devenir gênant. "Ma mère me racontait tout dans les moindres détails, genre 'avec mon mec, on a oublié la capote et on a dû aller faire des tests'", raconte Émilie*, aujourd'hui âgée de 24 ans. Une situation bizarre, qu'elle a gérée en ne lui répondant plus, "ou alors par 'oui' ou 'ok'". Depuis quelques mois, sa mère a arrêté de lui raconter les détails de sa vie sentimentale, selon elle parce que maintenant, "elle est dans une relation stable".

Le problème de ma mère, c'est qu'elle ne sait pas s'arrêter.

Aude, 23 ans
Partager la citation

Aude, 23 ans, a dû faire face à une mère un peu trop inquisitrice. Elle se montrait très curieuse quant aux aventures de sa fille, en couple avec un garçon. "Elle me disait : 'Ça va, tu es épanouie ? Tu n'as pas envie d'aller voir à côté ? Parce que tu peux, tu sais, faut profiter à 20 ans'. Elle ne comprenait pas quand je lui disais que je n'avais pas envie de blesser mon copain et que je voulais construire un truc stable", se souvient Aude.

"Le problème de ma mère, c'est qu'elle ne sait pas s'arrêter. Elle ne comprend pas qu'une demande de conseil, ce n'est pas forcément une invitation à poser des questions", lâche Aude. "C'est plutôt gênant d'être confronté à cela quand on est en recherche de sa sexualité parce que ça vient nous dire : 'Tu vois, moi, j'y arrive'. Ça peut être blessant", explique Pascal Anger, psychothérapeute spécialisé dans la relation parent-adolescent.

À lire aussi
Le cycle de la lune est censé nous aider à nous reconnecter à notre corps et à nos énergies féminines tendances
Le féminin sacré : cette tendance libère-t-elle vraiment les femmes ?

Passer par le dialogue

Pour retrouver un rapport normalisé avec son père ou sa mère, il faut passer par le dialogue. "Il faut faire en fonction de ce que l'on ressent. On peut essayer de dire à l'adulte : 'S'il te plaît, arrête de me raconter tout cela' mais ce n'est pas facile. Il ne faut pas hésiter à faire appel à des adultes en qui l'on a confiance, des profs, des assistants sociaux, des psys, ou tout simplement des copains ou des gens de la famille un peu sensés pour nous épauler", développe Pascal Anger. "Ma mère a arrêté de me raconter ses histoires avec mon père quand je lui ai dit que je ne pouvais pas être juge de leurs disputes et que ce n'était absolument pas mon rôle. Ça ne l'a pas vexée parce que le fait que le lui dise lui a rappelé que j'étais sa fille et pas sa copine", lâche Aude.

Ce n'est pas parce que ça vexe qu'on ne peut pas dire les choses

Pascal Anger, psychothérapeute
Partager la citation

Les confidences d'un parent cachent parfois une situation de détresse ou un mal-être. "Un adulte peut être fragilisé par son histoire personnelle et ne trouver comme confident que son ado", explique Jean-Luc Aubert. Alors se confronter à son parent, c'est aussi risquer de le vexer. C'est ce qui est arrivé à Émilie. "Quand je lui avais dit d'arrêter, elle s'était braquée. Elle a jamais vraiment avoué qu'elle était allée trop loin", se souvient la jeune femme.


Un risque qui ne doit pas rebuter l'adolescent face à son parent. "Ce n'est pas parce que ça vexe qu'on ne peut pas dire les choses. Mais il faut y mettre les formes, peut-être dire ce qui nous a blessé et reprendre la conversation un peu plus loin", soutient Pascal Anger. Inviter son parent à se montrer moins curieux, cela ne veut pas dire couper le dialogue. "On peut le rassurer en lui expliquant qu'on le consultera s'il y a un gros problème", abonde Jean-Luc Aubert, psychologue spécialiste de l'enfant et de l'adolescent.

Savoir se confier

Il faut aussi savoir se confier quand la relation avec son parent y est propice. "S'il y a une relation de confiance, il n'y a pas de raison de ne rien dire", tempère Jean-Luc Aubert. Se sentir "ami" avec son père ou sa mère, ce n'est pas forcément négatif. "Ma mère, je lui raconte presque tout, on en rigole", confie Éloïse*, 23 ans. Même si elle lui parle des garçons qu'elle rencontre, elle avoue "ne jamais parler des détails sexuels". "Il y a des moments où elle me rappelle que c'est bien ma mère dans le sens protecteur, elle me dit de faire attention à telle ou telle chose", reconnaît la jeune femme.

*Les prénoms ont été modifiés

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Psycho Famille Migration Identités
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780338318
Confidences parents/enfants : quelles sont les limites à poser ?
Confidences parents/enfants : quelles sont les limites à poser ?
TÉMOIGNAGES - Une mère qui se confie sur sa vie sexuelle, un père qui pose trop de questions sur un nouveau copain, des parents qui jouent le rôle de copains... C'est embarrassant. Le dialogue peut permettre d'éviter ces situations gênantes.
https://www.rtl.fr/girls/identites/confidences-parents-enfants-quelles-sont-les-limites-a-poser-7780338318
2015-11-04 11:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/jiE-lqQr59U6W0_0FyW8Cw/330v220-2/online/image/2015/1103/7780359600_difficile-de-trouver-le-bon-equilibre-dans-une-relation-mere-fille.jpg