1 min de lecture RTL sport

L'ex-coureur cycliste Laurent Fignon est mort

Laurent Fignon, ancien double vainqueur du Tour de France (1983,1984), est décédé mardi des suites d'un cancer à 12h30 à l'hôpital Pitié-Salpêtrière. Il avait 50 ans. Ses obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité. Malgré la maladie, Laurent Fignon avait tenu son poste de consultant sur France 2 lors des éditions 2009 et 2010 du Tour de France. Dans son ouvrage intitulé "Nous étions jeunes et insouciants", il avait également reconnu la prise d'amphétamines et de cortisone durant sa carrière de coureur, mais n'avait pas établi un lien direct avec la maladie.

Micro RTL
La rédaction de RTL et Nicolas Georgereau

Né à Paris le 12 août 1960, professionnel de 1982 à 1993, Laurent Fignon était l'un des meilleurs coureurs cyclistes des années 1980. Il a remporté le Tour de France en 1983 et 1984.
   
Sa défaite pour huit secondes dans le Tour de France 1989, battu par Greg LeMond dans l'ultime contre-la-montre sur les Champs-Elysées, a marqué le public français et la plus grande course du monde.
   
Surnommé "le Professeur" tant pour son sens tactique que pour ses petites lunettes rondes, Laurent Fignon a également remporté le Tour d'Italie en 1989, Milan-San Remo en 1988 et 1989 et la Flèche Wallonne en 1986. Il a gagné le championnat de France en 1984.
   
Il avait révélé son cancer dans un livre en 2009, confié s'être dopé à petite dose mais ne savait pas si la maladie avait un lien avec ces pratiques dopantes.
   
"Je n'ai pas envie de mourir à 50 ans, mais si c'est incurable, qu'est-ce que j'y peux ?" disait-il à Paris Match en janvier dernier.
   
"J'aime la vie, j'adore rigoler, voyager, lire, bien bouffer, comme un bon Français. Je n'ai pas peur de la mort, je n'en ai juste pas envie !" 

La carrière de Laurent Fignon en image (diaporama) :




L'affrontement d'anthologie entre Fignon et Lemond sur le Tour 1989 en vidéo :



Laurent Fignon en bref :

Date de naissance: 12 août 1960
Lieu de naissance: Paris
Date de décès : 31 août 2010
Nationalité: français 
Sport/discipline: cyclisme/route

Principales victoires : 

Courses d'un jour :
Championnat de France 1984
Milan-Sanremo 1988 et 1989, Flèche Wallonne 1986
GP de Plumelec 1983, Paris-Camembert 1988, GP des Nations (contre-la-montre)  1989, Trophée Baracchi et GP de Baden-Baden (contre-la-montre avec Thierry Marie) 1989 
Courses par étapes :
Critérium international 1982 et 1990, Semaine Sicilienne 1985, Tour de la Communauté européenne 1988, Tour des Pays-Bas 1989, Ruta Mexico 1993
1 étape de Tirreno-Adriatico 1983, 2 étapes du Tour de Romandie 1984, 1 étape du Dauphiné 1986, 1 étape du Tour des Pays-Bas 1987, 2 étapes de Paris-Nice 1987, etc 
Grands tours :
Tour de France: vainqueur en 1983 et 1984. 2e en 1989. Neuf étapes (Dijon contre-la-montre en 1983, Le Mans contre-la-montre, La Ruchère contre-la-montre  en côte, La Plagne, Crans-Montana et Villefranche-en-Beaujolais contre-la-montre en 1984, La Plagne en 1987, Villard-de-Lans en 1989, Mulhouse en 1992). Maillot  jaune pendant 22 jours (6 jours en 1983, 7 en 1984, 9 en 1989)
Giro: vainqueur en 1989. 2e en 1984. Deux étapes (Arabba en 1984, La Spezia en 1989). Maillot rose pendant 16 jours (1 jour en 1982, 6 jours en 1984, 9 jours en 1989)
Vuelta: 3e en 1987. 2 étapes (1 en 1983, 1 en 1987) 
Equipes : Renault (1982-1985) puis Système U (1986-1989) et Castorama (1990-1991), Gatorade (1992 et 1993) 

Laurent Fignon à travers ses déclarations :

Son caractère: 
"Je n'ai jamais aimé le copinage. Avec qui que ce soit. Je peux dire que je suis assez fier de cette spécificité." 
"Tout le monde ne m'aimait pas et je m'en foutais. Moi, j'étais un mec honnête qui disait généralement la vérité." 
"J'ai perdu un Tour de France pour huit secondes. Si je m'étais arrêté à ça,  j'aurais tout laissé tomber. C'est pareil dans la vie. Je me suis endurci. Qui sait, mon coeur est peut-être à moitié fait de pierre." 
"Je pensais trop. Ceux qui réussissent vraiment pensent moins à vélo. Ce n'est pas qu'ils sont bêtes, mais ils se posent moins de questions que moi." 

Sa carrière : 
"J'ai eu la chance de trouver ce pour quoi j'étais doué et de pouvoir en vivre. Mais je ne serai jamais satisfait: j'aurais voulu être champion du monde, gagner plus de Tours, plus de classiques... Mais j'ai vécu des années fantastiques." 
"Je n'ai pas honte de ce que j'ai fait. J'ai fait ce que j'avais à faire, sans exagération. J'ai fait le métier. Et, dans notre métier, il y a la triche." 
"Je n'ai jamais pensé que c'était mieux de mon temps. C'était juste différent, voilà tout. Comme le sont toutes les époques. J'ai néanmoins le sentiment d'avoir traversé le court intermède 'hippie' du vélo. Je crois même en avoir été l'un des principaux instigateurs." 
"Le point de basculement de mon histoire se situe très exactement le dernier  jour du Tour de France 1989. Jour de tristesse insensée, jour de défaite monstrueuse, inacceptable. Le seul jour de mon existence où quelques secondes devinrent l'éternité." 

Son cancer : 
"C'est une saloperie. Mortelle. Qui fait peur. A soi et aux autres. Mais ce n'est pas une maladie honteuse !" 
"Une fois passé le premier diagnostic, j'ai admis, de mon propre chef, que la transparence pourrait participer de ma thérapie." 
"Quand je serai tout maigre, peut-être qu'on ne me verra plus beaucoup. Je n'ai pas envie de faire pitié. Mais si ça peut apporter quelque chose à d'autres de voir que je me bats..." 
"Je n'ai pas peur de mourir. Si ça devait s'arrêter rapidement, je n'aurais pas beaucoup de regrets. J'ai eu une belle vie." 

Ses avis (sur le cyclisme) : 
"Le cyclisme s'est transformé en sport de défense, oubliant sa raison d'être  formelle: l'attaque. Bien sûr qu'il faut savoir défendre une position, par exemple sur un grand Tour. Mais comment faire pour gagner sinon attaquer ? C'est l'essence du cyclisme. Son esprit. Son âme." 
"On aimerait que ce soit le 14 juillet tous les jours ! Mais les temps morts  font partie intégrante du processus. Il faut faire avec..." 
"Le dopage 'no-limit', qui fut la règle dans les années 90 puis dans les années 2000, est contesté. A la fois par les progrès des contrôles et surtout par la mise en place des nouveaux règlements dont le passeport biologique est évidemment la forme la plus aboutie et la plus intéressante." 
"Tout le monde a singé l'original (Greg LeMond). Par intérêt. Miguel Indurain, Jan Ullrich, même Lance Armstrong... Je ne suis pas le mieux placé pour 'juger' tous ces champions. Je ne sais pas tout. Mais je ne suis dupe de rien. Je peux avoir, de-ci de-là, du respect et même de l'admiration pour certains de leurs actes. Mais je trouve qu'ils ont souvent dénaturé le cyclisme  que j'aime."

(Avec AFP)


Laurent Fignon en dix dates :

12 août 1960 : naissance à Paris.
28 mars 1982 : il se révèle en enlevant le Critérium international, quelques semaines après ses débuts professionnels sous la coupe de Cyrille Guimard.
18 juillet 1983 : il endosse à l'Alpe d'Huez le premier de ses 22 maillots jaunes. Six jours plus tard, il devient l'un des plus jeunes vainqueurs du Tour  de France de l'histoire.
10 juin 1984 : il perd le Giro contre l'Italien Francesco Moser. Il estimera que la course lui a été volée. Six semaines plus tard, il domine le Tour de France devant son ancien leader, Bernard Hinault, qui l'a attaqué en vain.
19 mars 1988 : il remporte pour la première fois Milan-Sanremo, performance qu'il renouvellera l'année suivante.
23 juillet 1989 : il perd pour 8 secondes le maillot jaune à l'arrivée de l'ultime contre-la-montre sur les Champs-Elysées et laisse la victoire finale sur le Tour de France à son grand rival américain Greg LeMond.
1er juillet 1991 : il annonce son "divorce" de Cyrille Guimard, avec lequel il s'était associé à la tête de la structure Maxi-Sports et part quelques mois plus tard terminer sa carrière en Italie.
24 août 1993 : il dispute sa dernière course, le GP Ouest-France à Plouay, et  enchaîne avec une carrière de consultant télé.
31 janvier 2002 : il cède à la société ASO la course Paris-Nice qu'il avait reprise trois ans plus tôt.
11 juin 2009 : il annonce souffrir d'un cancer des voies digestives. Malgré le traitement, il continue à travailler sur le Tour de France en tant que consultant pour France Télévisions. 

(Avec AFP)

A écouter aussi :


Laurent Fignon souffre d'un "cancer avancé"

Envoyez vos photos/vidéos sur Témoins RTL

Logo Témoins

Lire la suite
RTL sport Décès Cyclisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
5949632338
L'ex-coureur cycliste Laurent Fignon est mort
L'ex-coureur cycliste Laurent Fignon est mort
Laurent Fignon, ancien double vainqueur du Tour de France (1983,1984), est décédé mardi des suites d'un cancer à 12h30 à l'hôpital Pitié-Salpêtrière. Il avait 50 ans. Ses obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité. Malgré la maladie, Laurent Fignon avait tenu son poste de consultant sur France 2 lors des éditions 2009 et 2010 du Tour de France. Dans son ouvrage intitulé "Nous étions jeunes et insouciants", il avait également reconnu la prise d'amphétamines et de cortisone durant sa carrière de coureur, mais n'avait pas établi un lien direct avec la maladie.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/l-ex-coureur-cycliste-laurent-fignon-est-mort-5949632338
2010-09-01 06:00:00