1 min de lecture Musique

La Saga de Pink Floyd (1ère partie)


A l'occasion de la réédition en version remasterisée de l'ensemble du catalogue de Pink Floyd, Saga consacre deux émissions exceptionnelles de trois heures à ce groupe mythique, inventeur de la musique planante, qui reste un des acteurs majeurs de la légende du rock. Avec les commentaires de Roger Waters, David Gilmour et Nick Mason, Saga retrace une carrière qui s'est étendue sur près de trois décennies. Dans cette première émission, nous suivrons Pink Floyd depuis ses débuts en 1966 jusqu'au triomphe de l'album "The dark side of the moon", en 1973.

Pink Floyd
Pink Floyd


LA SAGA DE PINK FLOYD (première partie)

"Lucifer Sam" (CD "The piper at the gates of dawn")

Pink Floyd est sans aucun doute, avec les Beatles et les Rolling Stones, un des groupes les plus connus de la musique pop, en tout cas un des plus écoutés. Le rock psychédélique ou cosmique, la musique planante, les light-shows, toutes ces influences dues à Pink Floyd ont laissé une marque indélébile dans la musique populaire et dans le cœur du grand public. La reparution en version remasterisée des quatorze albums studio qu'ils ont enregistrés au cours de leur carrière est l'occasion de découvrir - ou plus certainement de redécouvrir - un groupe qui demeure un des acteurs majeurs de l'histoire de la rock music.

"Astronomy domine" (CD "The piper at the gates of dawn")

C'est Roger Waters qui est à l'origine de la formation de Pink Floyd. Il est né le 6 septembre 1943. Originaire de Cambridge, c'est d'abord au lycée qu'il rencontre Syd Barrett et David Gilmour. A Londres, où ils continuent ensuite leurs études, leurs chemins vont se croiser avant de se confondre. Roger Waters rappelle comment le groupe s'est mis en place.

"Syd Barrett n'habitait pas très loin de chez moi. Il était d'un an plus jeune et nous étions amis car nos parents se fréquentaient. Nous allions également au même cours de peinture à l'école quand nous étions petits, si bien que lorsque j'ai quitté Cambridge pour aller à Londres étudier l'architecture, nous avions fait le pacte de nous retrouver l'année d'après, lorsqu'il viendrait lui aussi apprendre la peinture, et de monter lui et moi un groupe. Lorsqu'il a débarqué, j'avais déjà sympathisé et démarré plusieurs groupes avec Nick Mason et Rick Wright qui étaient étudiants dans la même école que moi."

Quant au nom du groupe, Pink Floyd, c'est Syd Barrett qui en a eu l'idée, en réunissant les prénoms de deux chanteurs de blues, Pink Anderson et Floyd Council.

"See Emily play" (CD "Pink Floyd / 1967 The first 3 singles")

Pink Floyd prend sa forme définitive au cours du printemps 1966. Rick Wright est aux claviers, Roger Waters à la basse et Nick Mason à la batterie. Ils entourent celui qui apparaît comme le premier leader du groupe, le guitariste chanteur Syd Barrett. Dès cette époque, Pink Floyd joue tous les dimanches après-midi au Marquee et devient petit à petit le groupe officiel de l'underground londonien. En octobre 1966, à la Roundhouse de Londres, ils participent au lancement du magazine branché "International Times". Cet événement constitue leur véritable démarrage. A partir de ce moment, ils vont servir de référence à tout le mouvement rock psychédélique. Début 1967, après une première tournée anglaise, ils signent chez EMI et publient le 45-tours "Arnold Layne" qui atteint la vingtième place du hit-parade.

"Arnold Layne" (CD "Pink Floyd / 1967 The first 3 singles")

Pink Floyd est à cette époque le groupe attitré du club UFO où ils expérimentent les tout premiers light-shows. Syd Barrett crée une musique à son image, trouble et violente, bizarre, ambiguë et hallucinée. C'est ce que l'on retrouve sur leur premier album, "THE PIPER AT THE GATES OF DAWN", qui paraît le 5 août 1967. Il se classe N°6 dans les hit-parades anglais, N°131 aux Etats-Unis. Quant au seul single qui en est extrait, "Flaming", il n'apparaît dans aucun classement.

"Flaming" (CD "The piper at the gates of dawn")

"The piper at the gates of dawn" a été produit par Norman Smith, l'ancien ingénieur du son des Beatles. Cet album est l'œuvre presque exclusive de Syd Barrett qui a même réalisé le dessin que l'on peut voir au dos de la pochette. A lui seul, il incarne Pink Floyd, mais cette situation ne va pas durer. Lors de la tournée américaine qui suit, la folie débridée de Barrett prend des proportions qui mettent en péril l'avenir du groupe.

"Interstellar overdrive" / "The gnome" (CD "The piper at the gates of dawn")

Le comportement ingérable de Syd Barrett inquiète les trois autres membres de Pink Floyd qui prennent rapidement une décision radicale. Le 18 janvier 1968, c'est un ami de Syd Barrett, le guitariste David Gilmour, qui est engagé pour le remplacer. Le 6 avril, Syd ne fait plus partie de Pink Floyd. Le dernier titre qu'il a signé pour le groupe, c'est "Apples and oranges", le single qui est paru le 18 novembre 1967.

"Apples and oranges" (CD "Pink Floyd / 1967 The first 3 singles")

C'est à Londres, le 29 juin 1968, dans le cadre d'un des fameux spectacles gratuits de Hyde Park, que Pink Floyd présente son deuxième album, "A SAUCERFUL OF SECRETS", toujours produit par Norman Smith. Enthousiaste et unanime, la critique redonne au groupe cette assurance que le départ de Syd Barrett avait entamée. Syd, qui a participé ici à trois titres sans être crédité, enregistrera deux albums solo qui paraîtront en 1970 : "THE MADCAP LAUGHS" et "BARRETT".

"Let there be more light" (CD "A saucerful of secrets")

Après le départ de Syd Barrett, c'est Roger Waters qui apparaît comme le nouveau leader de Pink Floyd. Mais Roger n'a jamais oublié ce que le groupe et lui-même doivent à Syd Barrett.

"Syd était l'âme du groupe. Il écrivait, composait la plupart des morceaux. C'est son génie, sa créativité qui nous ont fait remarquer et démarrer en premier lieu. Sans lui, ça ne serait pas arrivé. Si bien que lorsqu'il est tombé malade et qu'on s'est retrouvés seuls, on a dû s'y mettre. C'était ça ou retourner aux études. Alors, on s'est tous mis à la composition et c'est à ce moment que j'ai découvert que j'avais quelque chose à dire et que je pouvais chanter. Grâce à Syd."

"Set the controls for the heart of the sun" (CD "A saucerful of secrets")

A partir de 1969, Roger Waters accroît son emprise sur Pink Floyd.  Cela se traduit par des compositions de plus en plus longues, des tournées de plus en plus gigantesques, et par une certaine forme de grandiloquence que les admirateurs de l'époque Barrett auront du mal à accepter. En juillet 1969, Pink Floyd propose et produit "MORE", une musique écrite pour le film de Barbet Schroeder qui porte le même titre. Le film et sa musique rencontrent un grand succès populaire. Ce n'est pas leur premier essai en la matière : ils avaient déjà signé la bande originale du film "The Committee" en 1968.

"Cirrus minor" / "Main theme"  (CD "More")

DEUXIÈME HEURE

"Cymbaline" (CD "More")

Pink Floyd vient de connaître un grand succès avec la musique composée pour le film "More". En octobre 1969, le groupe propose "UMMAGUMMA". C'est un double album qui se présente en deux parties bien distinctes. La première est un disque en public qui a été produit par le groupe lui-même, une sorte de "best of" qui résume la première partie de leur carrière et qui souligne leur parfaite maîtrise et leur cohésion. On y trouve par exemple une version "live" de "Careful with that axe, Eugene", un instrumental qui figurait en face B de leur cinquième single, "Point me at the sky", qui était paru en décembre 1968.

"Careful with that axe, Eugene" (CD "Ummaguma")

Le morceau que l'on vient d'entendre, "Careful with that axe, Eugene", sera réenregistré et rebaptisé "Come in number 51, your time is up" pour la bande originale du film d'Antonioni "ZABRISKIE POINT", en février 1970. Le réalisateur italien, qui avait demandé à Pink Floyd de composer toute la bande originale de son film, n'en retiendra finalement que trois extraits. Mais rien ne sera perdu et le groupe reprendra le matériel écarté dans ses disques suivants.
Pour en revenir à "Ummagumma", la seconde partie est un disque qui a été enregistré en studio et qui a été produit par Norman Smith. Il permet à chacun des quatre musiciens de donner libre cours à son inspiration créatrice et il définit la nouvelle orientation du groupe. Roger Waters y signe deux titres dont "Grantchester meadows".

"Grantchester meadows" (CD "Ummagumma")

Au cours de l'été 1970, Pink Floyd participent au Festival de Bath. Ils y présentent "Atom Heart Mother", une nouvelle création rehaussée par des chœurs, une section de cuivres et des feux d'artifices. L'album "ATOM HEART MOTHER" sort en octobre 1970 et suscite un intérêt irrésistible qui propulse Pink Floyd à la première place du hit-parade anglais.
C'est un disque charnière entre le rock proposé sur "Ummagumma" et la sophistication que l'on découvrira sur "The dark side of the moon". C'est aussi la seule expérience symphonique de Pink Floyd, avec la participation de Ron Geesin, un expert en électronique que l'on retrouvera sur le premier album solo de Roger Waters, "Music from the body".

"Atom heart mother" (CD "Atom heart mother")

"Atom Heart Mother" est la première collaboration de Pink Floyd avec Alan Parsons, qui est crédité comme ingénieur du son assistant, et la dernière avec le producteur Norman Smith qui s'apprête à entamer une carrière de chanteur sous le nom de Hurricane Smith.
Pink Floyd, qui veut alors évoluer vers d'autres sortes de musiques, rejette son image psychédélique. C'est aussi pour cette raison qu'ils ont choisi pour "Atom heart mother" une pochette neutre, sans aucune référence musicale. On y voit simplement une vache dans un pré, sans aucune autre indication. Le photographe Storm Thorgerson qui a réalisé toutes les pochettes de Pink Floyd depuis le premier album, a raconté avoir simplement  photographié la première vache rencontrée dans la campagne anglaise au nord de Londres. Son propriétaire, qui la reconnaîtra sur la pochette du disque, indiquera qu'elle s'appelle "Lulubelle III".

"Summer '68" (CD "Atom Heart Mother")

Après "THE BEST OF PINK FLOYD", qui date de 1970, une deuxième compilation paraît en mai 1971. Elle s'appelle "RELICS" et sa pochette est illustrée par un dessin du batteur Nick Mason qui affirme qu'il s'agit là du seul travail sérieux qu'il a fait alors qu'il était étudiant en architecture.
"Relics" contient dix titres qui ont été enregistrés entre 1967 et 1969, ainsi qu'un inédit intitulé "Biding my time". C'est un extrait d'une longue suite musicale baptisée "The man" qu'ils jouaient lors de leur tournée de 1969. C'est une composition de Roger Waters sur laquelle on peut entendre le clavier Richard Wright jouer du trombone.

"Biding my time" (CD "Relics")

TROISIÈME HEURE

"One of these days" (CD "Meddle")

Le 13 novembre 1971 marque la sortie de "MEDDLE", le sixième album studio de Pink Floyd. Il reçoit un accueil un peu plus mitigé que le précédent, "Atom heart mother". Il faut dire que, comme c'est le cas pour de nombreux groupes anglais ou américains au début des années 70, Pink Floyd connait une période de questionnement et d'hésitation.
Pour "Meddle", ils sont arrivés en studio sans aucune composition, sans vraiment savoir quelle direction ils allaient donner à leur travail, mais le résultat est loin d'être banal. Les sessions ont donné lieu à de multiples expérimentations, ce qui est particulièrement évident dans le long morceau "Echoes". Une autre particularité de l'album "Meddle", c'est que les quatre musiciens ont encore travaillé ensemble sur chacun des morceaux, y compris pour l'écriture des textes. Par la suite, on sait que c'est Roger Waters qui aura la mainmise sur les thèmes centraux des disques et sur tous les textes. La version de "Echoes" que nous écoutons maintenant est celle qui a été retravaillée en 2001 pour la compilation "Echoes: The best of Pink Floyd".

"Echoes" (CD "Echoes : The Best of Pink Floyd")

Pour Pink Floyd, la première partie de l'année 1972 est consacrée à une tournée en Angleterre, au Japon et aux Etats-Unis, entrecoupée de séances d'enregistrement pour le film "La vallée" de Barbet Schroeder. La bande originale de ce film sert de base à l'album "OBSCURED BY CLOUDS". C'est le septième album studio du groupe et il paraît en juin 1972. Il a été réalisé près de Paris, dans l'Oise, au Château d'Hérouville. Pink Floyd ne rééditent pas le succès de "More", mais ils se classent tout de même N°1 en France et N°6 en Angleterre, et c'est leur première incursion dans le Top 50 américain. Aux Etats-Unis, "Free four" est leur premier single largement diffusé par les radios.

"Free four" (CD "Obscured by clouds")

En septembre 1972, on peut voir Pink Floyd dans le film "Live at Pompeii". Il sort enfin dans le circuit traditionnel des salles de cinéma, alors qu'il était destiné au départ uniquement aux télévisions européennes. On y voit le groupe jouer dans l'ancien amphithéâtre de la célèbre ville italienne, avec des séquences additionnelles qui ont été réalisées en studio, à Paris. Le groupe rejoint ensuite la troupe du chorégraphe Roland Petit pour la création de son spectacle "Pink Floyd Ballet" à la salle Vallier de Marseille.
Le 23 mars 1973, au Planétarium de Londres, Pink Floyd présente sur scène l'album qui est sorti au début du mois : "THE DARK SIDE OF THE MOON". Le premier single qui en est extrait, "Money", s'impose aussitôt comme un tube incontournable.

"Money" (CD "The dark side of the moon")

La préparation de l'album "The dark side of the moon" a nécessité neuf mois de travail méticuleux et le résultat est à la hauteur de l'investissement. La production est parfaite et les thèmes s'enchaînent naturellement. L'album aborde des grands sujets universels comme la guerre, l'argent, le passage du temps et la santé mentale. Il a été enregistré en deux étapes au Studio Abbey Road à Londres, entre mai 1972 et janvier 1973.
Alan Parsons, qui n'était qu'assistant sur "Atom heart mother", a gagné ses galons d'ingénieur du son principal. C'est lui, en grande partie, qui est responsable de la couleur sonore de ce disque. C'est à lui aussi que l'on doit la participation de la chanteuse Clare Torry, qui vocalise sur "The great gig in the sky".

"The great gig in the sky" (CD "The dark side of the moon")

"The dark side of the moon" est un chef d'œuvre. C'est un des disques essentiels de l'histoire du rock, un aboutissement qui place Pink Floyd au niveau des plus grands. Aux Etats-Unis, où le groupe n'a jamais été classé au dessus de la quarante-sixième place, "The dark side of the moon" atteint le sommet des hit-parades et bat tous les records. Il restera classé dans le Top 200 des albums pendant sept cent quarante et une semaines consécutives, c'est-à-dire pendant plus de quatorze ans, un record que personne n'a égalé jusqu'ici. En Angleterre, "The dark side of the moon" s'installe dans les charts pour deux années entières.
La pochette a été réalisée par le Studio Hipgnosis, une structure créée par le photographe designer Scott Thorgerson. Beaucoup la considèrent comme une des pochettes d'album les plus réussies, une référence en la matière.

"Us and them" / "Any colour you like" / Brain damage" / "Eclipse" (CD "Dark side of the moon")


    DISCOGRAPHIE :

-    "ARNOLD LAYNE" (single – 1967)
-    "SEE EMILY PLAY" (single – 1967)
-    "THE PIPER AT THE GATES OF DAWN" (album – 1967)
-    "APPLES AND ORANGES" (single – 1967)
-    "A SAUCERFUL OF SECRETS" (album – 1968)
-    "IT WOULD BE SO NICE" (single - 1968)
-    "POINT ME AT THE SKY" (single - 1968)
-    "MORE" (BO – 1969)
-    "UMMAGUMMA" (live + studio album – 1969)
-    "ZABRISKIE POINT" (BO – 1970)
-    "THE BEST OF PINK FLOYD" (compilation - 1970)
-    "ATOM HEART MOTHER" (album – 1970)
-    "RELICS" (compilation – 1971)
-    "MEDDLE" (album – 1971)
-    "OBSCURED BY CLOUDS" (album – 1972)
-    "DARK SIDE OF THE MOON" (album – 1973)
-    "A NICE PAIR" (compilation – 1974)
-    "MASTERS OF ROCK" (compilation - 1974)
-    "WISH YOU WERE HERE" (album – 1975)
-    "ANIMALS" (album – 1977)
-    "THE WALL" (album – 1979)
-    "A COLLECTION OF GREAT DANCE SONGS" (compilation – 1981)
-    "WORKS" (compilation – 1983)
-    "THE FINAL CUT" (album – 1983)
-    "A MOMENTARY LAPSE OF REASON" (album – 1987)
-    "DELICATE SOUND OF THUNDER" (live album – 1988)
-    "SHINE ON" (coffret – 1992)
-    "THE DIVISION BELL" (album – 1994)
-    "PULSE" (live album – 1995)
-    "1967 : THE FIRST THREE SINGLES" (compilation - 1997)
-    "IS THERE ANYBODY OUT THERE ? THE WALL LIVE 1980-81" (live album –2000)
-    "ECHOES – THE BEST OF PINK FLOYD" (compilation – 2001)
-    "THE PINK FLOYD AND SYD BARRETT STORY" (DVD - 2004)
-    "INSIDE PINK FLOYD – A CRITICAL REVIEW, 1967-1996" (compilation  – 2004)
-    "OH BY THE WAY" (coffret – 2007)
-    "DISCOVERY" (coffret – 2011)

    DAVID GILMOUR :

-    "DAVID GILMOUR" (album – 1978)
-    "ABOUT FACE" (album – 1984)
-    "ON AN ISLAND" (album – 2006)
-    "LIVE IN GDANSK" (live album – 2008)

    RICHARD WRIGHT :

-    "WET DREAM" (album – 1978)
-    "IDENTITY" sous le nom de ZEE, avec Dave Harris (album – 1984)
-    "BROKEN CHINA" (album – 1996)

    NICK MASON :

-    "FICTITIOUS SPORTS" (album – 1981)
-    "PROFILES" (avec Rick Fenn)(album – 1985)

    SYD BARRETT :

-    "THE MADCAP LAUGHS" (album – 1970)
-    "BARRETT" (album – 1970)
-    "THE PEEL SESSIONS" (album – 1987)
-    "OPEL" (album – 1988)
-    "CRAZY DIAMOND – THE COMPLETE SYD BARRETT" (coffret – 1993)
-    "OCTOPUS" (album – 1994)
-    "WOULDN'T YOU MISS ME" (compilation – 2001)

     ROGER WATERS :

-    "MUSIC FROM THE BODY" (BO – 1970)
-    "THE PROS AND CONS OF HITCH HIKING" (album – 1984)
-    "WHEN THE WIND BLOWS" (BO – 1986)
-    "RADIO K.A.O.S." (album – 1987)
-    "THE WALL : LIVE IN BERLIN" (live album – 1990)
-    "AMUSED TO DEATH" (album – 1992)
-    "IN THE FLESH" (live album – 2001)
-    "FLICKERING FLAME : THE SOLO YEARS, VOL. 1" (compilation – 2003)
-    "ÇA IRA" (opera – 2005)



Lire la suite
Musique Saga
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771238260
La Saga de Pink Floyd (1ère partie)
La Saga de Pink Floyd (1ère partie)
A l'occasion de la réédition en version remasterisée de l'ensemble du catalogue de Pink Floyd, Saga consacre deux émissions exceptionnelles de trois heures à ce groupe mythique, inventeur de la musique planante, qui reste un des acteurs majeurs de la légende du rock. Avec les commentaires de Roger Waters, David Gilmour et Nick Mason, Saga retrace une carrière qui s'est étendue sur près de trois décennies. Dans cette première émission, nous suivrons Pink Floyd depuis ses débuts en 1966 jusqu'au triomphe de l'album "The dark side of the moon", en 1973.
https://www.rtl.fr/culture/musique/saga-la-saga-de-pink-floyd-1ere-partie-7771238260
2011-10-21 08:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/MzAcJ6PcKGLHfmcwkNjnaQ/330v220-2/online/image/2011/1019/7727688601_pink-floyd.jpg