3 min de lecture Télévision

"Touche pas à mon poste" : des annonceurs retirent leurs spots de publicité

La séquence jugée homophobe fait l'objet de sanctions commerciales, tandis que le CSA continue d'instruire ce dossier ayant fait l'objet de 25.000 signalements.

micro générique Clics à la une La rédaction de RTL
>
"Touche pas à mon poste" : des annonceurs publicitaires se désolidarisent Crédit Média : Julien Absalon / RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
et AFP

Les annonceurs n'ont pas attendu une décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel pour se désolidariser de Touche pas à mon poste. Quatre jours après la diffusion d'une séquence jugée homophobe dans l'émission télévisée de Cyril Hanouna sur C8, des entreprises ont fait savoir qu'elles ne souhaitaient plus que leurs spots publicitaires soient diffusés durant le talk-show. Bosch, Chanel, Disneyland, Petit Navire, Decathlon et le groupe PSA ont ainsi décidé d'arrêter toute collaboration commerciale, selon plusieurs communiqués rapportés par BuzzFeed News

Toutes ces marques expliquent que l'émission n'est plus en adéquation avec leurs valeurs. "Bosch ne cautionne pas ce qui est passé et les propos qui ont été tenus. La marque a décidé d'arrêter la publicité digitale et télé en cours et à venir pour cette émission", explique ainsi l'enseigne d'électroménager. Decathlon, comme PSA, ont directement réagi sur Twitter, où de nombreux internautes avaient directement interpellé ces firmes au lendemain de la diffusion de l'émission.

Après cette première salve de désistements, d'autres marques ont suivi le mouvement : Bouygues Immobilier, Carrefour, Cofidis, Dyson, easyJet, Flunch, Groupama, Guerlain, Haagen-Dazs, IDVroom, Lafourchette, Liligo, Maaf, Nestlé, Orange, Pampers, Pringles, Pulco, Photobox, PMU, Sanofi, SFR, Sodastream, Thomson, Trivago.

Record de plaintes auprès du CSA

Depuis la diffusion de cette émission, dans la soirée de jeudi 18 mai, le CSA affirme avoir reçu une avalanche de plaintes de téléspectateurs. Mardi 23 mai à 18h, l'instance de régulation évoquait plus de 25.000 signalements. Il s'agit d'un record absolu pour une seule et même séquence. À titre de comparaison, 36.000 plaintes avaient été enregistrées par le régulateur tout au long de l'année 2016 pour l'ensemble des programmes.

À lire aussi
Jade, Patrick Timsit et Eric Dussart Eric Dussart
François Fillon sur France 2 : "Qui s’est plaint de ses 2 ans de silence ?"

Des associations de lutte contre l'homophobie et de nombreuses personnalités de tous horizons, y compris issues de la sphère politique, ont exprimé leur indignation vis-à-vis de cette séquence mettant en scène Cyril Hanouna. Dans ce qu'il présentait comme un canular téléphonique, l'animateur vedette de C8 se fait passer pour un bisexuel dans une petite annonce et répondait ensuite en direct aux hommes qui le contactaient. Une plainte pourrait être déposée par Le Refuge auprès des autorités. Ce collectif de défense des jeunes victimes d'homophobie a relaté sur Facebook qu'un jeune homme piégé dans l'émission avait appelé l'association dans la foulée. "[Il] était dans un état de détresse morale épouvantable. Nous avons été fort démunis devant ses pleurs et sa peur d'être reconnu par ses parents et son entourage", affirme Nicolas Noguier, président du Refuge.

Je ne veux pas entendre que je suis homophobe

Cyril Hanouna
Partager la citation

Au lendemain de l'émission mise en cause, Cyril Hanouna s'est défendu à l'antenne en rejetant vertement toutes les accusations d'homophobie. "On peut dire que ce n'est pas drôle ou pas approprié, ou caricatural, mais je ne veux pas entendre que je suis homophobe. La pire chose pour moi, ce serait de dire que TPMP incite à l'homophobie", s'est-il agacé, estimant que le CSA avait "incité à dénoncer" son émission. Contactée par l'AFP, la chaîne C8 n'a pas souhaité faire de commentaires.

Le CSA, qui a déjà épinglé l'émission pour d'autres motifs, va étudier cette nouvelle séquence et rendra sa décision dans les prochaines semaines. S'il décide d'engager des poursuites, le dossier sera transmis à un magistrat indépendant qui peut décider de classer l'affaire ou de sanctionner. Si le magistrat propose une sanction, c'est le CSA qui a le dernier mot et peut proposer amendes, suspension du programme ou des publicités ou bien sanction ultime, le retrait d'autorisation de diffusion de la chaîne concernée.

Une autre affaire liée à la même émission

Cyril Hanouna est par ailleurs visé par une enquête portant sur des canulars téléphoniques touchant des commissariats du Val-de-Marne, diffusés dans la même émission que la séquence dénoncée comme homophobe. L'animateur avait appelé des commissariats de Villeneuve-Saint-Georges et de Champigny-sur-Marne pendant l'émission de jeudi en se faisant passer pour une Anglaise, puis un policier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Médias Cyril Hanouna
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants