5 min de lecture Maïtena Biraben

Maïtena Biraben : 4 raisons qui pourraient expliquer son départ de Canal+

DÉCRYPTAGE - L'animatrice a dû faire face à la vertigineuse chute d'audience du "Grand Journal" et des tensions internes, tout en étant critiquée à plusieurs reprises pour des maladresses lors d'interviews.

Maïtena Biraben n'aura été à la tête du "Grand Journal" que le temps d'une saison
Maïtena Biraben n'aura été à la tête du "Grand Journal" que le temps d'une saison Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
MorganeGiuliani
Morgane Giuliani
Journaliste RTL

Le 2 juin, Maïtena Biraben a officialisé son départ duGrand Journal. L'animatrice était arrivée à la tête de cette émission mêlant information et divertissement à la rentrée 2015, et n'y aura donc passé qu'une saison. Cette année aura été pleine d'épreuves pour elle. La présentatrice de 48 ans a dû faire face à une chute vertigineuse des audiences, divisée par deux par rapport à 2014, de vives tensions internes ayant mené à un jeu de chaises musicales, et plusieurs polémiques à la suite de maladresses qu'elle a commises lors d'interview.

Après plus de 10 ans à progresser au sein de Canal+, Maïtena Biraben s'est aussi retrouvée en charge d'une émission au bout du rouleau, peinant à se renouveler et ne faisant que perdre de l'audimat face à Touche pas à mon poste, programmé à la même heure sur D8, qui fait partie du groupe Canal+. Autant de raisons qui pourraient expliquer le départ de Maïtena Biraben. 

1) Une émission à bout de souffle

Créé en 2004 par Renaud Le Van Kim, Le Grand Journal a connu une audience fulgurante dans les années 2000, avec un record à 2,3 millions de téléspectateurs lors d'une émission avec Johnny Hallyday, en 2012. Le Grand Journal était devenu un rendez-vous incontournable de l'access prime-time, l'un des moments les plus stratégiques de la journée en terme d'audience télévisée et donc de rentrées publicitaires.

À lire aussi
Maïtena Biraben et Stéphane Bern a la bonne heure
Maïtena Biraben dans A La Bonne Heure

Mais depuis la rentrée 2015, le programme est à la peine. Son audience s'est retrouvée divisée par deux, par rapport à l'année précédente. Le Grand Journal a fait le pire score de son histoire le 21 janvier 2016, avec seulement 403.000 téléspectateurs réunis devant leur petit écran. 

Un énorme coup dur pour Maïtena Biraben
, qui a pris les rênes de l'émission en septembre 2015. Si lui incomber cet effondrement serait poussif, il faut en tout cas reconnaître que la coïncidence est troublante. De nombreux remaniements éditoriaux et d'équipe ont été faits au sein du Grand Journal ces 3 dernières années, pour tenter de pallier à la chute des audiences. Mais sans succès. 

2) Une animatrice très critiquée

Une fois arrivée au Grand Journal, Maïtena Biraben s'est d'ailleurs rapidement attirée les foudres des critiques. D'un côté, parce que les audiences chutent rapidement, et de l'autre, parce qu'elle a posé une question qui a choqué, le 24 septembre. Lors d'une émission consacrée au "politiquement correct", Maïtena Biraben avait demandé à 2 reprises si Marine Le Pen tenait un "discours de vérité".

Dès le mois d'octobre, la présentatrice a dû se défendre : "Ça tape dur, je m'y attendais. On savait que ça serait difficile et extrêmement compliqué. Mais on y va et on essaye de garder le sourire, a-t-elle dit dans l'Instant M, sur France Inter. On a envie de la défendre cette émission, parce qu'on y croit et parce que ce qu'on fait n'est pas indigne."

Sauf qu'entre-temps, la situation ne s'est pas apaisée et les critiques n'ont pas été plus tendres envers Maïtena Biraben. Il faut dire que la présentatrice a enchaîné d'autres maladresses. Le 25 janvier, l'acteur Édouard Baer s'était indigné en direct d'un enchaînement de l'animatrice, passant des migrants à son film dans la même phrase. "On ne peut pas tout traiter de la même façon. Je suis un peu gêné, je vous le dis franchement", lui avait-il dit. Le 22 février, elle choque en réagissant à la condamnation de migrants à un mois ferme de prison par cette phrase : "Au moins, ils seront logés". Enfin, le 12 novembre, elle dérape en faisant une blague sur la mère d'Elie Semoun, décédée quand il avait 11 ans. 

Difficile de travailler sereinement en étant régulièrement la cible des attaques. Ce qui est, par ailleurs, inédit pour Maïtena Biraben. Depuis plus de 10 ans, l'animatrice et journaliste a connu une ascension quasi sans faute. Sur Canal+, elle a assuré la présentation de plusieurs émissions : Nous ne sommes pas des anges, La Matinale,  En animant Le Supplémentde Canal+, elle avait révélé une nouvelle facette d'elle-même, celle d'une intervieweuse pugnace, et s'était attiré l'admiration de ses confrères.

3) Des tensions persistantes avec la production

Maïtena Biraben avait un autre handicap : très soutenue par Vincent Bolloré lorsque l'émission a été raillée pour ses mauvaises audiences, l'animatrice a été vue comme une "chouchoute" du nouveau patron controversé de Canal+. Une de ses amies proches, Isabelle Siri, avait été placée au poste de productrice éditoriale de l'émission, ce qui était "très contesté en interne", selon Puremédias. Elle avait finalement été évincée en février 2016, remplacée par la rédactrice en chef du Grand 8.

La tension semble atteindre son maximum lorsque Maïtena Biraben n'assure pas la présentation du Grand Journal pendant plusieurs jours, fin avril. Officiellement, l'animatrice dit avoir "quelques pépins de santé", mais on soupçonne plutôt un ras-le-bol généralisé. La veille, le 21 avril, elle s'est montrée mécontente envers son équipeLa mort de Prince a été annoncée en début de soirée, et Maïtena Biraben avait demandé un sujet posthume sur le chanteur, qui n'a jamais été réalisé. 

Mais l'un des plus gros coups dur pour Maïtena Biraben a été symbolique : l'absence du Grand Journal au Festival de Cannes. Depuis sa création, l'émission s'était toujours délocalisée sur la Croisette, pendant les deux semaines de compétition. En 2016, elle a été privée de sa vue sur le Martinez, Canal Plus ayant préféré envoyer Michel Denisot - ancien présentateur du Grand Journal - et Augustin Trapenard - chroniqueur littéraire de l'émission - pour couvrir l'événement à coup de pastilles diffusées pendant le Grand Journal. Presque une humiliation pour Maïtena Biraben. Selon le blog de Jean-Marc Morandini, elle aurait dans un premier temps refusé que les interviews de Michel Denisot soient montrées dans le Grand Journal. Sur RTLelle s'est dite "sidérée" par les rumeurs

4) Une période de crise à Canal+

Cela n'est plus un secret depuis longtemps : l'arrivée de Vincent Bolloré à la tête de Canal Plus a considérablement chamboulé l'organisation de la chaîne hors et à l'écran. L'industriel a fait tourner les têtes au sein de la direction, et a voulu mettre de près son nez dans les programmes. Devant faire face à un déficit de 400 millions d'euros pour l'année à venir, Vincent Bolloré a notamment décidé de moins mettre l'accent sur les émissions diffusées en clair, une décision qui concerne directement le Grand Journal

Le départ de Maïtena Biraben n'est qu'un de plus qui s'ajoute à la liste des figures du groupe Canal Plus ayant fait leurs cartons ces dernières semaines : Yann Barthès rejoint TF1Ophélie Meunier reprend la présentation de Zone Interdite sur M6, tandis que Bruce Toussaint s'en va co-présenter C Dans l'Air sur France 5. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maïtena Biraben Canal+ Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783481222
Maïtena Biraben : 4 raisons qui pourraient expliquer son départ de Canal+
Maïtena Biraben : 4 raisons qui pourraient expliquer son départ de Canal+
DÉCRYPTAGE - L'animatrice a dû faire face à la vertigineuse chute d'audience du "Grand Journal" et des tensions internes, tout en étant critiquée à plusieurs reprises pour des maladresses lors d'interviews.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/maitena-biraben-4-raisons-qui-pourraient-expliquer-son-depart-de-canal-plus-le-grand-journal-7783481222
2016-06-02 13:42:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vrXDdQdL9-H6IJJecVt1Ug/330v220-2/online/image/2016/0602/7783482796_maitena-biraben-n-aura-ete-a-la-tete-du-grand-journal-que-le-temps-d-une-saison.jpg