1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. VIDÉO - Sur "Le Divan", Agnès b. reconnaît avoir volé des vêtements pour ses enfants
2 min de lecture

VIDÉO - Sur "Le Divan", Agnès b. reconnaît avoir volé des vêtements pour ses enfants

La créatrice de mode Agnès Troublé, alias Agnès b., évoque ses problèmes d'argent au début de sa carrière sur "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel ce mardi 29 mars. Plus jeune, elle a volé des vêtements pour habiller ses deux jumeaux.

Agnès b. se confie sur "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel
Agnès b. se confie sur "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel
Sylvain Zimmermann
Sylvain Zimmermann

Les célébrités se confient avec une grande honnêteté sur le divan de Marc-Olivier Fogiel. Tous les mardis, vers 23h20, on (re)découvre des personnalités à travers des révélations ou des anecdotes parfois surprenantes. On arrive à mieux cerner leur parcours, leur personnalité. Ce soir, c'est au tour d'Agnès Troublé, fondatrice de la marque Agnès b, de répondre aux questions de l'animateur et de revoir sa vie en images.

La styliste revient entre autres sur ses années de galère avant de devenir une figure incontournable de la mode. Agnès b. révèle notamment avoir été contrainte de voler des vêtements pour ses deux jumeaux, Étienne et Nicolas. Elle n'avait que 19 ans et était sans le sou. "Quand ils ont eu 18 mois, c’est là où ça n’allait plus du tout, je me suis retrouvée toute seule avec eux, j’avais une petite pension, ça suffisait qu’à payer le loyer donc il fallait que je me débrouille." 

"C'était la rentrée des classes, il y avait une liste de vêtements pour la nouvelle école, ils avaient 10 ans, et puis je ne savais pas comment faire"

Agnès b.

Celle qui a marqué l'histoire de la mode avec ses créations raconte alors le jour où elle a volé des habits au Bon Marché pour ses deux enfants. "C'était la rentrée des classes, il y avait une liste de vêtements pour la nouvelle école, ils avaient 10 ans, et puis je ne savais pas comment faire, il fallait un truc bien habillé." Agnès B. poursuit : "À cette époque, il n'y avait pas de bip et pas beaucoup de vendeuses au Bon Marché, alors on a fait l'essayage et j'ai trouvé que ça leur allait très bien. Et puis je leur ai dit: 'Venez les jumeaux, on y va.' On a vaguement cherché une caisse et en fait, on est sorti." La femme d'affaires n'en garde pas de grands remords. "Je me disais que le Bon Marché était beaucoup plus riche que moi et que ce n'était pas si grave."

La star évoque aussi son goût pour l'art mais aussi sa philanthropie, son engagement auprès des associations. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/