2 min de lecture Marseille

Patrick Mennucci pense qu'être Marseillais est un "désavantage" si on veut être ministre

REPLAY - Rencontre avec le député des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci, qui revient notamment sur son parcours, ses batailles, et "l'effet Marseille" en politique.

Cyprien Cini Drôle de rencontre Cyprien Cini iTunes RSS
>
Patrick Mennucci pense qu'être Marseillais est un "désavantage" si on veut être ministre Crédit Image : AFP | Crédit Média : Cyprien Cini | Durée : | Date : La page de l'émission
245300_CINI
Cyprien Cini
Journaliste RTL

Le député socialiste des Bouches-du-Rhône, Patrick Mennucci, est tombé dans la marmite de la politique à l'âge de 14 ans avec sa première carte du PS et n'en est jamais vraiment ressorti. Il a notamment mené la campagne perdue par Ségolène Royal à la présidentielle de 2007. Il revient sur son parcours et sur ses batailles politiques, parfois virulentes.

"C'est mon papa, qui était adhérant à la SFIO, qui m'a un jour ramené une carte de la 7e section de Marseille, où je suis encore aujourd'hui", raconte-t-il.

Il a toutefois connu une petite pause durant ces longues années de politique, entre 1989 et 1998, où il a tenu un garage Renault. "On a traversé le désert donc je me suis retrouvé à vendre des voitures", se souvient-il. "C'était très bien, j'ai gagné beaucoup plus d'argent qu'en politique ! La politique c'est beaucoup plus dur." 

Je n'ai pas une vision de Marseille : pastis, barquette, apéro

Patrick Menucci
Partager la citation

Après 46 ans au PS, Patrick Mennucci a pu être un témoin privilégié des grandes batailles politiques, qui peuvent parfoites être musclées. "La politique c'est la violence", décrit-il. "Parfois quand je regardais certains articles de presse, j'avais l'impression d'être pire que Calamity James. En réalité ce sont des montages de campagne."

À lire aussi
Pamela Anderson, le 2 octobre 2018 People
Pamela Anderson affirme qu'Adil Rami était infidèle

"J'ai connu des violences extrêmes", poursuit-il. "J'étais avec Maud de Bouteiller, ma femme et ma collaboratrice, décédée il y a six mois, elle s'est prit des tweets (sic) du type : 'quand on a un cancer on se soigne, on ne fait pas de politique', venant de la part de l'entourage de Jean-Claude Gaudin (maire de Marseille). Ça ne me donne pas envie d'arrêter la politique mais me donne envie de taper ceux qui l'ont fait (rires)."

(Être Marseillais) est un désavantage quand on veut être ministre. Cette ville est maltraitée

Patrick Menucci
Partager la citation

Il ne pense pas avoir fait la même chose envers ses adversaires. "Ça fait très longtemps que j'ai compris qu'il ne faut pas aller trop loin", affirme-t-il. "Je crois ne jamais avoir été insultant ou inventé des choses qui n'existent pas."

"Je n'ai pas une vision de Marseille : pastis, barquette, apéro", explique-t-il. "Elle peut l'être mais a les capacités pour devenir une très grande métropole de haute technologie, une ville qui se développe avec un esprit ouvert et multiculturel, c'est ça qui me passionne."

Le député pense qu'être marseillais est un "désavantage lorsque l'on a des ambitions d'être ministre". "Mais je ne sais pas faire autrement", dit-il. "J'aime cette ville et je pense que cette ville est maltraitée."

Le selfie de Cyprien Cini et l'homme politique Patrick Mennucci
Le selfie de Cyprien Cini et l'homme politique Patrick Mennucci Crédit : Cyprien Cini

Avec un regard décalé et impertinent, Cyprien Cini va à la rencontre des personnalités de l'année.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marseille Politique Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants