1 min de lecture RTL Info

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier sont libres

Ils étaient emprisonnés depuis un an et six mois ce 29 juin 2011 soit 547 jours. Les deux journalistes Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, retenus en otages en Afghanistan depuis le 23 décembre 2009, ont été libérés en compagnie de leurs accompagnateurs afghans. L'organisation Reporters sans frontières a annoncé que les deux otages seraient de retour jeudi en France, un avion a déjà décollé de Villacoublay. En revanche, aucune annonce concernant les conditions de libération des deux otages n'a été faite.

Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier
Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Les deux journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponnier avaient été enlevés le 30 décembre 2009 en Afghanistan. Nicolas Sarkozy s'est réjouit de la nouvelle après 547 jours de captivité dans un communiqué. "Le président de la République annonce la libération de nos deux compatriotes Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, ainsi que de leur interprète Reza Din", indique le communiqué de la présidence de la République. "Le chef de l'État s'associe à la joie des familles. Il remercie le président Karzaï pour la gestion de cette crise ainsi que tous ceux qui ont participé à la libération des otages. Le président de la République réaffirme son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes", ajoute le texte.

La chaine France 3 a annoncé peu après 15h, via un bandeau noir défilé en bas de l'écran "Les deux journalistes de France 3 Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, et leurs accompagnateurs afghans ont été libérés. Ils avaient été enlevés le 29 décembre 2009 en Afghanistan". Quelques instants après l'apparition de ce message, le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer en a fait l'annonce de cette libération, usant néanmoins du conditionel en séance dans l'hémicycle, provoquant les applaudissements de tous les députés et du banc des ministres debout.

Remercier des "hommes et de femmes qu'on ne remercie jamais"

François Fillon, également présent, à l'Assemblée nationale, a expliqué que les otages en Afghanistan ont été libérés "depuis quelques heures". Ils sont actuellement entre les mains des forces françaises sur la base de Tagab en Afghanistan a confirmer le Premier ministre. "Nous attendions pour l'annoncer que les familles aient été directement informées", a t-il expliqué.

Au niveau des conditions de la libération, aucune annonce officielle n'a été effectuée. François Fillon a simplement souligné "la souffrance et l'épreuve qui étaient les leurs" et a remercier "depuis la première minute, l'ensemble des services de la République qui ont concouru à leur libération". "Je veux dire toute la gratitude qui est la nôtre pour ces hommes et ces femmes qui, souvent dans l'ombre, ont travaillé à cette libération en prenant beaucoup de risques", a-t-il ajouté. "Ce sont des hommes et de femmes qu'on ne remercie jamais, qu'on ne voit jamais et sans lesquels rien n'aurait été possible", a-t-il souligné.

"Vent de liberté qui souffle sur le monde arabe"

Selon M. Fillon, "cette libération nous fait penser à tous les Français qui sont encore retenus en otage au Sahel, en Somalie, au Yémen". "Nous allons œuvrer avec la même détermination pour obtenir leur libération et j'en profite pour lancer un appel à ceux qui les détiennent", a-t-il déclaré. "Ce vent de liberté qui souffle sur le monde arabe doit aussi être pris en compte par ceux qui ont pris nos otages, qui doivent se rendre compte que ce n'est pas la méthode pour atteindre les objectifs qu'ils poursuivent", a fait valoir M. Fillon. "Ils doivent libérer ces hommes et ces femmes et s'intégrer dans le débat démocratique", a-t-il conclu.

Lire la suite
RTL Info International Otages
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants