5 min de lecture Cinéma

"Star Wars" : comment Disney exerce son contrôle sur la saga

ÉCLAIRAGE - La firme de Mickey a racheté Lucasfilm en 2012. Depuis, les projets semblent davantage contrôlés par les studios, et certains réalisateurs sont évincés.

Rey dans "Star Wars 8"
Rey dans "Star Wars 8" Crédit : The Walt Disney Company France
Manon Bricard
Manon Bricard
Journaliste

Les films Star Wars sont-ils devenus maudits pour les cinéastes ? Les évictions se font en tout cas de plus en plus récurrentes. Suite aux différentes révélations sur le tournage chaotique du spin-off sur Han Solo, Lucasfilm a annoncé mardi 5 septembre le départ du réalisateur Colin Trevorrow, initialement aux commandes de l'épisode 9, pour "différends artistiques". Cette nouvelle péripétie intervient alors que l'entreprise rachetée par Disney en octobre 2012, semble plus que jamais désireuse de contrôler le développement de la franchise.

George Lucas a vendu sa société de production au géant du divertissement pour un montant de 4,05 milliards de dollars. À l'époque, le père de Star Wars a affirmé vouloir passer le flambeau à "une nouvelle génération de réalisateurs". "J'ai toujours cru que La Guerre des étoiles me survivrait et je pense qu'il est important de mettre la transition en place de mon vivant", confiait le cinéaste dans une interview rapportée par l'AFP.

Dans la foulée de cette vente record, la firme de Mickey s'est empressée d'annoncer la mise en chantier de nouveaux épisodes de la saga intergalactique. Très vite, une impressionnante machine se met en marche, avec de grandes attentes et ses multiples enjeux.

La difficulté d'adapter une saga culte

Un rachat aussi colossal signifie forcément des attentes et des enjeux massifs maintenant que George Lucas, maître de l'épopée spatiale sur les précédentes trilogies, a quitté les studios. La pression pèse sur les épaules de la productrice Kathleen Kennedy, qui reprend les rênes de Lucasfilm le 30 octobre 2012.

À lire aussi
L'Empereur Palpatine est l'un des plus puissants seigneurs noirs des Sith (côté obscur de la Force) dans les deux trilogies. Cinéma
"Star Wars 9" : Michelle Rejwan, la productrice du film, défend le retour de Palpatine

Depuis les années 1980, Star Wars a été érigé au rang de mythe quasiment intouchable. Disney se frotte alors à plusieurs difficultés lorsque Le Réveil de la Force est mis en chantier. Depuis 1977, la Force fait vibrer le cœur de milliers de personnes aussi fanatiques qu'exigeants. L'enjeu est de taille : il faut relancer cette saga en la rendant accessible au plus grand nombre, tout en préservant l'essence insufflée par George Lucas qui a conquis les fans quarante plus tôt. 

Il faut donc trouver les bonnes personnes pour reprendre le projet. Pour l'écriture du script, Lucasfilm engage un scénariste familier de la galaxie très très lointaine, Lawrence Kasdan, qui a coécrit L'Empire Contre-Attaque et Le Retour du Jedi. Une manière de jouer la carte de la sécurité pour créer une nouvelle génération de héros convaincante pouvant évoluer aux côtés de personnages adulés, Luke Skywalker, Han Solo et la Princesse Leia. C'est l'une des raisons pour laquelle certains trouvent le septième opus de la saga extrêmement classique, s'inscrivant dans la veine d'Un nouvel espoir (épisode IV).

Daisy Ridley est Rey dans "Le Réveil de la Force"
Daisy Ridley est Rey dans "Le Réveil de la Force" Crédit : Disney

Plusieurs réalisateurs à succès, comme Quentin TarantinoSteven Spielberg ou encore Guillermo del Toro, sont approchés. C'est finalement J.J. Abrams, qui a déjà fait des merveilles sur de grandes franchises - il a collaboré en tant que réalisateur, producteur et/ou scénariste sur plusieurs volets de Mission Impossible et redonné vie à Star Trek au cinéma -, qui est choisi pour assurer la réalisation de ce long-métrage.

Le cinéaste a d'ailleurs révélé en 2015 à quel point la préparation du film avait été nerveusement éprouvante pour lui. "C'était terrifiant", a-t-il déclaré pour décrire la première présentation du film à Disney, qui s'est pourtant bien déroulée, montrant que la firme laisse certaines libertés à ses cinéastes.

Reshoots, réécriture... Les productions sont surveillées

Le premier film de la nouvelle trilogie a été un succès tant critique que commercial. Les prochains doivent donc être à la hauteur. Aux yeux de plusieurs observateurs, la production scrute attentivement les projets liés à la saga pour s'en assurer le succès. Après une première projection devant les producteurs, Rogue One est repassé en tournage pour de nombreux reshoots, et a finalement conquis le cœur des spectateurs et des critiques.

Gareth Edwards, Felicity Jones et Diego Luna sur le tournage de "Rogue One"
Gareth Edwards, Felicity Jones et Diego Luna sur le tournage de "Rogue One" Crédit : Lucasfilm Ltd. / Jonathan Olley

Le script de Star Wars 9 a dû être réécrit quelques mois avant le début du tournage. Des modifications qui montrent une nouvelle fois à quel point Lucasfilm et Disney sont pointilleux lorsqu'il s'agit de la saga Star Wars

Un défilé de réalisateurs

La société de production n'hésite pas non plus à écarter les réalisateurs lorsque leur vision ne correspond pas à certaines de leurs attentes. Jusqu'à présent, seuls J.J. Abrams et Rian Johnson, à l'œuvre sur Les Derniers Jedi, sont allés au bout de leur projet.

Comme l'explique le journaliste Aaron Couch dans le Hollywood Reporter, les deux réalisateurs savent combler les attentes des studios : "Qu'est-ce que ces réalisateurs ont en commun ? Au cinéma, Abrams a travaillé presque exclusivement pour les franchises d'autres personnes. Il sait comment collaboré avec les autres tout en rendant les films satisfaisants pour le public". Une qualité qu'il partagerait donc avec son collègue Rian Johnson selon le journaliste.

D'autres ont été simplement évincés. Le duo de réalisateurs Phil Lord et Christopher Miller, connu pour les très déjantés La Grande aventure Lego et 21 Jumps Street - pourtant bien éloignés de la tonalité de Star Wars - ont d'abord été engagés pour s'occuper du spin-off sur Han Solo. Cinq mois après le début du tournage, ils seront écartés pour "divergences artistiques", avant d'être remplacés par le vétéran d'Hollywood, Ron Howard. Grand habitué des blockbusters (Apollo 13, Da Vinci Code), il semble plus en phase avec la vision des producteurs que ses deux prédécesseurs.

Le casting complet du spin-off de "Star Wars" sur Han Solo, prévu pour 2018
Le casting complet du spin-off de "Star Wars" sur Han Solo, prévu pour 2018 Crédit : Disney

Disney a-t-il resserré les vis ?

Le même scénario se répète avec Colin Trevorrow, l'un des réalisateurs les plus en vue du moment après le carton mondial de son film Jurassic World. Depuis plusieurs mois, les médias spécialisés prédisaient une rupture à la suite de l'échec critique et commercial du précédent film de TrevorrowThe Book of Henry. Pour expliquer ce départ, Lucasfilm évoque des "différends artistiques". Le Hollywood Reporter rapporte des "problèmes de scénario" irréconciliables. Lucasfilm décide alors de se séparer du réalisateur.

Suite à cette éviction très médiatisée, Rian Johnson a tenu à réhabiliter Disney dans les colonnes du magazine américain Empire. Beaucoup de personnes accusent désormais la firme et Lucasfilm de laisser peu de liberté à ses réalisateurs, ce que conteste fermement le cinéaste derrière la caméra pour Les Derniers Jedi (qui s'appelle Le Dernier Jedi selon le réalisateur) : "Bien qu'il s'agisse de Star Wars, cette aventure m'a paru similaire à ce que j'avais vécu sur Looper ou sur Brick", a-t-il déclaré avant d'ajouter que les films n'étaient pas planifiés à l'avance, "on ne m'a jamais donné de mémo indiquant ce qui devait se passer dans l'histoire ni une liste d'éléments à absolument intégrer."

Ces différents changements promettent-ils des films plus calibrés ou est-ce la clé du succès ? La sortie des Derniers Jedi le 13 décembre 2017 apportera peut-être une première réponse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Star Wars Star Wars 8
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants