2 min de lecture Médias

Isabelle Morini-Bosc : "Retirer le pupitre pour leur éviter de s'éterniser aux César"

ÉDITO - Les nommés de la 41ème cérémonie des César se sont réunis ce samedi 6 février 2016 au Fouquet's autour d'un déjeuner.

La cérémonie des César durerait trop longtemps
La cérémonie des César durerait trop longtemps Crédit : NIVIERE/VILLARD/SIPA
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Quel bonheur, quand la bonne surprise vient de là où on ne l'attendait pas. Oui, quelle jouissance et quelle réjouissance quand un coup de trompette réveille l'intérêt des convives au cours d'un rendez-vous annuel si régulièrement attendu que, justement, vous n'en attendez pas autre chose que de le passer le plus agréablement possible. C'est ce qui s'est produit lors du déjeuner rassemblant samedi 6 février 2016 au Fouquet's tous les nommés de la 41ème cérémonie des César, retransmise sur Canal + en clair et en direct du Théâtre du Châtelet le 26 février

Ce moment est parfaitement bien rôdé au point, disent certains, d'en être érodé. Peu importe. Oui, peu importe, attendu que l'on y retrouve les amis du métier et autres connaissances inévitables, sans oublier les artistes avec qui on échange juste assez pour en retirer des entretiens acceptables à diffuser le jour dit. Comme en plus s'y échangent le quota et le comptant de potins inutilisables mais intéressants à connaitre, tout va bien dans le meilleur des mondes médiatiques possible, et tout est bien qui finit bien vers 15 heures, horaire marquant le départ des photographes, des journalistes, des décideurs et, accessoirement, des artistes ayant fait le déplacement.

Il n'étaient pas majoritaires, ce samedi 6 février, même si on reconnaissait le chanteur Raphaël, Catherine Frot, Sarah Giraudeau, Benoit Magimel, Arnaud Desplechin et quelques autres moins identifiés par les badauds. La maîtresse de cérémonie Florence Foresti, semble-t-il retenue ailleurs, ne resta pas au déjeuner, mais de toutes façons, c'est un autre qui se fit remarquer. Une fois la séance photos finie et les invités de marque dirigés vers la table d'honneur, chacun se dit en effet que le plus savoureux allait moins venir des conversations que des aiguillettes de canard. Or, c'est précisément à cet instant qu'une voix s'éleva, d'autant moins attendue qu'il n'est pas d'usage de faire un discours ce jour-là.

La cérémonie durerait trop longtemps

Cette voix, c'était celle du patron de l'Académie Alain Terzian, qui attaqua aussi fort qu'en vent toulousain à propos de l'horaire de fin de soirée : "L'année dernière, le prix du Meilleur Film a été remis à une heure moins cinq ! À cette heure-là, tout le monde dort, ce n'est plus possible. Cette année, il est impératif que tout soit fini à minuit moins cinq ! Démerdez-vous ! Pas plus de 2,30 minutes par intervention. Aux Oscars, les lauréats ont droit à 1,30 minute chacun et ils y arrivent". Et toc. Auraient-ils fait entrer un tracteur avec le cabillaud demi-sel de l'entrée, que l'assistance n'aurait pas été plus sidérée. D'abord dubitative devant cette déclaration d'intention qui en suivait beaucoup d'autres du même genre, j'ai finalement été convaincue par le dispositif exposé par Florence Foresti

À lire aussi
Christian Jeanpierre offre son nouveau roman à tout le monde en période de confinement coronavirus
Coronavirus : "On voit bien que le monde vacille", dit Christian Jeanpierre sur RTL

Si j'ai tout compris, le décompte de temps de parole sera inscrit sur le prompteur et surtout, sera supprimé le pupitre sur lequel les lauréats s'avachissent pour remercier leurs mères, leurs pairs, et tutti quanti tutti frutti. Quelle idée de génie validée par le patron de Canal + Maxime Saada. Leur retirer le pupitre pour leur éviter de s'éterniser, c'est comme enlever son doudou à un bambin. C'est là que j'ai commencé à y croire. Reste une interrogation : que pourront faire l'Académie et la chaîne contre l'élément le plus glacial qui soit : le public ? Réponse : "Florence Foresti sera l'arme-de-distraction-massive. Et vu qu'elle a tout de même naguère réussi à faire rire un Sean Penn aussi joyeux qu'un papier administratif, on y va on y croit. Avé "César", ceux qui vont venir vous saluent.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Télévision Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants