3 min de lecture Ron Howard

"J'ai compris à quel point la Beatlemania était intense", confie Ron Howard

RENCONTRE - Le documentaire "Eight Days a Week" du réalisateur Ron Howard est un formidable voyage au cœur de l'hystérie qui a accompagné les tournées des Beatles durant les années 60.

Laissez-vous Tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture
>
"J'ai compris à quel point la Beatlemania était intense", confie Ron Howard Crédit Image : Studiocanal GmbH / Apple Corps Ltd | Crédit Média : Steven Bellery | Durée : | Date : La page de l'émission
StevenBelleryRTL
Steven Bellery
Journaliste RTL

Cette semaine sort en DVD un documentaire événement sur les Beatles. Eight Days A Week est signé Ron Howard, le réalisateur de Rush ou plus récemment Inferno. Ron Howard n'a accordé qu'une seule interview à un média français. Et il a choisi RTL. Ce documentaire se focalise sur les "touring years". Ces années passées sur les routes, notamment aux États-Unis. Et ce n'est pas un hasard si Ron Howard s'est intéressé aux Fab Four. Comme dans Apollo 13, il a été captivé par un petit groupe d'hommes. Unis face à une crise spatiale dans son long-métrage de 1995. Unis face à la folie du succès pour les Beatles. Première pépite du documentaire : John Lennon raconte comment le groupe se motivait au tout début.

Ce documentaire - sans voix off - ne révèle aucun secret sur les Beatles. Mais, il compile des lives restaurés ou jamais vus, de nombreuses images inédites et des interviews de Ringo Starr et Paul McCartney. De Hambourg à New York, on suit cette bande de copains qui doit faire face à la Beatlemania. Entre janvier 1963 et 1966, le groupe anglais a sorti 7 de leurs 10 albums. Environ 120 chansons en 42 mois. Soit un morceau tous les dix jours.

Le réalisateur américain, Ron Howard, lors des BAFTA à Londres en février 2014 (Archives).
Le réalisateur américain, Ron Howard, lors des BAFTA à Londres en février 2014 (Archives). Crédit : AFP / ANDREW COWIE

Ajoutez à cela, les concerts et la promo. Paul McCartney se rappelle comment ils écrivaient les chansons : "On avait un petit jeu entre nous, je lançais toujours la même question quand on avait le moral à plat, un contrat pourri ou une loge miteuse, je faisais : 'Où on va les gars ?', et ils répondaient : 'Tout en haut Johnny'. 'Et c'est où les gars ?' 'Tout en haut du haut du haut Johnny'. Je disais 'exactement', et ça nous regonflait à bloc". C'est cette folie que Ron Howard a voulu raconter. 

Pourquoi les Beatles sont-ils devenus les Beatles ?

Pour Ron Howard, l'explosion du groupe en 1970 a "été une somme phénoménale de travail. Ils étaient jeunes, ils étaient pauvres, c'était leur destin, leur chance de laisser une trace. Et ils n'avaient aucune idée de combien de temps ça durerait. C'est pour cela que c'est encore plus impressionnant qu'ils aient réussi à se concentrer sur leur art malgré la folie", se souvient le réalisateur. Il poursuit en racontant qu'à "un certain moment, ils ont réalisé qu'ils avaient de l'argent. Assez pour nourrir leurs âmes d'artistes. J'ai compris avec ce film à quel point la Beatlemania était intense. J'ai choisi de me focaliser sur leurs années de tournée pour cette raison pour en faire une aventure, l'histoire d'une survie."

À lire aussi
Inferno, le troisième volet du Da Vinci Code LVT cinéma
"Inferno", le troisième volet du Da Vinci Code sort mercredi prochain
>
THE BEATLES : Eight Days A Week Bande Annonce (Ron Howard - Documentaire, 2016)

Le documentaire décrypte aussi le phénomène, et tente de comprendre pourquoi les Beatles sont devenus les Beatles en soulevant certains points méconnus ou oubliés de l'histoire du quatuor. Plusieurs séquences mettent - par exemple - en exergue l'aplomb de la bande. Un aplomb qui va même pousser le groupe à refuser la ségrégation dans leurs concerts. Les Beatles vont imposer - par contrat - de laisser leurs fans noirs entrer dans la salle de Jacksonville en Floride en septembre 1964. L'actrice Whoopi Goldberg s'en souvient.

Les Beatles étaient des citoyens du monde.

Ron Howard
Partager la citation

Et si les Beatles ont pu se permettre d'être aussi avant-gardistes, c'est grâce à leur amitié. "Ils étaient audacieux et en même temps leurs instincts étaient bons, se souvient Ron Howard. Ils se sont toujours protégés mutuellement. Peut-être parce qu'ils étaient beaucoup en Amérique. Ils ne ressemblaient pas aux gens, ils s'habillaient différemment, ils avaient des coupes de cheveux différentes… Ça a fait d'eux des sortes de citoyens du monde." 

Ron Howard poursuit : "Je ne me souvenais pas de leur combat contre la ségrégation. Ça veut dire quelque chose sur le groupe ! Pour eux c'était simplement la bonne décision à prendre. Ils ont vécu leur vie de cette manière : en prenant position sur la question des valeurs. Les Beatles c'est une formidable combinaison entre une manière progressiste de faire de la musique et de simplement s'éclater avec."

Le DVD de "Eight Days a Week - The Touring Years"
Le DVD de "Eight Days a Week - The Touring Years" Crédit : StudioCanal
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ron Howard Cinéma The Beatles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785968342
"J'ai compris à quel point la Beatlemania était intense", confie Ron Howard
"J'ai compris à quel point la Beatlemania était intense", confie Ron Howard
RENCONTRE - Le documentaire "Eight Days a Week" du réalisateur Ron Howard est un formidable voyage au cœur de l'hystérie qui a accompagné les tournées des Beatles durant les années 60.
https://www.rtl.fr/culture/musique/j-ai-compris-avec-eight-days-a-week-a-quel-point-la-beatlemania-etait-intense-confie-ron-howard-7785968342
2016-11-25 10:14:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/z21YRzliAQ_qdc1a_gdCBQ/330v220-2/online/image/2016/1125/7785970471_le-documentaire-le-documentaire-eight-days-a-week-sort-en-dvd.jpg