1 min de lecture Artisanat

Fête de la musique 2018 : rencontre avec David, réparateur et fabricant de percussions

REPORTAGE - Dans son atelier "Percuchotte", installé à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), David Outtier répare et fabrique des percussions. Ils évoque sa passion et son projet.

Armelle Levy La France et ses artisans Armelle Levy
>
Fête de la musique 2018 : rencontre avec David, réparateur et fabricant de percussions Crédit Image : RTL / Armelle Lévy | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date : La page de l'émission
Armelle Levy
Armelle Levy et Loïc Farge

Cela fait six ans que David Outtier est installé ici, dans son atelier Percuchotte. Il explique cette dénomination : "Percuchotte, c'est l'assemblage de deux mots : notre spécialité, la percussion ; et le 'chotte' qui vient de Don Quichotte, avec un petit côté idéaliste qui serait des créer et d'inverser la tendance, qu'on arriverait à passer plus de temps à jouer sur nos instruments qu'à les réparer".

En fait, il répare les percussions depuis bien plus longtemps. "Les instruments je les ai toujours réparés, par mon parcours personnel. Je suis d'abord et avant tout musicien et percussionniste", explique David. "Par nécessité, n'ayant personne pour les réparer, j'ai bricolé beaucoup de choses, et j'ai commencé à réparer moi-même mes instruments", poursuit-il.

Dans son atelier trônent des xylophones, des vibraphones, une grosse caisse symphonique de concert, des caisses claires, des timbales anciennes, un jeu de cloche tubulaire... et une pièce d'exception, qu'il rénove actuellement : une timbale de l'orchestre de Paris, qui date de 1894

Une percussion dans les locaux de l'atelier "Percuchotte"
Une percussion dans les locaux de l'atelier "Percuchotte" Crédit : RTL / Armelle Lévy

David Outtier a commencé en se rendant directement chez les musiciens, dans les conservatoires et les orchestres, pour réparer les timbales et percussions. Mais aujourd'hui, il les répare dans son atelier.

À lire aussi
Des baguettes dans une boulangerie (illustration) artisanat
Léa et Alexandre ont réalisé leur rêve : ouvrir une boulangerie

Il n'y a pas de formation de réparateur de percussion, ce que notre artisan regrette. Il a appris tout seul. "La base date de quand j'étais enfant et adolescent, d'un de mes voisins qui restaurait des voitures anciennes. À partir de ce moment j'ai compris que tout était réparable, même les vieilles choses dans les greniers complètement pourries", raconte-t-il.

Des instruments d'un autre temps dans l'atelier "Percuchotte"
Des instruments d'un autre temps dans l'atelier "Percuchotte" Crédit : RTL / Armelle Lévy

David travaille avec sa compagne, directrice financière à la base, qui gère la société. Parfois il passe plus de 20 heures sur un instrument pour lui redonner une deuxième vie. En plus de la réparation, David a comme projet de se lancer aussi dans la fabrication de percussions.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Artisanat Fête de la musique Val-de-Marne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants