3 min de lecture Jeux vidéo

VIDÉOS - Assassin's Creed Syndicate : la révolution industrielle qui ne révolutionne pas la série

TEST - "Syndicate" offre une belle expérience de jeu dans un Londres superbe mais la recette Assassin's Creed n'arrive pas réellement à se renouveler.

>
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

Une nouvelle année. Un nouveau Noël qui approche. Et un nouvel épisode d'Assassin's Creed d'Ubisoft qui débarque. Cette année, la saga d'assassinat épique et historique avance un peu dans le temps et nous propulse dans le Londres de la Révolution industrielle, en 1868 pour être précis. Après Altaïr en pleine Croisade, Ezio dans la Renaissance italienne, Connor aux États-Unis, Edward le pirate ou Arno, acteur de la Révolution française, voici le temps du renouveau avec un duo. Sous votre contrôle : Evie et Jacob Frye, deux jumeaux assassins qui devront en découdre avec Crawford Starrick, un homme glacial et machiavélique tirant les ficelles d'une vaste machination à Londres.

L'introduction des personnages est brute et ne comptez pas sur des cut-scenes ou de grands pans du scénario pour mieux les apprivoiser. Ils sont là et veulent en découdre. Point. Les relations entre eux sont plaisantes avec parfois de très jolies trouvailles et une belle écriture. D'autres fois, le tout manque de naturel. Evie et Jacob peuvent être joué à tout moment mais jamais les style de jeu entre la sœur adepte de l'infiltration discrète et son frère plus volcanique ne se fait ressentir. Les combos sont les mêmes, les équipements aussi. Vous pouvez décider de développer les arbres de compétences de manière différente mais au final le gameplay ne varie qu'à la marge. Les missions demandent souvent l'intervention de Jacob, mais - soyons honnêtes - c'est au final le personnage d'Evie qui aurait mérité plus de lumière.

>
Assassin’s Creed Syndicate - Trailer Personnages historiques

Vous pourrez rencontrer des personnages historiques : Charles Darwin, Charles Dickens, Karl Marx, la reine Victoria, Jack L'Éventreur... Les rencontres sont là et certaines mieux travaillées que d'autres. Alexander Graham Bell, l'inventeur qui incarne une sorte de Q à la James Bond pour vos personnages, est bien écrit quand d'autres auraient mérité plus de travail. Pour ce qui est des personnages dans le présent (soit celui que vous incarnez vraiment et qui est placé dans une sorte de simulateur de vie antérieure), n'espérez pas en savoir trop voire comprendre ce qu'il se passe si vous n'avez pas méticuleusement joué aux précédents opus. Les Fragments d'Eden, les Templiers, les Assassins, Helix... n'espérez pas une séance de rattrapage.

Des répétitions, des bugs et les calèches de l'Enfer

Londres est merveilleusement bien modélisée et se balader dans cette capitale, grimper au sommet de Big Ben et observer les millions de détails de l'architecture de la ville est un pur plaisir. Le tout est servi par les effets de lumière et de météo bien rendus et une bande-son qui est un vrai délice pour les oreilles. La vie est là et la ville est habitée. La population est variée (même si la réaction de ces personnages non-jouables peut, comme toujours porter sur les nerfs : répétitions, comportements erratiques, hurlements hystériques ou au contraire manque total de réaction). 

À lire aussi
Les robots exterminateurs de la saison 10 de "Fortnite" jeux vidéo
Fortnite : pourquoi le jeu est mis en sommeil par son éditeur

Les combats comme les déplacements sont inégaux : on passe d'une fluidité jouissive à des incohérences rageantes. Certains membres des gangs ennemis que vous affronterez (encore et encore), se ressemblent beaucoup (trop) et ceux-ci tentent (désespérément) les même stratégies, répétant ainsi les même animations. Pratique pour les combattre, moins pour l'impression générale. 

Dans cette scène buggée, un personnage est sensé tenir ce pistolet-grappin...
Dans cette scène buggée, un personnage est sensé tenir ce pistolet-grappin... Crédit : Capture "Assassin's Creed : Syndicate"

En parlant d'incohérences, de nombreux bugs émaillent le jeu, le lot commun de tout open-world et que quelques patches devraient résoudre. Aucun de ces bugs n’empêchent la progression ou ne posent de gros problèmes de jouabilité mais quand des personnages apparaissent ou disparaissent, marchent en suspension à 2 mètres du sol ou ne savent pas se diriger avec intelligence, cela peut prêter à sourire. Dans une cut-scene concernant l’acquisition du grappin par exemple, tous les personnages parlent sans qu'aucun n'apparaisse ; les objets flottants dans les airs et semblants se parler à eux-même. Une expérience malheureuse mais heureusement rare.

Dans la catégorie des moments de gameplay regrettables, comptons aussi les séquences en calèches. Manipuler ces engins lourds et peu maniables est souvent une vraie plaie dans certaines missions. En parlant des missions, si vous avez enchaîné tous les numéros de la saga Assassin's Creed, vous risquez d'être rapidement lassé tant les vols, synchronisations, infiltrations et assassinats auront ce goût de déjà-vu. Si vous découvrez la série alors à vous la palette des tous ce qu'Assassin's Creed fait de meilleur. Le free-run n'a jamais été aussi agréable et fluide mais vous n’échapperez pas aux crises de nerf lorsque Jacob s'entêtera à ne pas sauter là où vous le souhaitez ; surtout lorsque le temps est compté.

>
Assassin’s Creed Syndicate – Londres en images

Comptez une trentaine d'heure pour venir à bout du scénario principal et vous acquitter de quelques quêtes annexes. Bien plus si vous voulez arriver au 100% et découvrir tous les secrets que Londres a à vous offrir.

Les plus

Evie Frye (et son frère Jacob)
La découverte d'un Londres magnifié
La musique et les effets sonores
Certaines missions et passages méticuleusement scénarisés

Les moins

Le gameplay répétitif
Les calèches
Les bugs techniques
Le début et la fin
Les temps de chargement 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jeux vidéo Fil Super
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants