2 min de lecture Canal+

VIDÉO - "Le Petit Journal" : Martin Weill raconte son arrestation au Maroc

L'envoyé spécial de l'émission a été arrêté avec son équipe alors qu'il réalisait un reportage sur l'homophobie.

Martin Weill sur le plateau du Petit Journal lundi 4 avril
Martin Weill sur le plateau du Petit Journal lundi 4 avril
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Lundi 4 avril, il aurait dû être en duplex mais a finalement contribué à l'émission depuis le plateau. Martin Weill, envoyé spécial du Petit Journal, et son équipe ont été arrêtés la veille par les autorités marocaines tandis qu'ils tournaient un sujet sur l'homophobie dans la ville de Beni Mellal, où un couple homosexuel a été sauvagement agressé le 9 mars dernier.

Rentré plus tôt que prévu puisque expulsé du Maroc le matin-même, Martin Weill raconte la mésaventure de l'équipe au présentateur Yann Barthès, à partir de 14 minutes sur la vidéo ci-dessous. "On a eu à peine le temps de faire trois images", explique le journaliste. Interpellés par un policier, les membres du Petit Journal ont été transportés vers la préfecture de Beni Mellal, puis transférés au commissariat de l'aéroport de Casablanca. Au total, ces derniers ont été retenus "une douzaine d'heures". Après avoir dormi sous surveillance policière dans une salle de l'aéroport, Martin Weill et ses confrères ont été expulsés lundi 4 avril au matin.

Outre le traitement réservé à l'équipe de tournage, Martin Weill a souligné, sur le plateau de son émission, la difficulté à tourner un reportage au Maroc sur des sujets aussi sensibles que l'homophobie. "Il faut - depuis Paris, avant le départ - contacter le ministère de la Communication à Rabat. Si la demande est acceptée, il faut fournir tout un tas de pièces justificatives et un synopsis détaillé de ce que l'on veut tourner au centre cinématographique marocain", détaille-t-il. "Cela peut prendre une trentaine de jours ou beaucoup plus. Obtenir les autorisations, lorsque l'on veut tourner des reportages sur des sujets qui fâchent comme l'homosexualité, ça arrive rarement. On a donc fait comme beaucoup de journalistes étrangers, on est partis sans autorisation", explique celui-ci.

Obtenir les autorisations, lorsque l'on veut tourner des reportages sur des sujets qui fâchent, ça arrive rarement

Martin Weill
Partager la citation
À lire aussi
Jacques Audiard, le 4 février 2019 Séries
"Le Bureau des légendes", saison 5 : Jacques Audiard réalisera deux épisodes

Yann Barthès et Martin Weill ont, malgré le manque d'images, souhaité présenter le sujet amorcé à Beni Mellal. L'équipe a pu réaliser l'interview de quatre jeunes homosexuels marocains. Ces derniers ont accepté de se livrer, visages floutés et à bord d'une barque éloignée du rivage, pour éviter d'attirer l'attention. Certains ont connu la prison ou sont rejetés par leurs familles, dans un pays où l'homosexualité, considérée comme un crime, est passible de "6 mois à 3 ans d'emprisonnement", rappelle Martin Weill.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Canal+ Émission Expulsions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782686970
VIDÉO - "Le Petit Journal" : Martin Weill raconte son arrestation au Maroc
VIDÉO - "Le Petit Journal" : Martin Weill raconte son arrestation au Maroc
L'envoyé spécial de l'émission a été arrêté avec son équipe alors qu'il réalisait un reportage sur l'homophobie.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/video-le-petit-journal-martin-weill-raconte-son-arrestation-au-maroc-7782686970
2016-04-05 12:21:48
https://cdn-media.rtl.fr/cache/SjUefDEuzRAbqwm89vgHqg/330v220-2/online/image/2016/0405/7782687811_martin-weill-sur-le-plateau-du-petit-journal-lundi-4-avril.PNG