2 min de lecture Johnny Hallyday

VIDÉO - Johnny Hallyday : quand le "Elvis français" reprenait des tubes américains

ZAPPEUR RTL - Elvis Presley, Chuck Berry, Lynyrd Skynyrd... Du rock à la soul en passant par le blues, le chanteur a interprété plus de 200 chansons venues d'outre-Atlantique au cours de sa carrière.

Quand Johnny Hallyday reprenait des tubes américains
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : AFP

Quelque chose en lui de l'Amérique. Johnny Hallyday, disparu le 6 décembre 2017, a toujours été inspiré par les États-Unis. Celui que l'on surnommait le "Elvis français" a repris environ 230 morceaux venus d'outre-Atlantique au long de sa carrière.

Alors qu'il n'était encore qu'un enfant, Jean-Philippe Smet participe à la tournée des Halliday's, un duo formé par sa cousine Desla et son mari, Lee Ketcham. Entraîné sur les planches de plusieurs cabarets, il chante La Ballade de Davy Crockett, composée pour la série télévisée Davy Crockett (forcément), diffusée dès 1954 sur la chaîne américaine ABC.

Fasciné par l'Amérique qui a vu naître le rock'n'roll, celle de Memphis et du Tennessee, Johnny Hallyday reprend de nombreux pionniers du genre dont Chuck Berry, Little Richard, Jerry Lee Lewis ou Dale Hawkins. Chantées dans la majorité des cas en français, ces adaptations soufflent un vent nouveau sur la musique hexagonale.

Prolifique fascination pour le "King"

C'est en particulier à Elvis Presley qu'il voue sa plus grande admiration : au cours de sa carrière, Johnny Hallyday chante plusieurs dizaines de ses titres, dont Je me sens si seul (Heartbreak Hotel), Premier Amour (Don't Leave Me Know) ou encore la célèbre Love Me Tender. Sur scène, ses déhanchés inimitables et son look de rocker sont un hommage supplémentaire au "King".

À la fin des années 1960, Johnny fait également découvrir les sonorités soul au grand public français, avec des reprises d'Eddie Floyd (Aussi dur que du bois, 1967), d'Otis Redding (Du respect, 1966) ou encore de Percy Sledge (Quand un homme perd ses rêves, 1966).

Aux racines de l'Amérique

Johnny s'aventure plus tard sur les terres de l'Amérique profonde, où le rock se mêle à la musique country et flirte avec le hard rock. Il teinte de riffs énergiques ses reprises de Fortunate Son des Creedence Clearwater Revival (Fils de Personne, 1971) et de Sweet Home Alabama des Lynyrd Skynyrd (Cartes Postales d'Alabama,1982).

Dès la fin des années 1980, Johnny Hallyday reprend des tubes américains en version originale. Dans son album live Dans la chaleur de Bercy, sorti en 1991, il rend hommage à des titres emblématiques du rock'n'roll : Mystery Train et Heartbreak Hotel, popularisées par Elvis Presley, Be Bop a Lula de Gene Vincent ou encore Honky Tonk Women, des Rolling Stones.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés