1 min de lecture Musique

La Saga du Rock Belge


Dans le cadre des échanges RTL - Bel RTL qui ont lieu tout ce week-end à l'occasion de la sortie du film "Rien à déclarer", Saga propose une émission spéciale consacrée au Rock Belge. De Burt Blanca à Wallace Collection, en passant par Arno, Machiavel, Technotronic, et jusqu'à Deus, Girls in Hawaii et la dernière révélation Selah Sue, la scène pop-rock en Belgique est d'une richesse exceptionnelle. La Saga du Rock Belge, c'est un panorama très large - mais forcément incomplet - qui témoigne d'une créativité tous azimuts et d'une diversité musicale exceptionnelle. On y constatera qu'au-delà des noms qui ont réussi à traverser les frontières, il existe sur la scène belge de nombreux autres talents à découvrir.

arno
arno



LA SAGA DU ROCK BELGE DANS SON INTÉGRALITÉ.


Comme tous les autres pays, la Belgique elle aussi a eu ses pionniers du rock. Après quelques tentatives à la fin des années 50, les premiers succès du rock belge sont à mettre au crédit de Burt Blanca. Originaire de la banlieue nord de Bruxelles, il s'appelle Norbert Blancke et il est premier prix de conservatoire. Il a d'abord appris la clarinette et l'accordéon, avant de se tourner vers la guitare et le rock 'n' roll. Sa carrière débute par un contrat avec la firme belge Hébra, avant de se poursuivre chez Pathé-Marconi en France jusqu'à la fin des années 60.
Musicien de studio toujours très sollicité, Burt Blanca créera en 1974 le groupe The Klaxons qui décrochera un énorme tube avec le titre "Clap clap sound", mais ceci est une autre histoire. Pour l'instant, c'est sa version de "Guitar boogie", le classique d'Arthur Smith, que l'on écoute pour démarrer cette Saga du rock belge.

Au moment où Burt Blanca entame sa carrière, le groupe The Cousins vient de réussir un véritable coup d'éclat avec un titre qui va s'exporter un peu partout dans le monde : "Kili Watch". Le groupe existe depuis 1954 sous le nom de "la Jeune Equipe", et il anime les soirées dansantes dans la capitale belge. En juillet 1960, ils jouent pour le premier anniversaire d'un club banché de la Grand-Place, un club qui s'appelle "les Cousins", en référence au film de Claude Chabrol qui porte le même titre.
Pour l'occasion, le groupe est rebaptisé The Cousins. En octobre 1960, ils enregistrent un premier 45-tours qui comporte deux titres : "Fuego" en face A et "Kili Watch" en face B. C'est ce titre à base d'onomatopées qui va faire leur réputation. En France, il sera repris notamment par Johnny Hallyday et Bob Azzam.

Dans le sillage des Cousins, de nombreux groupes à trois guitares et une batterie vont voir le jour en Belgique. Tous ne parviendront pas à exporter leur talent. Dans un domaine très éloigné du rock, le plus gros tube belge de l'époque est à mettre au crédit de Sœur Sourire avec "Dominique", un titre qu'elle a écrit, composé et qu'elle chante au profit de l'ordre des Dominicaines, auquel elle appartient. C'est un succès planétaire. Au Etats-Unis, où elle a été rebaptisée The Singing Nun, elle est N°1 des classements du Billboard pendant tout le mois de décembre 1963.
Au même moment, mais plus localement, The Jokers décrochent un premier succès avec "Cecilia rock", l'adaptation d'une chanson traditionnelle flamande. Dans la tradition des Shadows et des Ventures, ils se feront connaître aux Pays-Bas, en Allemagne et même au Japon.

En 1965, un autre gros succès arrive de Belgique. C'est un instrumental baptisé "Early bird", du nom du premier satellite de communications mis en orbite cette année-là. Il est signé de l'organiste André Brasseur qui poursuit depuis une très belle et riche carrière de compositeur.
Au même moment, à Anvers, on commence à entendre parler de Ferré Grignard. Associé au mouvement beatnik, il chante du folk et du blues, accompagné par une guitare, un violon et un harmonica. Ses textes sont au départ très pacifistes, dans la lignée des protest-songs américains. Il s'impose en 1966 avec "Drunken sailor" et surtout "Ring, ring, I've got to sing", un titre qui sera repris en France par Claude François. Peu préparé au succès, Ferré Grignard dilapidera tous ses droits d'auteur et il mourra dans le dénuement le plus total en août 1982. Il reste une référence pour de nombreux musiciens anversois.

Le cas des Mec Op Singers est plus insolite. Originaires de la région de Namur, ils avaient commencé en 1964 sous le nom de Chats Noirs dans le circuit traditionnel des orchestres de bal. Deux ans plus tard, ils prennent le nom de Mec Op Singers, (l'abréviation de Mechanical Optical Singers). Sans doute inspirés par le son caverneux de "Still I'm sad" des Yardbirds, ils enregistrent "Dies irae", un morceau lugubre emprunté à la liturgie catholique des défunts. Ils continueront une grande partie de leur carrière dans cette veine avec des titres comme "Elegy" ou "Miserere".

Dans la deuxième partie des années 60, de nombreux autres artistes se font remarquer en Belgique, par exemple les Shake-Spears, Jesse & James, Clee's Five, Brian ou encore The Pebbles. La fin de la décennie sera marquée par le succès international de Wallace Collection avec "Daydream". Le groupe, qui s'est appelé successivement Sylvester's Team puis 16th Century, a été rebaptisé The Wallace Collection, en référence au musée londonien qui porte le même nom et qui se trouve juste à côté des studios Abbey Road où a été enregistré l'album "LAUGHING CAVALIER". C'est sur cet album que l'on trouve "Daydream", un titre qui se vend à des millions d'exemplaires et qui est un succès instantané dans plus de vingt pays.
Mais tout va beaucoup trop vite, on les demande partout et on les presse d'enregistrer d'autres titres sur ce même modèle de rock symphonique. C'est ainsi qu'ils publieront "Love" et "Serenade", mais sans arriver à rééditer le succès de "Daydream". Wallace Collection éclatera en 1971. Le guitariste Sylvain Vanholme retrouvera le succès d'abord avec Two Man Sound, puis comme producteur de nombreux artistes belges, par exemple The Machines, The Kids ou Jo Lemaire.

C'est en 1973 que Pierre Rapsat propose son premier album solo, "NEW YORK", dont la sortie coïncide avec les débuts des Nocturnes sur RTL. Il l'a enregistré en deux versions: une française et une anglaise. Accompagné par les futurs musiciens de Bernard Lavilliers, il se place d'emblée entre rock et chanson française. C'est la voie qu'il suivra tout au long de sa carrière.
Pierre Rapsat s'imposera dans son pays avec "LÂCHEZ LES FAUVES" en 1982, mais il lui faudra attendre 2001 pour connaître la consécration avec "DAZIBAO". Malheureusement, il n'en profitera que très peu car il disparaîtra prématurément en avril 2002, à l'âge de cinquante-quatre ans.

Au début des années 70, le groupe Two Man Sound surfe sur la vague disco et les rythmes latino-américains. Il est né de l'association de Lou Deprijck et de Sylvain Vanholme, l'ancien guitariste de Wallace Collection. Quelque temps plus tard, Lou se produira en solo sous le nom de Lou & The Hollywood Bananas. Il décrochera un tube en Belgique et en France avec "Kingston, Kingston", sur un rythme nouveau à l'époque : le reggae.
Lou Deprijck n'a qu'une obsession : être N°1 à la fois commercialement et artistiquement, en misant d'abord sur l'originalité. Après le reggae, c'est vers le punk qu'il se tourne. Le mouvement est en train de prendre de l'ampleur et il produit le pastiche "Ça plane pour moi" pour Plastic Bertrand. En fait, il a fait plus que cela : il a composé, produit et chanté ce titre lui-même, Plastic Bertrand n'étant que l'image de cette chanson. "Ça plane pour moi" est un tube énorme et entre dans le Top 100 du Billboard. Très vite, le thème sera repris en anglais par le groupe Elton Motello. Les Red Hot Chili Peppers et U2 l'ont interprété occasionnellement. Quant au groupe The Presidents of the United States of America, il l'a carrément mis à son répertoire.

En Belgique, l'esprit du punk sera incarné entre autres par The Kids, le groupe du chanteur Ludo Mariman. D'autres courants musicaux apparaissent et grandissent dans le pays, notamment avec Telex, un groupe formé par Michel Moers, Dan Lacksman et Marc Moulin, qui n'en est pas à son coup d'essai. Pianiste de jazz, producteur et animateur de radio, Marc Moulin avait déjà mélangé le jazz et l'électronique avec le groupe Sam Suffy en 1975.
Même si les emprunts à Kraftwerk sont nombreux, Telex restent des pionniers de l'électropop commercial. Ils apportent à la musique ce que Hergé avait apporté à la BD avec ce que l'on a appelé la "ligne claire". Le premier album de Telex, "LOOKING FOR SAINT-TROPEZ", paraît en 1979. On y trouve des adaptations humoristiques et minimalistes de chansons connues, un peu dans le style de ce que faisaient The Honeymoon Killers quelques années auparavant.

C'est en 1974 que deux anciens musiciens du groupe Moby Dick, Roland De Greef et Marc Ysaye, forment le groupe Machiavel. Au départ, leur style est proche de l'eurock tel que le pratiquent Genesis ou Supertramp.

Machiavel évoluera vers une musique aux inspirations plus diversifiées avec son cinquième album, "NEW LINES", en 1980. Leur succès s'étendra dans le nord du pays et à l'étranger, grâce à des titres comme "Fly". Plus discrets après l'album "CRY OF PLEASURE" en 1987, ils feront leur grand retour en 1996 aux Francofolies de Spa, au moment de la sortie du "VERY BEST OF" qui célèbre leurs vingt ans de carrière. Depuis, Machiavel tourne et enregistre régulièrement. Parmi leurs derniers albums, citons "LIVE IN BRUSSELS", en 2007, ainsi que "MACHIAVEL ACOUSTIC", et puis un DVD qui a pour nom "LIVE AT COLISEUM".

C'est en 1977 que la chanteuse Jo Lemaire et son mari, le batteur Philippe Depireux, ont fondé le groupe Jo Lemaire + Flouze. Leur originalité tient beaucoup à la voix de Jo, qui rappelle à la fois celle de Siouxsie (des Banshees) et celle de Juliette Gréco. C'est avec leur troisième album, "PIGMY WORLD", paru en 1981, qu'ils obtiendront un succès international grâce à leur reprise synthé-pop du classique de Serge Gainsbourg, "Je suis venue te dire que je m'en vais". Après son divorce et la séparation du groupe, Jo Lemaire continuera sa carrière en solo. Sa route recroisera d'autres classiques de la chanson française, avec des reprises de Jacques Brel et d'Edith Piaf.

Après avoir formé le groupe Freckle Face en 1972, puis le duo Tjens-Couter, Arno Hintjens fonde TC Matic en 1981 avec Jean-Marie Aerts. Leur premier single, "O la la la", est très bien accueilli. Il se vend à quinze mille exemplaires, un très bon chiffre en Belgique à l'époque. Leur premier album reçoit un accueil tout aussi enthousiaste, mais c'est surtout sur scène que le groupe va créer sa légende, en abordant à la fois le blues, le funk, le hard, la new wave, l'avant-garde et même la chanson française. TC Matic publiera quatre albums, avant qu'Arno n'entame sa carrière solo en 1985.

En 1983, Nacht und Nebel décroche un succès international grâce au titre générique de son deuxième album : "BEATS OF LOVE". Le groupe avait été créé un an auparavant par le chanteur Patrick Marina Nebel, un personnage exubérant et imposant, qui montre un style décadent et fascinant. Après un léger creux, il retrouvera le succès en 1985 avec "Ready to dance", un extrait de l'album "VICTORIA 2000". Des problèmes de santé, aggravés par des abus divers, précipiteront sa fin. Patrick Nebel mourra d'une crise cardiaque en 1986, à l'âge de vingt-huit ans.

The Soul Sisters débutent en 1986 avec un premier succès : "You get to me". C'est un duo composé de Jan Leyers et de Paul Michiels, qui propose une musique très léchée, élégante, teintée de soul. Devenus Soulsister tout simplement, ils décrocheront le jackpot en 1988 avec un titre aux accents Motown, "The way to your heart". Leur aventure commune s'arrêtera en 1997 et chacun tentera sa chance de son côté.

Beaucoup de groupes et artistes de talent vont essayer de se faire une place sur la scène trop étroite du rock belge : Scooter, Luna Twist, Polyphonic Size, The Scabs, Marc Morgan et les Tricheurs, Dirk Blanchart, Anna Domino et La Muerte, pour n'en citer que quelques-uns.
En 1986, après l'aventure TC Matic, Arno revient avec un premier album qui paraît sous son nom. Il n'a pas changé, il est toujours entouré des mêmes musiciens, mais sa carrière prend une nouvelle dimension. Personnage unique, mélange de playboy et de vagabond, Arno est une icône au-delà des frontières de son pays. Ancré dans le rock, il est aussi à l'aise dans le blues, le funk, la chanson française et les ambiances de bar à la Tom Waits. Parallèlement à la musique, Arno commencera en 1996 une carrière d'acteur au cinéma.

Dans notre panorama du rock belge, nous nous étions arrêtés en 1986, au moment où Arno entamait sa carrière solo. C'est également en 1986 qu'apparaît Vaya Con Dios. C'est le groupe de Dani Klein, une chanteuse connue et appréciée en Belgique, notamment pour sa participation au groupe Arbeid Adelt!.
Le premier album de Vaya Con Dios a des accents hispanisants, influencé par le flamenco et la musique gitane. Il s'impose grâce au succès du titre "Just a friend of mine", qui triomphe en France et en Europe. Après une pause en 1999 où elle montera le groupe Purple Prose, Dani Klein réactivera Vaya Con Dios en 2004.

En 1987, "I lie and I cheat" est un tube en Belgique et en Hollande pour Won Ton Ton, le groupe de la chanteuse Bea Van Der Maat. Won Ton Ton continuera d'enregistrer jusqu'en 1996, puis Bea arrêtera, pour des raisons familiales, mais aussi pour retrouver son travail à la télévision flamande. Elle reviendra toutefois en 1996 avec un album solo de trip-hop : "THIN SKINNED".

En 1990 en Belgique, les chansons simples et immédiates de Clouseau trouvent un écho important auprès des adolescents qui en font un de leurs groupes préférés. L'année suivante, on retrouve Arno avec l'album "CHARLES ET LES LULUS". C'est un projet qu'il a réalisé avec un vétéran de la scène belge, le guitariste Roland Van Campenhout, plus connu sous son simple prénom de Roland. Roland avait été révélé par le Festival de Jazz de Bilzen en 1969. Mais sa carrière avait commencé bien avant et on peut dire qu'il a écumé toutes les scènes de Belgique jusqu'aux plus petits bars avec un répertoire fait de folk, de blues, de country, de rock, de rhythm & blues et même de world music. Sur l'album "Charles et Les Lulus", Arno et Roland proposent des reprises très personnelles et inspirées de classiques de l'histoire du rock.

Avec l'arrivée du New Beat et de la House Music, le producteur Jo Bogaert imagine le projet Technotronic en 1989. Selon les morceaux, il fait appel à différents vocalistes, par exemple Ya Kid K, Felly, le rapper néerlandais MC Eric ou l'Américaine Réjane Magloire, alias Reggie du groupe Indeep.
Le premier single de Technotronic, "Pump up the jam", est un tube mondial. Il se vend à trois millions et demi d'exemplaires. Dans les classements du Billboard aux Etats-Unis, il est N°2. Il n'arrivera pas à égaler Sœur Sourire. Pour l'instant, "Dominique" est la seule production belge qui ait atteint le N°1 dans ce classement. Jo Bogaert reste un producteur réputé en Belgique : il a travaillé notamment pour Gorki et An Pierlé.

A Anvers, au début des années 90, Sarah Bettens et son frère Gert forment le groupe The Choice qui enregistre un premier album en 1994. Comme un groupe américain porte déjà ce nom, ils doivent changer et ils deviennent K's Choice. En 1995, ils se font remarquer avec "Not and addict", un extrait de l'album "PARADISE IN ME". Leur carrière est lancée. Alanis Morissette leur demande de faire ses premières parties. En 2003, Sarah Bettens choisira de mettre le groupe en sommeil pour travailler en solo. K's Choice reviendra en 2009. Leur dernier album, "ECHO MOUNTAIN", est paru en mars 2010.

Créé en 1981 à Aarschot, près de Bruxelles, Front 242 s'inspire au départ de la musique industrielle qui se développe en Angleterre avec des groupes comme Cabaret Voltaire. Après avoir introduit le terme de "electronic body music" pour définir leur style, Front 242 obtiennent un premier hit dans les clubs en 1988. Trois ans plus tard, l'album "TYRANNY FOR YOU" atteint la quatre-vingt-quinzième place dans les classements du Billboard américain. 
En 1992, leur musique est révélée au grand public grâce au clip de "Rhythm of time" que l'on peut voir dans le film "Jeune fille partagerait appartement", avec Bridget Fonda et Jennifer Jason Leigh. Mené par le chanteur Jean-Luc De Meyer et le clavier Daniel Bressannutti, Front 242 s'est imposé dans de nombreux pays anglo-saxons, malgré une musique radicale et sans compromis.

En 1993, après avoir terminé des études de Droit à l'Université de Bruxelles, Axelle Red publie un premier album intitulé "SANS PLUS ATTENDRE". Très vite, elle réussira à exporter son succès vers la France. En 1995, elle se fait remarquer en enregistrant "À TÂTONS", qui est sans doute un des premiers albums soul chantés en français. Elle l'a réalisé à Nashville avec Steve Cropper et plusieurs collaborateurs d'Isaac Hayes, des musiciens des Studios Stax qu'elle invitera d'ailleurs à tourner avec elle en Europe. Axelle Red a publié son sixième album studio en janvier 2009. Il s'appelle "SISTERS AND EMPATHY".

Formé à Anvers en 1991 autour du chanteur Tom Barman, dEUS a très vite acquis un statut de groupe culte, avec une musique qui emprunte à Frank Zappa, à Tom Waits et à Captain Beefheart. Pour l'anecdote, ils ont été le premier groupe belge progressif signé sur un grand label international, en l'occurrence Island Records.
Depuis ses débuts, dEUS a évolué. Plusieurs de ses membres originaux sont partis pour créer d'autres entités très intéressantes comme Dead Man Ray ou encore Zita Swoon. Le sixième album studio de dEUS, "KEEP YOU CLOSE", paraîtra en avril prochain.

Les années 90 sont très riches sur la scène belge où se confirme le talent de l'américaine Beverly Jo Scott. Installée dans le pays depuis plusieurs années, déjà remarquée pour plusieurs collaborations, elle publie enfin un premier album sous son nom. Zap Mama fait sensation dans le domaine de la world music. Channel Zero et Gorki font leurs débuts et Hooverphonic s'impose dans le style trip-hop, avec des accents de techno, de folk et d'ambient music. On retrouve également du trip-hop, mais aussi du jazz et de la new-wave dans la musique très élégante de Ozark Henry, à partir de 1996. Ozark Henry est le groupe de Piet Goddaer, le fils du compositeur classique Norbert Goddaer.

Depuis 1978, tous les deux ans, le magazine télé belge "Humo", qui sponsorise le Festival Rock de Werchter, organise un concours baptisé "Humo's Rock Rally". Beaucoup d'artistes belges ont lancé leur carrière grâce à ce concours. Les premiers vainqueurs avaient été le groupe flamand De Kreuners. La cuvée 1996, par exemple, était très relevée puisqu'on remarquait parmi les finalistes Novastar, Arid et An Pierlé, c'est-à-dire trois voix remarquables au service d'une musique très personnelle.
Pianiste classique de formation, An Pierlé a commencé seule avant de s'adjoindre les services du groupe White Velvet. En France, elle s'était fait remarquer avec une reprise très enjouée de la chanson de Jacques Dutronc, "Il est cinq heures, Paris s'éveille". An Pierlé a déjà enregistré quatre albums. Le dernier, "HINTERLAND", est paru en octobre 2010.

En 1998, c'est Das Pop qui remporte le "Humo's Rock Rally". L'année suivante, Venus publie son premier album : "WELCOME TO THE MODERN DANCE HALL". Tout cela est de bon augure pour la décennie suivante qui s'ouvre sous les meilleurs auspices. En 2003, Sharko, le groupe du chanteur-guitariste David Bartholomé, se fait connaître en Europe avec son troisième album. Fondé en 1997, Sharko s'était déjà forgé une solide réputation de groupe de scène. Il progressera encore avec "MOLECULE" en octobre 2006, un disque plus dense et plus profond que les précédents.

De la simplicité, de l'efficacité, une précision proche de la perfection et beaucoup d'idées, voilà quelques éléments qui caractérisent la pop-rock mélodique de Girls in Hawaii. Contrairement à ce que leur nom pourrait laisser penser, c'est un groupe entièrement masculin dont presque tous les membres sont originaires de Braine-L'Alleud.
Leur premier album, "FROM HERE TO THERE", est paru en novembre 2003. Il a été commercialisé jusqu'au Japon et aux Etats-Unis où ils ont tourné sur la Côte Ouest. Malheureusement, Girls in Hawaii a subi un coup d'arrêt en mai dernier avec la disparition de Denis, son batteur, qui a trouvé la mort dans un accident de la circulation à Bruxelles.

Formé à Gand par le chanteur-guitariste Bert Ostyn, Absynthe Minded propose un pop-rock souvent teinté de jazz. Pour beaucoup de critiques, leur single "My heroics, part one", est un des meilleurs titres produits en Belgique au cours de la décennie passée. En janvier 2010, pour l'album qui porte leur nom, "ABSYNTHE MINDED", ils ont reçu quatre Music Industry Awards, notamment celui du meilleur single pour "Envoi".

En janvier 2011, c'est le groupe de blues-rock anversois Triggerfinger qui a été sacré groupe de l'année par les Music Industry Awards. Triggerfinger participe au renouvellement du rock belge, au même titre que d'autres artistes comme Ghinzu, Mintzkov, Tuesday After 8, The Tellers, Vismets ou encore The Black Box Revelation qui propose depuis 2007 un rock direct, puissant et jubilatoire. Eux aussi ont été récompensés aux derniers Music Industry Awards. Ils ont été distingués pour leurs prestations scéniques et comme meilleur groupe de rock alternatif de l'année.

Selah Sue est une des dernières arrivées sur la scène belge et européenne. Jeune chanteuse de vingt et un ans, elle est auteur-compositeur, elle s'accompagne à la guitare acoustique et cite comme influences musicales Erikah Badu et Lauryn Hill. En France, elle s'est fait remarquer dans l'émission de télévision "Taratata", où elle a chanté en duo avec Moby et avec Ben l'Oncle Soul. Selah Sue a également participé à l'album "The lady killer" du rappeur américain Cee Lo Green avec qui elle chante "Please". Son premier album paraîtra en France le 7 mars prochain.

Terre d'asile de toutes les musiques au coeur de l'Europe, la Belgique a accueilli sur son sol des artistes aussi différents que Marvin Gaye, Orchestral Manoeuvres in the Dark ou encore Tuxedo Moon qui avaient choisi de s'y installer un certain temps. Le pays a également vu se développer de multiples labels indépendants très actifs comme les Disques du Crépuscule, Crammed Discs et PIAS.
Nous terminerons ce survol trop rapide et forcément incomplet du rock belge avec My Little Cheap Dictaphone. C'est un projet imaginé par Redboy – alias Michael Larivière – qui poursuit parallèlement une carrière radicalement différente avec le groupe Hollywood Porn Stars. My Little Cheap Dictaphone est un trio originaire de Liège. Ils ont déjà publié trois albums qui mêlent des éléments de rock, de pop et de country. Le dernier, "THE TRAGIC TALE OF A GENIUS", est paru il y a deux semaines en France. C'est une production très aboutie qui a parfois des accents d'opéra-rock. Le titre "What are you waiting" a été enregistré avec la participation de Jonathan Donahue, le chanteur du groupe

Tous nos remerciements à nos amis de Bel-RTL pour l'aide précieuse qu'ils nous ont apportée pour la réalisation de cette Saga consacrée au Rock Belge.

TITRES DIFFUSÉS (dans l'ordre de leur passage à l'antenne) :


-    Burt Blanca : "Guitar boogie" (CD "Instrumental sixties guitar party")
-    The Cousins : "Kili Watch" (CD "The Cousins")
-    The Jokers : "Cecilia rock" (CD "Wit-Lof from Belgium, Vol. 1 : 50's – 60's")
-    Ferré Grignard : "Ring, ring, I've got to sing" (CD "The best of Ferré Grignard")
-    The Mec Op Singers : "Dies irae" (CD single "Dies irae")
-    The Wallace Collection : "Daydream" (CD "Laughing cavalier")
-    Pierre Rapsat : "New York" (LP "New York")
-    Plastic Bertrand : "Ça plane pour moi" (CD "An 1")
-    Telex : "Twist à Saint-Tropez" (CD "Looking for Saint-Tropez")
-    Machiavel : "Rope dancer" (CD "Mechanical moonbeams")
-    Machiavel : "Fly" (CD "New lines")
-    Jo Lemaire + Flouze : "Je suis venue te dire que je m'en vais" (CD "Pigmy world")
-    TC Matic : "O la la la" (CD "TC Matic")
-    Nacht und Nebel : "Beats of love" (CD "Beats of love")
-    Soulsister : "The way to your heart" (CD "It takes two")
-    Arno : "Forget the cold sweat" (CD "Arno")
-    Arno : "Jive to the beat" (CD "Charlatan")
-    Vaya Con Dios : "Just a friend of mine" (CD "Vaya Con Dios")
-    Won Ton Ton : "I lie and I cheat" (CD "Home")
-    Charles et les Lulus : "Walkin' the dog" (CD "Charles et les Lulus")
-    Technotronic : "Pump up the jam" (CD "Pump up the jam : the album")
-    K's Choice : "Believe" (CD "Cocoon crash")
-    Front 242 : "Rhythm of time" (CD "Tyranny for you")
-    Axelle Red : "À tâtons" (CD "À tâtons")
-    dEUS : "7 days, 7 weeks" (CD "Pocket revolution")
-    Ozark Henry : "These days" (CD "The soft machine")
-    An Pierlé & White Velvet : "Little by little" (CD "Hinterland")
-    Sharko : "Spotlite" (CD "Sharko III")
-    Girls in Hawaii : "Shades of time" (CD "Plan your escape")
-    Absynthe Minded : "Envoi" (CD "Absynthe minded")
-    The Black Box Revelation : "High on a wire" (CD "Silver threats")
-    Selah Sue : "Raggamuffin" (CD "Selah Sue")
-    My Little Cheap Dictaphone : "What are you waiting for" (CD "The tragic tale of a genius")


DISCOGRAPHIE ADDITIVE ET SÉLECTIVE :

-    "WIT-LOF FROM BELGIUM, VOL. 1 : 50's – 60's" (compilation – 1990)
-    "WIT-LOF FROM BELGIUM, VOL. 2 : 70's" (compilation – 1990)
-    "WIT-LOF FROM BELGIUM, VOL. 3 : 80's" (compilation – 1990)
-    "WIT-LOF FROM BELGIUM, VOL. 4 : 80's, part two" (compilation – 1990)
-    TECHNOTRONIC : "THE GREATEST HITS" (compilation – 1993)
-    ARID : "LITTLE THINGS OF VENOM" (album – 1999)
-    VENUS : "WELCOME TO THE MODERN DANCE HALL" (album – 1999)
-    COUSTEAU : "COUSTEAU" (album – 2001)
-    DEAD MAN RAY : "CAGO" (album – 2002)
-    K'S CHOICE : "1993>2003 TEN YEARS OF" (compilation – 2003)
-    DE KREUNERS : "ESSENTIAL" (compilation – 2003)
-    "THE HONEYMOON KILLERS / LES TUEURS DE LA LUNE DE MIEL" (réédition album – 2003)
-    HOLLYWOOD PORN STARS : "YEAR OF THE TIGER" (album – 2004)
-    GORKI : "HET BESTE VAN" (compilation – 2005)
-    MACHIAVEL : "ANTHOLOGY 25TH ANNIVERSARY" (compilation – 2007)
-    "B9 BIS : BELGIAN COLD WAVE 1979-1983" (compilation – 2007)   
-    VINCENT SCARITO : "IT'S HEAVEN" (album – 2007)
-    HOLLYWOOD PORN STARS : "SATELLITES" (album – 2005)
-    NOVASTAR : "ALMOST BANGOR" (album – 2008)
-    TRIGGERFINGER : "WHAT GRABS YA?" (album – 2009)
-    ZITA SWOON : "TO PLAY, TO DREAM, TO DRIFT : AN ANTHOLOGY" (compilation – 2009)
-    GHINZU : "MIRROR, MIRROR" (album – 2009)
-    TELEX : "ULTIMATE BEST OF" (compilation – 2009)
-    ARNO : "BEST OF" (coffret – 2009)
-    BEVERLY JO SCOTT : "PLANET JANIS" (album – 2010)
-    TUESDAY AFTER 8 : "TUESDAY AFTER 8" (mini album – 2010)
-    THE SCABS : " THE SINGLES" (compilation – 2010)
-    "AFTER TWILIGHT" (compilation Les Disques du Crépuscule – 2005)
-    PIERRE RAPSAT : "SAISONS – ANTHOLOGIE, VOL. 1" (compilation – 2010)
-    PIERRE RAPSAT : "JARDIN SECRET – ANTHOLOGIE, VOL. 2" (compilation – 2010)
-    CLOUSEAU : "20-HET BESTE VAN" (compilation – 2010)
-    ARID : "UNDER THE COLD STREET" (album – 2010)
-    MINTZKOV : "RISING SUN, SETTING SUN" (album – 2010)
-    ARNO : "BRUSSLD" (album – 2010)


Lire la suite
Musique Saga
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771238199
La Saga du Rock Belge
La Saga du Rock Belge
Dans le cadre des échanges RTL - Bel RTL qui ont lieu tout ce week-end à l'occasion de la sortie du film "Rien à déclarer", Saga propose une émission spéciale consacrée au Rock Belge. De Burt Blanca à Wallace Collection, en passant par Arno, Machiavel, Technotronic, et jusqu'à Deus, Girls in Hawaii et la dernière révélation Selah Sue, la scène pop-rock en Belgique est d'une richesse exceptionnelle. La Saga du Rock Belge, c'est un panorama très large - mais forcément incomplet - qui témoigne d'une créativité tous azimuts et d'une diversité musicale exceptionnelle. On y constatera qu'au-delà des noms qui ont réussi à traverser les frontières, il existe sur la scène belge de nombreux autres talents à découvrir.
https://www.rtl.fr/culture/musique/saga-la-saga-du-rock-belge-7771238199
2011-01-28 08:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/O-lnu3cGj5JSzv0yk2u1IA/330v220-2/online/image/2011/0126/7654369615_arno.jpg