1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Six écrivains américains ont protesté contre la remise d'un prix à Charlie Hebdo
2 min de lecture

Six écrivains américains ont protesté contre la remise d'un prix à Charlie Hebdo

Les dessinateurs de l'hebdomadaire devraient recevoir le prix de la défense de la liberté d'expression.

L'équipe de Charlie Hebdo en 2006 avec le dessinateur Jul (2e à gauche)
L'équipe de Charlie Hebdo en 2006 avec le dessinateur Jul (2e à gauche)
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Yannick Sanchez & AFP

Le débat sur les différentes visions de la liberté d'expression n'a pas fini de faire couler de l'encre. Outre-Atlantique, six célèbres romanciers se sont retirés du gala d'une société littéraire américaine, pour protester contre son choix d'attribuer le mois prochain une récompense pour la liberté d'expression à Charlie Hebdo.

Cités dans un article du New York Times, les romanciers Peter Carey, Michael Ondaatje, Francine Prose, Teju Cole, Rachel Kushner et Taiye Selasi ont annoncé ne pas vouloir se rendre au gala annuel du PEN American Center, qui doit se tenir le 5 mai. 

La France ne respecte pas son devoir moral à l'égard d'une grande partie de sa population

Peter Carey, écrivain australien

L'Australien Peter Carey qui a remporté deux fois le prestigieux Booker Prize a expliqué au quotidien américain qu'en décidant d'attribuer cette récompense, la société littéraire allait au-delà de son rôle traditionnel de défense de la liberté d'expression contre la censure gouvernementale. "Un crime horrible a été commis, mais était-ce une question de liberté d'expression pour que PEN America s'immisce là-dedans ?", s'est interrogé l'écrivain. "Tout cela a été aggravé par l'apparent aveuglement du PEN vis-à-vis de l'arrogance culturelle de la France, qui ne respecte pas son devoir moral à l'égard d'une grande partie de sa population", a poursuivi l'auteur, en référence aux critiques sur les choix éditoriaux du magazine, qui vise trop souvent l'islam et son prophète selon certains. 

Charlie Hebdo n'avait pas l'intention d'insulter les musulmans, mais plutôt de rejeter avec force la tentative d'une petite minorité d'extrémistes de poser des limites à la liberté d'expression

Pen American Center

Le président du PEN, Andrew Solomon a déclaré que les six auteurs étaient les seuls qu'il connaissait parmi les dizaines d'hôtes à avoir discuté le choix de la fondation. L'institution a par ailleurs répondu sur son blog qu'elle ne pensait pas que Charlie Hebdo avait l'intention "d'ostraciser ou d'insulter les musulmans, mais plutôt de rejeter avec force la tentative d'une petite minorité d'extrémistes de poser des limites à la liberté d'expression". "Nous serons désolés de ne pas voir ceux qui ont choisi de ne pas assister au gala, mais nous respectons leurs convictions", pouvait-on lire également.

À lire aussi

Jean-Baptiste Thoret, qui a échappé à l'attentat en arrivant tard au travail ce jour-là, devrait recevoir le "PEN/Toni and James C. Goodale Freedom of expression courage Award" au nom de ses collègues. 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/