3 min de lecture L'heure du jazz

L'heure du jazz du dimanche 11 mai 2014

Dans L'heure du jazz de ce dimanche 11 mai 2014, Jean-Yves Chaperon nous propose de découvrir un nouveau titre de la chanteuse Catherine Russel et de savourer le talent de Takuya Kuroda, tout en redécouvrant Art Tatum, Claude Nougaro et Wayne Shorter.

C'est L'heure du jazz sur RTL
C'est L'heure du jazz sur RTL
Solo masterpieces Art Tatum
Solo masterpieces Art Tatum

Bonsoir !

Gregory Porter est un chanteur habile et généreux. Il prête volontiers  sa voix à de nombreux projets, d’autant que sa nouvelle célébrité aiguise les convoitises… Assurément, une nouvelle grande voix masculine n’arrive pas tous les jours dans le jazz, et sa présence sur un disque apporte un bonus ! Ainsi, ces derniers mois, le chanteur a répondu à de nombreux appels. Ça et là, on l’entend chanter sur un ou deux titres de tel ou tel disque, avec en général un bel à propos. Il y a aussi les opportunités du business créées par la notoriété : quelques malins ont publié des disques de Gregory Porter jamais sortis, dix ans après leur enregistrement. Et pas mauvais, en plus !
Le voici chantant le célèbre standard « Moanin », dans un disque du groupe vocal, « Great Voices Of Harlem », enregistré il y a deux ans, alors que Gregory Porter entamait son ascension. On n’est pas surpris de trouver son nom en haut de la liste des quatre chanteurs de ce groupe, car les autres sont bien peu connus ici bas. Comme toujours, Porter fait le job, et plus que bien. Ce « Moanin » est excellent, et mérite l’ouverture de cette « Heure du Jazz ».

Les festivités du 75ème anniversaire du label Blue Note commencent !

Voici une compilation triple CD intitulée assez logiquement « Triple Best Of Blue Note ». De Horace Silver à Bobby McFerrin, de Herbie Hancock à Dexter Gordon, c’est une bonne clé pour entrer dans l’univers de cette maison de disque historique qu'est Blue Note. J’aime bien ce Jimmy Smith, « Jumpin’ The Blues », très typé « années 60 », mais avec ce petit grain de patine qu’on adore. Et puis quel groove !

Triple Best of Blue Note
Triple Best of Blue Note

Certains musiciens de jazz sont si grands que l’évidence de leur talent finit par se banaliser

A tort. Il ne faut jamais perdre de vue ce qu’on apporté les meilleurs à notre musique préférée. Prenez Art Tatum. Depuis des décennies, son génie pianistique n’a jamais été dépassé. Il est si indiscutable qu’on finirait pour le laisser de côté comme une affaire classée, voire l’oublier, car notre intérêt est trop souvent happé par l’actualité. Voilà pourquoi des rééditions comme ce « Solo Masterpieces », chez Pablo, sont précieuses. Quelques mesures de ce Tatum suffisent soudain à nous rappeler l’évidence, et nous remettre d’équerre : oui, il est bien l’un  des plus grands pianistes de l’histoire du jazz, et sa réécoute est toujours étourdissante. Il est un cas prodigieux, l’un de ces rares pianistes jamais meilleurs que seuls au clavier, car avec eux les « accompagnateurs » avaient du mal à suivre, du mal à comprendre ce qui se passait… 

Claude Nougaro n’avait pas son pareil pour débusquer des mélodies à chanter parmi les thèmes de jazz.

À lire aussi
Serge Gainsbourg hommage
Serge Gainsbourg à l'honneur sur RTL

Et personne mieux que le Toulousain ne savait ensuite y poser les mots. Il y eut des standards, comme « Work Song » devenu « Sing Sing » ou « Blue Rondo à la Turk », changé en « A bout de souffle ». Honnêtement, il fallait vraiment être assez clairvoyant pour imaginer une chanson sur le thème de Wayne Shorter, « Beauty and The Beast », superbe, mais pas évident ! Ce thème avait été enregistré en 1975 par Shorter sur l’album devenu culte « Native Dancer ». Le comble est que, dans ce disque, Wayne Shorter disposait à ses côtés du grand chanteur brésilien Milton Nascimento, et que le morceau « Beauty and the Beast » est un instrumental ! Mais Nougaro avait flairé  la perle rare : deux ans après, il se réappropriait la mélodie, et « Comme une Piaf » apparaissait sur l’album «Plume d’Ange ». Version chantée de Nougaro, et version originale de Shorter, ce soir dans l’heure du Jazz.  
En ajoutant que quelques années plus tard, le formidable chanteur américain Mark Murphy adaptait à son tour «Beauty and The Beast», preuve qu’il y avait vraiment quelque chose dans cette musique.

La playlist de cette Heure du jazz du dimanche 11 mai 2014

- Great Voices Of Harlem « Moanin »
- Jimmy Smith « Jumping The Blues (CD1 T3)»
- Sharon Jones « We Get Along »
- Catherine Russell « I Cover The Waterfront »
- Art Tatum « You Took Advantage Of Me »
- Takuya Kuroda « Mala »
- Claude Nougaro « Comme une Piaf au Masculin »
- Wayne Shorter « Beauty And The Beast » 

L'incroyable bande des Snarky Puppy sera en France pour quelques dates prochainement. Nous n'aurons sans doute pas le temps de les programmer ce soir, alors voici, pour le plaisir de les écouter et de les voir, la vidéo de leur titre Lingus. Avec un solo anthologique de Cory Henry au synthétiseur !

>
Snarky Puppy - Lingus (We Like It Here)

Bonne Heure du jazz et à bientôt !

Jean-Yves Chaperon
Jean-Yves Chaperon Crédit : Elodie Grégoire
Lire la suite
L'heure du jazz Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants