1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "Lucette qui ne demandait rien a eu le droit à tout"
2 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "Lucette qui ne demandait rien a eu le droit à tout"

ÉDITO - Depuis que François Hollande est allé rencontrer Lucette, cette pauvre "compatriote" est dans tous les médias.

François Hollande a fait une pause-café chez Lucette Brochet, le 29 octobre 2015 à Vandoeuvre-lès-Nancy.
François Hollande a fait une pause-café chez Lucette Brochet, le 29 octobre 2015 à Vandoeuvre-lès-Nancy.
Crédit : AFP / Frédérick Florin
Isabelle Morini-Bosc

Il y avait Lucy, il y a Lucette. Lucy l'australopithèque intéressait les paléontologues, Lucette l'infirmière intéresse les médias. Dans les deux cas, nous avons affaire à une femme qui fait parler et qui n'en demandait pas tant ! Lucy étant connue depuis les siècles des siècles, concentrons-nous plutôt sur Lucette, célèbre pour avoir l'autre jour été "visitée" par notre président...Et chez elle s'il vous plait. Pourquoi en parler ? Parce que, depuis que François Hollande est allé rencontrer cette "compatriote", comme il l'a répété à plusieurs journalistes, la "compatriote sus citée" est dans tous les zappings, sur tous les blogs. Notamment celui de Jean-Luc Mélenchon, qui la conseille sur les diverses façons d'"envoyer paître" les médias.

Il est d'ailleurs objectivement plutôt amusant, ce billet où il accuse les conseillers de l'Elysée d'avoir fait là de la "télé-réalité d'État". Ce n'est pas ce qu'il a dit de plus faux, et il rejoint en cela notre camarade Pascal Praud, qui emploie lui carrément le mot "réclame". Particulièrement visible à une époque où rien ne peut plus avoir une lecture simple, attendu que la moindre miette d'info est exposée, grossie, gonflée, "en 3D". En 1976, lorsque "VGE" était allé zyeuter "la France au fond des yeux, découvrant que tous les Français ne mangeaient pas avec des couverts en argent", tout était sous contrôle :  la famille "élue" s'était contentée de bien tenir son rôle en précisant, "à la fin du repas c'était presque un ami". Point final.

Les médias ont nui à Lucette

François Miterrand avait, lui, vite compris comment contourner la presse et la difficulté: Fixer les Français au fond des yeux jusqu'à l'hypnose, il l'avait également fait. Mais les journalistes, parqués dehors, n'entendaient rien, et seules avaient été publiées et diffusée des vues du président discutant de loin avec une famille de fermiers. Sans aucun son, et Dieu sait que le son, dans une ferme, c'est ce qui manque le moins ! Un exemple en cachant un autre, on peut élargir le champ de vision et citer Edouard Balladur décidé à prendre le métro, mais un métro préalablement nettoyé, aseptisé, "débarrassé" de ses clochards. Au point qu'un général, exaspéré peu après par une autre opération médiatique du-même genre, avait conduit tous les SDF dans les bureaux du ministère, d'où un scandale resté secret à l’époque.

Mais revenons à Lucette. Elle qui, on le répète, ne demandait rien, a eu droit à "tout". Outre le fait que l'opération élyséenne s'est terminée en "queue de poisson" (ce qui est un comble vis-à-vis d'une femme s'appelant Lucette Brochet), elle a dû répondre à des questions qui ont fini par la mettre en danger dans son quotidien. Oui, la mairie avait (ultra-discrètement) tout fourni : oui les chaises, oui les tasses, oui les fleurs, oui le café. Au point que l'appartement de Lucette n'était plus l'appartement de Lucette. La journaliste qui l'interrogeait avait certes raison d'insister, de la faire aller au bout de l'énumération. De pointer l'"ubuesque" de la situation. Simplement, n'a-t-elle fini par sentir qu'elle nuisait à Lucette la retraitée, et qu'elle se servait plus d'elle qu'elle ne servait l'information... À l'heure où, nous médias, accusons les émissions de témoignages ou de télé-réalités, de nuire à des particuliers ne mesurant pas "l'onde de choc médiatique"? La question mérite d'être posée. J'attends vos réponses. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/