1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc revient sur la polémique du prédicat à l'école
2 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc revient sur la polémique du prédicat à l'école

ÉDITO - Le prédicat est accusé de faire disparaître les COD et COI. Isabelle Morini-Bosc revient sur l'affaire qui agite les manuels scolaires.

Une salle de classe dans un lycée à Paris, le 12 juin 2013 (illustration)
Une salle de classe dans un lycée à Paris, le 12 juin 2013 (illustration)
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
Isabelle Morini-Bosc

Mais qu'est-ce que c'est que ce "prédicat", sorti du cerveau fécond des "spécialistes" chargés des programmes scolaires (et dans fécond il y a...). Si j'ai bien compris l'article du Figaro ce matin, le "prédicat" désigne un "tout en un" englobant, et le complément d'objet direct, et le complément d'objet indirect d'un groupe de mots. Prenons la phrase toute simple : "Les néo-penseurs font un cadeau empoisonné aux élèves". Seul compte désormais le sujet (les néo-penseurs), le reste devenant un ensemble flou. Diffus. Donc confus. C'est ça, le "prédicat". Voici venu le temps du "gloubi-boulga" grammatical. Il y a le sujet, le verbe, le reste étant verbeux. Où réside le problème ? 

Dans le fait que les "accords" se font avec les compléments, et que si les compléments disparaissent (même momentanément), les accords suivent. D'où mon désaccord. Il faudra en effet désormais attendre la classe de 5e pour retrouver cette notion de compléments d'objet(s), ce qui n'est justement pas la classe ! Aucun risque de fabriquer des prédicateurs avec ce "prédicat" ! Alors qu'il me soit pardonné de parler 2 fois de grammaire cette semaine dans ce billet, mais cette énième réforme, "objet direct" de mon agacement, mérite un "complément". 

Les règles de bases changées

Il est, en effet, urgent de revenir sur le sujet, comme le teckel revient sur le coin de jardin où il a enterré son os. Car on est effectivement tombés, là, sur un os. Et on a parfaitement le droit de le souligner et le signaler dans un billet sur la télé puisque la télé, c'est avant tout de l'écrit via le prompteur, un prompteur glouton précisément fait pour mâcher le travail du présentateur. Or, il suffit de jeter un coup d’œil sur son contenu souvent grammaticalement approximatif pour comprendre l'ampleur du problème. 

Les règles "de base" n'ont pourtant pas été créées pour martyriser des générations d'élèves, elles sont là pour une meilleure "circulation" du langage entre tous, entre "émetteurs et récepteurs", comme diraient ces technocrates du langage qui qualifient un simple ballon de "référent bondissant". Est-ce grave de gommer ces règles piliers ? Oui. Pourquoi ? Parce que les fautes de plus en plus nombreuses sur la forme finissent par entraîner des contresens graves sur le fond. Au cours des siècles, plusieurs conflits sont ainsi arrivés à la suite de simples virgules mal placées. On oublie en effet là encore que la ponctuation est un langage en soi, qui complète et précise l'autre !

À lire aussi

 Au lieu de donner des noms pompeux à des réformes pompées "ailleurs", on ferait mieux d'apprendre aux enfants à "se jouer" de la grammaire et de l'orthographe. Au sens propre. C'est-à-dire qu'il faudrait jouer avec le français comme avec des Lego. Sans rien changer sur le fond. Simplement, qui dit construction dit destruction puis reconstruction. Il suffirait, il suffit en fait de séparer les éléments d'une phrase comme on défait une maquette, pour mieux en comprendre le mécanisme. Prenons par exemple la petite phrase toute simple, " La robe que j'ai achetée". J'ai acheté quoi ? Une robe, et cette robe est à la fois un complément à ma garde-robe et un complément d'objet direct, placé avant le sujet. Il faut donc "accorder", et pas seulement avec un foulard ou un bijou ! Et pourquoi n'en ferait-on pas un format court proposé sur le service public à l'heure du Choco BN ? Oui, ce serait bien pour les élèves du primaire, à condition bien sûr que les prédicat-eurs ne trouvent justement pas ça trop... primaire ! 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/