1 min de lecture Mort de Johnny Hallyday

Mort de Johnny Hallyday : Jean-Claude Camus raconte son ultime échange avec lui

RÉACTION - Grâce à Laeticia Hallyday, le producteur historique de Johnny Hallyday a passé une dernière soirée avec lui le samedi 2 décembre. Il en fait le récit et parle ce mercredi 6 décembre d'une "perte immense".

RTL Matin
Jean-Claude Camus raconte son ultime échange avec Johnny Hallyday
Crédit Média : La Rédaction de RTL Crédit Image : JEAN-PIERRE MULLER / AFP
Voir la suite

L'annonce bouleverse la France. Johnny Hallyday est décédé à l'âge de 74 ans, dans la nuit du 5 au 6 décembre, dans sa villa de Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine). L'artiste a succombé à un cancer du poumon. 

Invité à réagir sur RTL, Jean-Claude Camus, le producteur historique de la star, est très ému. "Je suis dans un bain de tristesse. Je viens de perdre plus de 35 ans de ma vie. J'ai eu la chance, grâce à Laetitia, de passer la soirée de samedi dernier (2 décembre, ndlr) avec lui."

"Samedi, quand je l'ai vu, j'ai blagué avec lui. Je n'ai rien laissé paraître évidemment du choc que j'avais sur le moment. Après le dîner avec Laeticia et sa famille, il s'agissait de lui dire au revoir. Il me regarde et me dit : 'Tu as une tâche.' En effet, pendant le dîner, j'avais une toute petite tâche sur mon pull-over. C'est sa dernière parole avec moi", raconte le producteur qui a soufflé ses 79 bougies en sa présence le 29 octobre.

Cette date symbolise la réconciliation entre les deux hommes, séparés professionnellement sur fond de désaccords financiers depuis septembre 2010. 

"C'était un anniversaire surprise, Laeticia m'avait appelé pour que je vienne déjeuner avec lui. Patrick Bruel était là. On a passé une journée formidable, il m'a fait écouter sept ou huit chansons de son prochain album."

Le producteur résume enfin son état d'esprit : "C'est une perte immense, c'est le patrimoine national qui s'en va, mais c'est surtout l'ami avec qui j'ai vécu de tellement bons moments. Il est parti bien entouré", conclut Jean-Claude Camus, favorable à des obsèques nationales.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés