3 min de lecture Télévision

TV Notes 2018 : Isabelle Morini-Bosc revient sur les programmes télé de l'année

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc donne son sentiment sur la saison télé, avant que le public ne découvre les gagnants et les gagnantes du classement TV Notes 2018.

Une femme devant sa télévision (illustration).
Une femme devant sa télévision (illustration). Crédit : DR
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Et si on commençait aujourd'hui à "revisiter l'année", un peu comme on retourne en pèlerinage dans des endroits qu'on a bien connus et qui nous ont plu. Mais attention, il s'agit évidemment d'évoquer "l'année télé", histoire de rester dans notre secteur d'activités. Et par année-télé, j'entends bien sûr "programmes de l'année télé". Il sera toujours temps de réfléchir, d'ici peu et pour longtemps, sur les soubresauts d'un service public bientôt démembré. 

Contentons-nous donc pour l'instant de distinguer nos gagnants de l'année avec Puremedias qui, en association avec le quotidien 20 Minutes, et bien sûr RTL, nous proposent d'aller sur leurs sites respectifs pour désigner nos vainqueurs "de saison" et, comme dit l'autre, il n'y a pas de mal à leur faire du bien avec ce TV Notes 2018, dont les résultats serons connus et rendus publics le 20 juin au matin. 

Sans prétendre couvrir les 18 catégories proposées, il est déjà impératif de commencer par redresser quelques torts. En rappelant par exemple la qualité d'Envoyé Spécial, dont l'audience est hélas actuellement inversement proportionnelle à l'intérêt et la qualité des reportages "très grand public" proposés. On retiendra le sujet sur les particules toxiques dans les avions de ligne (les fuel events), le danger des gazons synthétiques sur les terrains de foot, la disparition des animaux de nos campagnes, les écarts entre autos,vélos et motos, écarts de conduite surtout, forcément. 

Une année avec des programmes performants

Dans un autre domaine, bravo à Julien Courbet pour la façon dont il a fait évoluer sur C8 l'émission C'est que de la télé. De la bonne télé ma foi. Mais de la même façon qu'il est impossible de faire entrer un "45 fillette" dans un escarpin taille 36, il est impossible de citer là tous ceux qui ont marqué l'année. Sélectionnons logiquement Sophie Davant (Affaire conclue) et Laurent Ruquier (Les Enfants de la télé), qui ont su "requinquer" les après-midis de France 2. Avec ces enfants de la télé, on retrouve la télé des enfants, ces grands enfants que nous sommes restés. 

À lire aussi
Louis de Funès dans "La Folie des Grandeurs" Télévision
Programme TV : le casse-tête des programmations pendant le confinement

Bravo également à ce garçon complexe qu'est Frédéric Lopez, pour avoir imposé à France 2 et à Malik Bentalha Nos terres inconnues, une spéciale prouvant que la France est aussi le pays de l'aventure sauvage, mais pas que. On aime ainsi toujours -aujourd'hui plus qu'hier et moins que demain - L'Amour est dans le pré permettant de se mettre au vert en battant la campagne, ou Cauchemar en cuisine avec le formidable Etchebest (mi-homme, mi-demi de mêlée) venant au secours de restaurateurs en difficulté partout en France. 

'Demain nous appartient' et 'Maman a tort' ont trouvé leur public

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

Et partout en France, c'est donc également à Sète, ville très médiatisée grâce au nouveau feuilleton de TF1 : Demain nous appartient (il n'appartient qu'à vous de le découvrir également). La ville est bien filmée ("C'est".. épatant), comme est magnifiquement montrée Dunkerque dans le formidable polar Maman a tort, qui se termine demain sur France 2. Ces 2 fictions ont trouvé leur public, et rejoignent Candice Renoir, le juge qui est une femme, Les petits meurtres, etc. Sans oublier Quadras qui, même avec 2 épisodes de trop, restait un petit bijou d'humour avec un nouveau marié pas à la noce. 

Et on finira ce pré-bilan en constatant que Faustine Bollaert et Daphné Burki sont déjà en  CDI (on s'en réjouit), alors que Olivier Minne ne l'est toujours pas après plus de 20 ans de bons et loyaux "services publics" (on s'en désole). 

Enfin, on congratule affectueusement certains camarades : l'inoxydable Stéphane Plaza, les lumineux Benjamin Biolay et Shy'm dans Nouvelle star sur M6, le délicieusement bougon William Gilles Goldnabel dans Les Terriens du dimanche ! sur C8, l'increvable Cyril Hanouna qui finit l'année nettement en tête côté audiences (réconcilié, entre autres, avec le CSA), Lagaf le ressuscité, et bien sûr Jean-Luc Lemoine, "l'humariste" (humoriste-humaniste).

Élégant "en-dehors et en-dedans", premier rôle doué de second degré et de 6e sens, il est un système métrique à lui tout seul, et a su imposer Guess My Age comme "Ici c'est Lemoine". C'est, on l'a déjà dit, l'héritier des James Stewart ou des Cary Grant. Et pour la dernière fois, promis, je termine par cet effet facile qui m'amuse encore : si l'habit ne fait pas le moine, Lemoine porte admirablement l'habit d'amuseur. Mais pas que. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Isabelle Morini-Bosc France Télévisions
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants