1 min de lecture Musique

La Saga de Jimi Hendrix


En à peine quatre années de succès international, Jimi Hendrix a donné une autre dimension à la musique rock. Jimi est mort à vingt-sept ans, le 18 septembre 1970, et depuis, il est entré dans la légende. Ses disques n'ont jamais cessé de se vendre, notamment aux plus jeunes qui découvrent le phénomène. A l'occasion de la sortie d'un nouvel album studio inédit, "People, Hell & Angels", Saga retrace le parcours fulgurant d'un guitariste de génie, une histoire illustrée par des extraits d'interviews de Jimi et par plusieurs témoignages, dont celui de son ingénieur du son, Eddie Kramer.

Le chanteur et guitariste Jimi Handrix, légende du rock
Le chanteur et guitariste Jimi Handrix, légende du rock Crédit : DR


LA SAGA DE JIMI HENDRIX DANS SON INTÉGRALITÉ

"Little wing" (CD "Axis : Bold as Love")

"PEOPLE, HELL & ANGELS", le nouvel album d'inédits de Jimi Hendrix, montre la dimension expérimentale de son travail juste après la période en trio avec l'Experience. Après la sortie du double album "Electric Ladyland" en octobre 1968, Jimi a très envie de se lancer dans de nouveaux projets avec d'autres musiciens et de nouvelles formations. Cet album, qui porte un titre imaginé par Jimi lui-même, montre dans quelles directions musicales il souhaitait orienter sa carrière.
"Somewhere", le premier single extrait de "People, Hell & Angels", a été enregistré le 13 mars 1968 avec Buddy Miles à la batterie et Stephen Stills à la basse. Cette version est complètement différente de celles qui étaient déjà disponibles. Pour mémoire, on peut rappeler que Jimi avait participé à l'enregistrement de "Old times, good times", un extrait du premier album solo de Stephen Stills.

"Somewhere" (CD "People, Hell & Angels")

Johnny Allen Hendrix est né le 27 novembre 1942 à Seattle, dans l’état de Washington. Quatre ans plus tard, son père changera officiellement ses deux prénoms en James Marshall. Très tôt, le jeune garçon se familiarise avec la musique grâce à la radio et à la collection de disques de blues et de rhythm & blues de son père. Jimi obtient sa première guitare pour son seizième anniversaire. Il commence à travailler l’instrument à l’oreille, car il ne connaît pas le solfège, ce qui restera un de ses grands regrets.
Dès cette époque, Jimi et sa guitare sont inséparables. Où qu’il aille et quoi qu’il fasse elle l’accompagne, comme un prolongement de son corps. Chas Chandler, son manager et producteur, a dit de lui : “C’était un type comme les autres, sinon qu’il ne faisait rien sans sa guitare. Il préparait son petit déjeuner avec sa guitare autour du cou”.

"Come on (part 1)" (CD "Electric Ladyland")

Le 31 mai 1961, Jimi Hendrix s’engage dans l’armée. Il est incorporé dans la 101ème Division Aéroportée, les “Screaming Eagles”. Blessé à la cheville lors d’un saut en parachute, il est libéré par anticipation au bout de treize mois. Ça, c'était la version officielle jusqu'à la parution, en août 2005, de "Room full of mirrors", une biographie de Jimi signée Charles Cross. L'auteur, qui a pu consulter son dossier militaire, nous apprend que pour éviter le Vietnam, Jimi avait réussi à se faire réformer en adoptant une conduite complètement débridée et en prétendant être homosexuel.
Démobilisé, Jimi replonge dans la musique dont il ne s'est jamais éloigné. Pendant deux ans, il tourne dans le Sud avec les King Kasuals. En 1963, il réalise une de ses premières séances d'enregistrement avec le saxophoniste Lonnie Youngblood. L'année suivante, Jimi Hendrix débarque à New York, où il enregistre avec les Isley Brothers. Il travaille aussi avec Ike & Tina Turner, Jackie Wilson, Joey Dee et Wilson Pickett avant de passer six mois avec Little Richard. Il devient ensuite le guitariste de Curtis Knight & The Squires. Au cours de son show, Curtis Knight laisse parfois la vedette à son jeune guitariste, ce qui donne à Jimi l’envie de monter son propre groupe. Ecoutons Jimi Hendrix.

"Il était grand temps. J’en avais vraiment assez. Alors je suis descendu au Village pour monter mon propre groupe, The Rain Flowers. Les Rain Flowers sont devenus les Blue Flames, mais les deux noms me convenaient."

"Highway chile" (CD "Smash Hits")

En 1966, Jimi Hendrix se rebaptise Jimmy James et il monte le groupe The Blue Flames, avec notamment le guitariste Randy California, le futur fondateur de Spirit. En août 66, la réputation grandissante de Jimi attire l'attention de Chas Chandler, l’ancien bassiste des Animals devenu découvreur de talent. Ecoutons Chas Chandler.

"Il passait dans un petit club de Greenwich Village, le Café Wha? quand je l’ai vu. Il jouait avec des musiciens qu’il connaissait depuis à peine quelques heures. Il touchait quinze dollars pour quatre spectacles par jour. Je me suis assis et je me suis dit qu’il était impensable que personne n’ait encore signé ce type. Je n’arrivais pas à croire qu’il traînait là sans que personne ne se soit occupé de lui."

Chas Chandler mourra d'une défaillance cardiaque le 17 juillet 1996 à l’âge de cinquante-sept ans.

"Stone free" (CD "Smash Hits")

Le jeu de guitare de Jimi est étonnant, même pour les professionnels les plus aguerris. Hendrix est droitier quand il écrit, mais gaucher quand il joue : il utilise des guitares de droitiers qu’il retourne et dont il inverse les cordes. Showman d’instinct, il exploite des gimmicks spectaculaires qu’il a appris d’autres bluesmen et qu’il s'est appropriés, comme par exemple le fait jouer de la guitare derrière le dos, derrière la tête ou avec les dents. Il maîtrise des techniques encore peu ou pas exploitées comme le vibrato, la pédale wah-wah et la distorsion. Et surtout, il joue divinement. Sa guitare de prédilection est une Fender Stratocaster.
Le 24 septembre 1966, Chas Chandler emmène Jimmy James à Londres. Il lui redonne son nom d’origine, mais il modifie l’orthographe de son  prénom qu’il transforme en Jimi : J – I – M - I. Il lui adjoint le batteur Mitch Mitchell et le guitariste reconverti à la basse Noel Redding. A eux trois, ils forment The Jimi Hendrix Experience. C'est en France, en première partie de Johnny Hallyday, que le groupe donne ses tout premiers concerts mondiaux : d'abord à Evreux, le 13 octobre, puis à Nancy le 14, à Villerupt le 15 et à Paris, à l’Olympia, le 18 octobre 1966. Il existe d'ailleurs à Evreux une plaque commémorative qui a été inaugurée le 15 octobre 1996 en présence de Noel Redding.

"Killing floor" (Coffret "The Jimi Hendrix Experience")

De retour en Angleterre, Chas Chandler continue de présenter son protégé au tout Londres musical. C'est ainsi que Jimi Hendrix rencontre Paul McCartney, John Lennon, Mick Jagger, Pete Townshend, Jeff Beck et Eric Clapton. Tous sont impressionnés, et peut-être parfois un peu jaloux devant tant de facilité et de talent. The Jimi Hendrix Experience enregistre alors un premier single : "Hey Joe". C'est une chanson que Jimi a entendue à la radio alors qu’il était encore aux Etats-Unis, un titre qu’il joue sur scène depuis quelque temps déjà. “Hey Joe” paraît le 16 décembre 1966 et atteint la quatrième place du hit-parade anglais.

"Hey Joe" (CD "Smash Hits")

Un deuxième single, “Purple haze”, paraît en mars 1967. Ce titre est si novateur et révolutionnaire pour l’époque que la maison de disque américaine colle sur la pochette un sticker qui précise que la distorsion est délibérée et qu’il ne faut pas essayer de corriger le son. “Purple haze” se classe N°4, alors que paraît déjà un troisième single, une ballade cette fois : “The wind cries Mary”.
Jimi est à la une des journaux spécialisés et  il fait des émules, aussi bien dans la rue - où les jeunes Anglais adoptent sa veste militaire à parements - que parmi les musiciens qui, comme Eric Clapton, se font friser les cheveux. Mais Jimi Hendrix est bien autre chose qu’un phénomène de mode. C’est un musicien de génie et son premier album, “ARE YOU EXPERIENCED?”, est une réussite absolue.

"Purple haze" (CD "Smash Hits")

L'album “Are you experienced?” paraît le 12 mai 1967. Il va occuper la deuxième place des charts anglais durant tout l’été qui suit, juste derrière l’inamovible “Sergeant Pepper's Lonely Hearts Club Band” des Beatles. Jimi Hendrix est désormais une superstar, mais seulement en Angleterre et en Europe. Chez lui, aux Etats-Unis, il est encore un parfait inconnu. Au cours d’une émission de radio, Brian Epstein, le manager des Beatles, tente d’expliquer au public américain qui est Jimi Hendrix.

" Nombre de vos auditeurs aimeraient savoir qui est Jimi Hendrix, dont je précise que je ne suis pas l’agent. Il est en train de casser la baraque auprès du grand public anglais. Ça peut sembler être un coup, mais on ne devient pas une star sur un coup. C’est un formidable showman.
-    Vous m’avez dit qu’il jouait de la guitare...
Avec ses dents, avec ses pieds, avec son ampli. Il le défonce complètement. Mais ce n'est pas un gimmick ; il ne brise pas sa guitare juste pour la briser comme d'autres le font. Cela tient plutôt du rituel. C'est un guitariste de génie."

"The wind cries Mary" (CD "Smash Hits")

Jimi Hendrix retourne une première fois aux Etats-Unis pour le Festival de Monterey qui a lieu les 17 et 18 juin 1967. Il partage l’affiche avec, entre autres, Canned Heat, Janis Joplin, le Grateful Dead, Otis Redding, Eric Burdon et les Who. Le dimanche 18 juin, il termine un show époustouflant par une reprise de “Wild thing” des Troggs au cours de laquelle il met le feu à sa guitare après l’avoir aspergée d’essence. Cet épisode, parmi les plus fameux de l’histoire du rock, se déroule devant les caméras de Donn Alan Pennebaker. On le retrouvera dans son film “Monterey Pop” et dans la vidéo “Jimi plays Monterey” parue en 1989.

"Wild thing" (CD "Jimi plays Monterey")

Jimi Hendrix est venu aux Etats-Unis pour un concert à Monterey. Il y reste finalement trois mois, enchaînant avec le Fillmore West et une tournée plutôt mal assortie en première partie des Monkees. En juillet 1967, de passage à New-York, il enregistre un nouveau single : “Burning of the midnight lamp”, avec la participation des Sweet Inspirations, les choristes d’Aretha Franklin. Ce titre est un modèle d’utilisation de la pédale wah-wah. Et comme l'expliquait Jimi, il marque la première apparition d’un clavier dans sa musique.

"La chanson m’est venue comme ça, pendant l’enregistrement du précédent album. Je ne joue ni piano ni clavecin, mais j’étais arrivé à aligner ces différentes petites notes. Et tout est parti de là."

"Burning of the midnight lamp" (CD "Electric Ladyland")

En août 1967,  Jimi Hendrix et l'Experience reviennent en Angleterre. Le travail effectué aux Etats-Unis a porté ses fruits et “Are you experienced” pointe à la cinquième place dans les charts du Billboard. Le groupe entre alors en studio pour enregistrer un deuxième album sous la direction de l’ingénieur du son Eddie Kramer. Il paraît le 1er décembre 1967 et s’intitule “AXIS : BOLD AS LOVE”. Il se classe N°5 en Angleterre et N°3 aux Etats-Unis.
En moins d’un an, Jimi Hendrix a publié quatre singles et deux albums d’une qualité exceptionnelle. A chaque fois, un échelon a été franchi dans la maîtrise des techniques, dans l’imagination et dans la créativité. Pourtant, Jimi n’est pas sûr de lui. Il trouve notamment qu'il a une voix horrible, à tel point qu’en studio il se cache pour chanter, comme l'explique son ingénieur du son Eddie Kramer.

"Lorsqu’il devait enregistrer ses parties vocales, il refusait que quelqu’un le voie. Il pensait qu’il avait la pire voix au monde et il ne voulait pas que je le regarde. Ni même Chas. J’avais donc fait construire toute une série de paravents derrière lesquels il se cachait. Et en plus il nous tournait le dos."

"Red house" (CD "Are you experienced?")

The Jimi Hendrix Experience retourne jouer aux Etats-Unis en février 1968 au moment  où “Axis : bold as love” est au plus haut des charts. Le groupe est alors l’un des mieux payés du circuit mondial et l’un des seuls capables de remplir les grands stades du continent nord-américain. Entre les concerts, les trois musiciens travaillent au studio Record Plant de New York pour mettre au point leur troisième album. Un premier single sort en octobre 68. C'est une reprise, que beaucoup considèrent comme exemplaire, d’une chanson de Bob Dylan, ”All along the watchtower”.
Cette fois-ci, Jimi a pris son temps : il a passé quatre mois en studio, rassemblant suffisamment de matériel pour un double album. Mais le plus important, c'est qu'il a fait éclater le cadre qu’il trouve maintenant trop restreint de l’Experience, en y intégrant d’autres musiciens comme Al Kooper, Buddy Miles, Jack Casady, Dave Mason et Steve Winwood. Le résultat, “ELECTRIC LADYLAND”, sera le chef-d’œuvre de Jimi Hendrix.

"All along the watchtower" (CD "Electric Ladyland")

DEUXIÈME PARTIE

"Crosstown traffic" (CD "Electric Ladyland")

Considéré par beaucoup comme le chef-d'œuvre de Jimi Hendrix, le double album “Electric Ladyland” est paru le 25 octobre 1968. Un mois plus tard, il est N°1 aux Etats-Unis. C’est un moment privilégié dans la vie de Jimi qui a atteint le sommet de son art. Mais les premiers problèmes apparaissent avec le départ de son manager, Chas Chandler. Alors que Jimi Hendrix lui-même commence à se lasser de la formule de l'Experience, son bassiste Noel Redding manifeste des envies d'indépendance. En cette fin d’année 68, les rumeurs de séparation vont en s’amplifiant. Mais à l'époque, Jimi les démentait catégoriquement. 

"Ce n’est pas tout-à-fait la vérité. Ce qui est vrai, c’est que nous allons travailler chacun de notre côté. Noel Redding écrit des chansons et cherche des musiciens et vous le verrez probablement sur scène avec son groupe. Idem pour Mitch Mitchell et pour moi aussi. Ce sont des projets en solo, mais nous continuons le groupe car nous n’avons pas encore été véritablement au bout de ce que permet une formation en trio."

"Voodood chile (slight return)" (CD "Electric Ladyland")

Jimi Hendrix et l'Experience tournent sans discontinuer en Europe et aux Etats-Unis jusqu'au 29 juin 1969, date de leur dernier concert au Denver Pop Festival. Ils se séparent alors définitivement. L’Experience fait place à un pool de musiciens dont les services seront utilisés selon les circonstances. Cette nouvelle formation baptisée "Gypsy Sons & Rainbows" se produit pour la première fois en clôture du Festival de Woodstock, le 18 août 1969. Ce jour-là, Jimi Hendrix interprète une version de l’hymne américain, “The Star Spangled Banner”, qui est une véritable démonstration de ce qu'il peut faire, seul avec sa guitare.
Le collectif "Gypsy Sons & Rainbows" est alors composé de six musiciens, dont le batteur Mitch Mitchell et le bassiste Billy Cox, que Jimi avait rencontré à l'armée. Les trois autres sont le guitariste Larry Lee et les percussionnistes Juma Sultan et Jerry Velez. Pour le Nouvel An, c’est sous la forme d’un trio rebaptisé "Band of Gypsys" qu’ils joueront à New York, au Fillmore East.

"The star spangled banner" (CD "Live at Woodstock")

Jimi Hendrix, Billy Cox et le batteur Buddy Miles - c'est-à-dire un trio exclusivement noir - donnent quatre shows magistraux au Fillmore East de New York à l'occasion du Nouvel An 1970. On en retrouve l'essentiel sur l’album “BAND OF GYPSYS”, qui a été enregistré à cette occasion. C’est le dernier disque de matériel original qui paraît du vivant de Jimi.
En ce début d’année 1970, Jimi Hendrix traverse une mauvaise passe. Un concert avorté avec le Band of Gypsys, un single qui passe inaperçu, l’échec de la réunion de l’Experience et un entourage plutôt affairiste mettent la pression sur Jimi qui est avant tout un musicien et qui aimerait le rester. Eric Clapton se souvient.

"A chaque fois que je l’ai vu, il était entouré d’un minimum de quatre personnes qui le tiraient de gauche et de droite. On avait l’impression qu’il ne pouvait s’en dépêtrer. Je ne pourrais pas l’expliquer, mais je ne vois pas pourquoi il ne pouvait s’en débarasser. Il était si adorable qu’il n’était pas difficile à certains de l’influencer et peut-être d’abuser de lui. C’était la meilleure part de lui-même, cette sorte d’innocence qu’il avait. C’est là-dessus que tout le monde jouait."

"Message to love" (CD "Band of Gypsys")

Jimi Hendrix continue de passer de longues heures en studio, surtout à l'"Electric Lady Studio" qu’il a fait construire en plein New York. C’est là qu’il se sent à son aise. Avec Mitch Mitchell et Billy Cox, il travaille sur un nouvel album dont on connait déjà le titre : “FIRST RAYS OF THE NEW RISING SUN”.
Il envisage aussi une collaboration avec l’arrangeur de jazz Gil Evans, un projet qu’il a repoussé à l’automne 1970, après une tournée européenne. Accompagné par The Cry Of Love - c’est-à-dire Billy Cox et Mitch Mitchell - , Jimi arrive en Angleterre à la fin du mois d’août 70. Le 30, il participe au Festival de l’île de Wight. Mais il n'est pas très en forme et le show s’en ressent. On dirait que Jimi n’y croit plus, ce que son ingénieur du son Eddie Kramer explique de cette façon.

"Je crois que vers la fin, il avait mûri. Il était devenu beaucoup plus sérieux. Et il a essayé de le faire comprendre à son public, mais ils n’ont pas suivi. Il se voyait comme un artiste en plein développement, mais il ne sentait pas son public grandir avec lui. Et ça explique en partie sa frustration. Artistiquement, il brûlait les étapes : il voulait des cordes, il voulait des cuivres. Et il savait aussi que si il le faisait, on l’accuserait de se compromettre avec le jazz, ou la variété. Le fan de base, le pur et dur,  voulait le voir mettre le feu à sa guitare ou la briser en petits morceaux. Mais lui ne faisait ça que pour le spectacle, et il faisait ces dingueries pour attirer les regards. Cela détournait l’attention de son jeu, de sa facilité à atteindre les plus hautes sphères musicales. Et là, tu as l’essence même de sa frustration."

"Freedom" (CD "The Cry of Love")

Le 6 septembre 1970, Jimi Hendrix participe au "Love and Peace Festival", en Allemagne, sur l'île de Fehmarn. D'autres concerts prévus sont reportés, car Billy Cox connaît quelques problèmes de santé.
En attendant son rétablissement, Jimi s’installe à Londres avec son amie Monika Dannemann.  Au matin du 18 septembre 1970, il meurt étouffé par des vomissements provoqués par l’absorbtion d’une trop forte dose de barbituriques. Il n’avait que vingt-sept ans. Le 1er octobre 1970, Jimi Hendrix est inhumé au Greenwood Cemetery de Renton, à vingt kilomètres au sud-est de Seattle, sa ville natale.
En seulement quatre ans de vie publique, Jimi a fait reculer les limites de la rock music et il s’est révélé comme l’instrumentiste le plus important de son époque, doué d’une capacité apparemment sans limite. Pete Townshend, le leader et guitariste des Who, ne tarit pas d’éloges à son sujet.

"Je pense que, sous beaucoup d’aspects, il a beaucoup plus changé la sonorité du rock que les Beatles. Eux ont apporté une qualité d’écriture au rock and roll. Jimi a changé le son de la guitare. Il en a fait un instrument. Buddy Guy, T. Bone Walker ou Chuck Berry en jouaient brillamment, mais aucun ne l‘avait mise en relief et vendue au public comme lui. Et vendue à des gens comme moi qui maintenant y pensent comme à un véritable instrument. Des gens comme Eric Clapton étaient trop puristes. Ils avaient trop de retenue devant leur guitare. Jimi, lui, s’extériorisait sans la moindre retenue et c’est pourquoi il a atteint tous ces gens."

"Night bird flying" (CD "The Cry of Love")

A sa mort, Jimi Hendrix laisse plusieurs projets d’albums et un nombre incalculable d’heures d’enregistrements. Ce matériel inédit sera distillé au fil des années et actuellement, on doit pouvoir dénombrer plusieurs centaines de disques référencés sous son nom, dont une grande part de pirates. Mais dans ce délire discographique, le pire côtoie le meilleur, car l'appât du gain a souvent supplanté toute considération artistique.
La reprise en main de cet héritage par la famille Hendrix devrait à l'avenir éviter ces dérapages. En 1995, au terme d’un long procès, le père de Jimi, Al Hendrix (qui est mort le 17 avril 2002) et Janie Hendrix, sa demi-sœur, ont obtenu le contrôle des œuvres du génial guitariste. Le but de l’opération était bien sûr de récupérer les droits dont la famille était spoliée depuis de nombreuses années, mais aussi de s’assurer que le travail de Jimi conserverait son authenticité, en restant le plus proche possible des souhaits de l’artiste. Désormais, tous les produits approuvés par la famille sont estampillés “Experience Hendrix”.

"Fire" (CD "Are you experienced?")

L'année 1997 marque le grand retour discographique de Jimi Hendrix grâce à la réédition des quatre chefs-d’œuvre que sont  “Are you experienced?”, “Axis : bold as love”, “Electric Ladyland” et “Band of Gypsys”. Ils ont été remasterisées par Eddie Kramer, le fidèle ingénieur du son d’Hendrix, et cela à partir des enregistrements originaux. Le son en est véritablement métamorphosé, fidèle à ce que Jimi avait rêvé, mais que la technique des années 60 ne lui avait pas permis de réaliser complètement.
Toujours en 1997, on publie "FIRST RAYS OF THE NEW RISING SUN". Il s’agit d’une tentative de mise en forme du disque mythique sur lequel Jimi travaillait au moment de sa mort et qui aurait dû être son quatrième album studio. Jusqu'ici, ces dix-sept titres étaient éparpillés sur les albums “The cry of love”, “Rainbow bridge” et “War heroes”.

"Izabella" (CD "War Heroes")         

Le 23 juin 2000, la ville de Seattle inaugure l'EMP, l'Experience Music Project. C'est un musée du rock que le milliardaire de l'informatique Paul Allen a imaginé à partir de l'œuvre de Jimi et dans lequel le guitariste a son propre espace.
En septembre 2000, à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort, on publie un coffret de quatre CDs intitulé simplement "THE JIMI HENDRIX EXPERIENCE". Il contient cinquante-six titres dont la plupart étaient jusqu'ici inconnus du grand public. Par exemple, les deux premiers enregistrements "live" de l'Experience, ceux de "Hey Joe" et de "Killing Floor", réalisés le 18 octobre 1966 à Paris à l'Olympia en première partie de Johnny Hallyday. On y trouve aussi "Slow blues", le dernier titre que Jimi aurait enregistré en studio, le 20 août 1970, moins d'un mois avant sa mort.

"Slow blues" (Coffret "The Jimi Hendrix Experience")

À l'automne 2002, les projecteurs se braquent de nouveau sur la légende Hendrix, à l'occasion du soixantième anniversaire de sa naissance. Cet anniversaire est marqué par la sortie de trois CDs, trois enregistrements "live" importants dans la carrière du génial guitariste gaucher : "THE LAST EXPERIENCE", "THE RAINBOW BRIDGE CONCERT" et "BLUE WILD ANGEL". En France, cet anniversaire est également célébré par l'exposition "Jimi Hendrix Backstage" qui se tient à la Cité de la Musique à Paris et connaît un énorme succès.

"Lover man" (CD "The Last Experience")

Un nouvel album studio inédit de Jimi Hendrix, "VALLEYS OF NEPTUNE", est publié en mars 2010. Il paraît chez Sony Music, qui vient de récupérer le catalogue de l'artiste, grâce à son association avec Experience Hendrix, la société qui gère l'héritage artistique du guitariste.
On trouve sur "Valleys of Neptune" douze titres qui ont été enregistrés en studio à une période charnière dans la carrière de Jimi Hendrix, c'est-à-dire juste après le succès du double album "Electric Ladyland", au moment où il expérimente, teste beaucoup de choses et s'apprête à donner une nouvelle orientation à sa musique. Le premier single, "Valleys of Neptune", avait été enregistré au studio Record Plant à New York en mai 1970. Jimi est accompagné par Mitch Mitchell à la batterie, Billy Cox à la basse et Juma Sultan aux percussions.

"Valleys of Neptune" (CD "Valleys of Neptune")

En novembre 2010, à l'occasion du quaratième anniversaire de la mort de Jimi, on publie "WEST COAST SEATTLE BOY - THE JIMI HENDRIX ANTHOLOGY", un coffret de quatre CDs et un DVD. Un autre coffret de quatre CDs paraît en septembre 2011. Il s'appelle "WINTERLAND" et regroupe six concerts qui avaient été enregistrés dans la célèbre salle de San Francisco, le Winterland Ballroom.
En mai 2012, le réalisateur John Ridley commence le tournage d'un biopic consacré à Hendrix. Intitulé "All is by my side", il est consacré aux tout débuts de Jimi en Angleterre. On y verra le rappeur André 3000 dans le rôle du guitariste, mais on n'y entendra aucune musique originale car Experience Hendrix, qui détient tous les droits, s'y est opposé. Les seules musiques présentes dans le film seront des reprises que Jimi jouait à cette époque, mais réenregistrées pour la circonstance.

"Mr. Bad Luck" (CD "Valleys of Neptune")

Jimi Hendrix est mort le 18 septembre 1970. Le bassiste de l'Experience, Noel Redding, l'a suivi le 11 novembre 2003. Quant à Mitch Mitchell, le batteur, il nous a quittés le 12 novembre 2008. Etoile filante au firmament du rock, Jimi n'en finit pas de bâtir sa légende. "Avec ma musique, disait-il souvent, je veux peindre des tableaux représentant la terre et l'espace".
Le nouvel album studio inédit de Jimi, "PEOPLE, HELL & ANGELS", est un nouveau trésor pour tous ses admirateurs. On y trouve douze titres qui ont été enregistrés entre 1968 et 1970. Même si certains de ces morceaux ne sont pas inconnus, ils n'avaient jamais été publiés officiellement dans les versions que propose cet album. En essayant de nouvelles instrumentations et de nouveaux rythmes, Jimi Hendrix créait des sonorités inédites et il ouvrait  à sa musique des horizons illimités. Deuxième single extrait de "People, Hell & Angels", le titre "Earth Blues" avait été enregistré le 19 décembre 1969 avec Billy Cox à la basse et Buddy Miles à la batterie.

"Earth blues" (CD "People, Hell & Angels")

DISCOGRAPHIE SÉLECTIVE :

-    "ARE YOU EXPERIENCED?" (album – 1967)
-    "AXIS : BOLD AS LOVE" (album – 1967)
-    "ELECTRIC LADYLAND" (album – 1968)
-    "SMASH HITS" (compilation – 1969)
-    "BAND OF GYPSYS" (live album – 1970)
-    "THE CRY OF LOVE" (compilation – 1971)
-    "RAINBOW BRIDGE" (compilation – 1971)
-    "ISLE OF WIGHT" (live album – 1971)
-    "WAR HEROES" (compilation – 1972)
-    "JIMI PLAYS MONTEREY" (BO – 1973)
-    "LOOSE ENDS" (album – 1974)
-    "CRASH LANDING" (compilation – 1975)
-    "MIDNIGHT LIGHTNING" (album – 1975)
-    "AXIS OUTTAKES" (compilation – 1975)
-    "NO MORE A ROLLING STONE" (live compilation – 1975)
-    "STOCKHOLM CONCERT" (live album – 1975)
-    "NINE TO THE UNIVERSE" (album – 1980)
-    "KISS THE SKY" (compilation – 1984)
-    "RADIO ONE" (compilation – 1988)
-    "CORNERSTONES 1967-1970" (compilation – 1990)
-    "THE ULTIMATE EXPERIENCE" (compilation – 1992)
-    "BLUES" (compilation – 1994)
-    ":WOODSTOCK" (live album – 1994)
-    "VOODOO SOUP¨" (compilation – 1994)
-    "EXPERIENCE JIMI HENDRIX" (BO – 1995)
-    "FIRST RAYS OF THE NEW RISING SUN" (album – 1997)
-    "SOUTH SATURN DELTA" (compilation – 1997)
-    "EXPERIENCE HENDRIX : THE BEST OF" (compilation – 1997)
-    "BBC SESSIONS" (live album – 1998)
-    "LIVE AT THE FILLMORE EAST" (live album – 1999)
-    "LIVE AT WOODSTOCK" (live album – 1999)
-    "THE JIMI HENDRIX EXPERIENCE" (coffret –2000)
-    "THE LAST EXPERIENCE" (live album – 2002)
-    "VOODOO CHILD : THE JIMI HENDRIX COLLECTION" (compilation – 2001)
-    "BLUE WILD ANGEL (LIVE AT THE ISLE OF WIGHT)" (live album – 2002)
-    "THE RAINBOW BRIDGE CONCERT" (live album – 2002)
-    "MARTIN SCORSESE PRESENTS THE BLUES : JIMI HENDRIX" (compilation – 2003)
-    "THE SINGLES COLLECTION" (compilation – 2003)
-    "VILLANOVA JUNCTION" (compilation – 2004)
-    "L.A. FORUM, 26th APRIL 1969" (live album – 2004)
-    "JIMI HENDRIX : LIVE AT WOODSTOCK" (DVD – 2005)
-    "LIVE AT BERKELEY" (live album – 2005)
-    "LIVE AT MONTEREY" (live album – 2007)
-    "VALLEYS OF NEPTUNE" (album – 2010)
-    "WEST COAST SEATTLE BOY – THE JIMI HENDRIX ANTHOLOGY" (coffret – 2010)
-    "WINTERLAND" (coffret DVD – 2011)
-    "PEOPLE, HELL & ANGELS" (album – 2013)





Lire la suite
Musique Saga
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771238358
La Saga de Jimi Hendrix
La Saga de Jimi Hendrix
En à peine quatre années de succès international, Jimi Hendrix a donné une autre dimension à la musique rock. Jimi est mort à vingt-sept ans, le 18 septembre 1970, et depuis, il est entré dans la légende. Ses disques n'ont jamais cessé de se vendre, notamment aux plus jeunes qui découvrent le phénomène. A l'occasion de la sortie d'un nouvel album studio inédit, "People, Hell & Angels", Saga retrace le parcours fulgurant d'un guitariste de génie, une histoire illustrée par des extraits d'interviews de Jimi et par plusieurs témoignages, dont celui de son ingénieur du son, Eddie Kramer.
https://www.rtl.fr/culture/musique/saga-la-saga-de-jimi-hendrix-7771238358
2013-03-01 08:01:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_fPOuqGuYpmup0ilpjLhHQ/330v220-2/online/image/2013/0226/7758841589_jimi-hendrix.jpg