1 min de lecture People

Mort de Johnny Hallyday : pourquoi ses tubes sont diffusés dans le métro bruxellois

La Société des transports intercommunaux de Bruxelles rend hommage à la rock star française qui a entretenu une relation complexe avec la Belgique.

Clics à la une
Mort de Johnny Hallyday : pourquoi ses tubes sont diffusés dans le métro bruxellois
Crédit Média : Marie-Pierre Haddad Crédit Image : Wikicommon

La voix puissante et rocailleuse de Johnny résonnera toute la journée dans le métro bruxellois. La Société des transports intercommunaux de Bruxelle (Stib), qui exploite les transports en commun de la capitale belge, a annoncé mercredi 6 décembre qu'elle allait diffuser les plus grands titres de Johnny Hallyday dans les haut-parleurs du métro en hommage à la star du rock française décédée dans la nuit du 5 au 6 décembre à Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine), dont le père était belge.

Johnny Hallyday et la Belgique ont entretenu une relation compliquée. Le chanteur est lié au Plat Pays par son père, Léon Smet, un artiste de cabaret bruxellois qui l'a abandonné quelques mois après sa naissance à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale. Johnny retira de cette filiation frustrée "une obsession", comme il le confia au JDD en 2014.

Un lien fort avec la Belgique

La rock star essaya des années plus tard de renouer avec le pays de son père. En 2006, en pleine campagne électorale, il demanda la nationalité belge pour "raisons sentimentales". Accusé de vouloir échapper au fisc français et sommé de prouver la sincérité de ses attaches avec la Belgique, il renonça finalement à l'automne 2007. "Je suis Français, je reste Français", expliquait-il alors.

Ce feuilleton controversé n'entacha ni la force de son lien avec la Belgique ni sa popularité outre-Quiévrain. Dans la foulée des attentats de Bruxelles, il donna deux concerts en Belgique, refusant de les annuler comme d'autres artistes dans le contexte ultra-sécuritaire. La Belgique francophone a rendu mercredi un hommage appuyé à la star, avec des émissions spéciales à la radio et à la télévision. Le Premier ministre Charles Michel a salué un "immense artiste populaire". 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés