3 min de lecture Portrait

Ahed Tamimi, l'ado devenue icône d'une lutte en Palestine

PORTRAIT - L'adolescente, devenue pour le peuple palestinien une icône de la lutte contre l'occupation israélienne, a été condamnée mercredi 21 mars à huit mois de prison par un tribunal militaire israélien.

Ahed Tamimi, l'adolescente devenue icône de la protestation palestinienne contre l'occupation israélienne
Ahed Tamimi, l'adolescente devenue icône de la protestation palestinienne contre l'occupation israélienne Crédit : THOMAS COEX / AFP
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

C'est une affaire qui suscite une attention internationale. Ahed Tamimi, 17 ans, a plaidé coupable pour 4 des 12 charges retenues contre elle, dont "agression", "incitation" à la violence et "obstruction" à la mission des soldats. 

Cet accord scellé avec le procureur d'un tribunal militaire israélien lui vaut une peine de 8 mois de prison et d'une amende de 5000 shekels (1166 euros). Au moment du jugement rendu ce mercredi 21 mars, l'adolescente a qualifié le tribunal militaire "d''illégitime" avant d'ajouter : "iI n'y a pas de justice dans un système d'occupation".

Jusqu'au dénouement de cette affaire, Ahed Tamimi n'a jamais oublié son combat, celui qu'elle porte depuis plusieurs mois sous le feu des projecteurs, incarnant alors pour le peuple palestinien une icône de la lutte contre l'occupation israélienne. 

À lire aussi
Jacinda Ardern, la première ministre néo-zélandaise, le 16 mars 2019 à Christchurch Nouvelle-Zélande
VIDÉO - Nouvelle-Zélande : qui est Jacinda Ardern, la première ministre du pays ?

Une "terroriste" pour le gouvernement israélien

Membre d'une famille connue pour son activisme, l'adolescente est, avec sa mère, Nariman, et sa cousine, Nour, l'une des protagonistes d'une vidéo tournée le 15 décembre dernier.

On y voit l'adolescente de 16 ans et sa cousine de 20 ans, bousculer deux soldats israéliens avant de leur donner des coups de pieds et de poings. Ces derniers sont positionnés devant la maison familiale à Nabi Saleh, en Cisjordanie, un territoire occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

La viralité de la vidéo, filmée en direct par Nariman Tamimi et publiée sur sa page Facebook, ne s'est pas faite attendre sur les réseaux sociaux tandis que Ahed Tamimi est arrêtée avec sa mère et sa cousine quelques jours plus tard. Son père, Bassemn Tamimi prend alors la parole dans un reportage de la BBC.

Ahmed Tamimi, à l'âge de 11 ans, point levé devant des soldats israéliens amusés
Ahmed Tamimi, à l'âge de 11 ans, point levé devant des soldats israéliens amusés Crédit : Majdi Mohammed/AP/SIPA

Il raconte avoir emmené sa fille dès son plus jeune âge dans des manifestations et critique l'attitude des soldats israéliens à l'encontre de sa fille et du quartier (on entend des coups de feu dans la vidéo), considérée comme une "terroriste" par le gouvernement israélien.

À l'âge de 11 ans Ahed Tamimi faisait en effet déjà face aux soldats israéliens armée de son seul poing. Sa rébellion a été plusieurs fois capturée en vidéo par ses parents, rapporte la BBC

"Libérez Ahed Tamimi"

L'incident du 15 décembre est survenu en pleine vague de protestation contre la décision unilatérale du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël. Au même moment, l'ONU prônait une discussion entre la Palestine et Israël. L'objectif ? Établir le statut de cette ville disputée depuis plus de 50 ans.

À la suite de l'arrestation de Ahed Tamimi, les réseaux sociaux s'enflamment, un hashtag apparaît - #FreeAhedTamimi, "libérez Ahed Tamimi" - une pétition est lancée sur Internet. Plus d'1,7 million de personnes l'ont signée à ce jour. 

À Istanbul, en Turquie, une affiche en soutien à Ahed Tamimi
À Istanbul, en Turquie, une affiche en soutien à Ahed Tamimi Crédit : Arnaud Andrieu/SIPA

Le procès de Ahed Tamimi, dans un tribunal militaire et non civil, a débuté le 13 février dernier. La jeune fille étant mineure, ce dernier s'est tenu à huis clos, malgré les demandes de la défense pour le rendre public.

Quand ils ont décidé de maintenir le huis clos, nous avons compris que ce ne serait pas un procès équitable

La défense de Ahed Tamimi
Partager la citation

"Quand ils ont décidé de maintenir le huis clos, nous avons compris que ce ne serait pas un procès équitable", a indiqué la défense de la jeune palestinienne, déjà en détention préventive depuis des mois, pour expliquer les raisons ayant motivé cet accord de "plaider coupable". 

L'armée israélienne a réagi au jugement par un communiqué expliquant qu'elle "continuera à agir pour préserver la sécurité" en Cisjordanie et à "faire appliquer la loi contre ceux qui attaquent les soldats israéliens et incitent à la violence".

Le bureau du Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'Homme et l'Union européenne ont exprimé leur préoccupation devant le cas Tamimi. La Convention internationale des droits de l'enfant stipule en effet que l'emprisonnement d'un enfant doit être une mesure de "dernier ressort" et "aussi brève que possible". Environ 350 enfants palestiniens sont détenus par Israël, selon Amnesty International. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Portrait International Palestine
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792733879
Ahed Tamimi, l'ado devenue icône d'une lutte en Palestine
Ahed Tamimi, l'ado devenue icône d'une lutte en Palestine
PORTRAIT - L'adolescente, devenue pour le peuple palestinien une icône de la lutte contre l'occupation israélienne, a été condamnée mercredi 21 mars à huit mois de prison par un tribunal militaire israélien.
https://www.rtl.fr/girls/identites/ahed-tamimi-ado-icone-palestine-7792733879
2018-03-23 07:09:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/JwnMecMv7S3goCwaBDjSVg/330v220-2/online/image/2018/0322/7792735897_ahed-tamimi-l-adolescente-devenue-icone-de-la-protestation-palestinienne-contre-l-occupation-israelienne.jpg