1 min de lecture Info

Scandale News of the World : les excuses de Murdoch

L'affaire des écoutes continue d'agiter la presse et la société britannique, encore plus après les premières excuses de Rupert Murdoch, mais aussi de nouvelles questions sur les liens du Premier ministre avec le groupe de presse au cœur du scandale. Comme promis par le magnat des médias, son mea-culpa s'étalait samedi sur de larges encarts payants dans sept journaux, y compris concurrents, qui notaient au passage son changement de ton et de stratégie: lui qui, jeudi encore, assurait que son groupe n'avait commis que des "erreurs mineures", a brusquement décidé de présenter des excuses publiques pour les écoutes pratiquées à grande échelle par un de ses tabloïds, et promis de nouvelles pratiques. Un Rupert Murdoch tout penaud, qui pourrait pourtant se désengager prochainement de plusieurs autres journaux qu'il détient.

Après le scandale concernant l’empire des médias News Corp, le magnat de la presse Rupert Murdoch a présenté ses excuses dans une lettre publiée dans les journaux britanniques samedi
Après le scandale concernant l’empire des médias News Corp, le magnat de la presse Rupert Murdoch a présenté ses excuses dans une lettre publiée dans les journaux britanniques samedi Crédit : AFP/B.Stansall

"Nous sommes désolés", écrit Ruper Murdoch dans ces encarts, reconnaissant "les graves fautes commises", des errements qui ont entrainé un scandale sans précédent au Royaume-Uni, entrainant la femeture du journal dominical News of the World, une machine à scandales.

Soucieux de donner des gages à l'opinion, il a aussi rendu visite aux proches d'un adolescente tuée en 2002, dont le téléphone avait été piraté, une révélation à l'origine d'un emballement du scandale qui ébranle son empire.

A quelques jours d'une audience hyper-médiatisée devant des députés britanniques, le magnat, devenu la cible des foudres de la classe politique au Royaume-Uni, a aussi poursuivi son opération de déminage en se séparant en quelques heures de deux de ses plus proches collaborateurs: Rebekah Brooks, directrice de la branche britannique de son groupe News Corp et ancienne grande prêtresse de News of the World, et Les Hinton, directeur général de Dow Jones, une filiale américaine propriétaire notamment du Wall Street Journal.

Cameron cible de l'opposition

Il a aussi invité Andy Coulson, ancien rédacteur en chef de NotW, devenu ensuite son directeur de la communication, deux mois après sa démission pour cause de scandale en janvier. Coulson, qui est soupçonné de "participation" à des écoutes et de "corruption", a été arrêté dernièrement, puis libéré sous caution.

L'opposition a fustigé à moult reprises le "manque de discernement" de David Cameron, d'autant que le gouvernement devait donner son feu vert à l'opération BskyB.

Il était "normal" et "humain" que le Premier ministre reçoive un collaborateur avec lequel il a travaillé si longtemps, a plaidé samedi le ministre des Affaires étrangères, William Hague, sur la BBC, assurant "ne pas être embarrassé" par ses liens avec le groupe Murdoch.

Samedi, les médias abondaient de questions sur la proximité du Premier ministre David Cameron avec les barons de l'empire Murdoch, tout en relevant que les travaillistes avaient n'avaient pas maintenu plus de distance en 13 ans de pouvoir.

Le scandale des écoutes téléphoniques, loin de s'arrêter au tabloïde News of the World (NotW) sabordé par son propriétaire Rupert Murdoch, éclabousse l'ensemble de la presse britannique à un moment où elle est particulièrement vulnérable.

D'autres titres en danger ?

David Cameron a nommé un juge réputé coriace pour mener une double enquête sur les écoutes,
et sur l'éthique des médias. Lord Leveson, qui dirigeait l'accusation au procès de la pire tueuse en série britannique Rose West, doit explorer les pratiques de la presse, mais aussi ses relations avec la police ainsi qu'avec la classe politique. Lord Leveson pourrait recommander un renforcement des instances de contrôle de la presse, aujourd'hui auto-régulée par la "Press Complaints Commission" (PCC), jugée peu efficace.
 
Après la fermeture de NotW, les rumeurs vont bon train sur une possible revente par Murdoch de ses derniers journaux britanniques (Times, Sunday Times et Sun). Le magnat de la presse a beau démentir, une réduction de la voilure serait bien accueillie par les actionnaires peu enclins à essuyer les pertes des médias écrits.

Murdoch, qu'on dit très attaché à la presse (son père était propriétaire de journaux en Australie), est avant tour un 'homme d'affaires qui partira si il le faut", ont estimé en coeur plusieurs experts britanniques.

(AvecAFP)


Lire la suite
Info Médias Scandale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7703161582
Scandale News of the World : les excuses de Murdoch
Scandale News of the World : les excuses de Murdoch
L'affaire des écoutes continue d'agiter la presse et la société britannique, encore plus après les premières excuses de Rupert Murdoch, mais aussi de nouvelles questions sur les liens du Premier ministre avec le groupe de presse au cœur du scandale. Comme promis par le magnat des médias, son mea-culpa s'étalait samedi sur de larges encarts payants dans sept journaux, y compris concurrents, qui notaient au passage son changement de ton et de stratégie: lui qui, jeudi encore, assurait que son groupe n'avait commis que des "erreurs mineures", a brusquement décidé de présenter des excuses publiques pour les écoutes pratiquées à grande échelle par un de ses tabloïds, et promis de nouvelles pratiques. Un Rupert Murdoch tout penaud, qui pourrait pourtant se désengager prochainement de plusieurs autres journaux qu'il détient.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/scandale-news-of-the-world-les-excuses-de-murdoch-7703161582
2011-07-16 17:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/opmFQOZareph0FTF2wIBgA/330v220-2/online/image/2011/0716/7703161252_apres-le-scandale-concernant-l-empire-des-medias-news-corp-le-magnat-de-la-presse-rupert-murdoch-a-presente-ses-excuses-dans-une-lettre-publiee-dans-les-journaux-britanniques-samedi.jpg