2 min de lecture Télévision

Isabelle Morini-Bosc : "Les produits locaux de moins en moins français"

REPLAY - Dans "Les chefs contre-attaquent", quatre personnalités du monde culinaire s'intéressent à la traçabilité des produits locaux. Ils sont les premiers surpris de l'absence de transparence en la matière.

micro generique À la Télé ce soir Isabelle Morini-Bosc & Laurent Marsick
>
À la télé ce soir du 17 juin 2015 Crédit Image : M6 | Crédit Média : Isabelle Morini-Bosc | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Quel est le point commun entre saucisse de Strasbourg, moutarde de Dijon, escargots de Bourgogne, champignons de Paris, cassoulet de Castelnaudary ou camembert de Normandie ? Il s'agit justement d'un point commun vraiment pas commun : ils sont tous de moins en moins français ! Non ? Si ! Les escargots viennent ainsi souvent de Roumanie, le cassoulet de la communauté européenne (23 pays en option !), les cornichons d'Inde, le coq français du Brésil, n'est-ce pas pourtant, dit la satire, le seul animal bien de chez nous car pouvant chanter les deux pieds dans la merde ?

Des produits "français" importés

C'est l'une des découvertes de nos 4 mousquetaires du bien vivre sur M6, Guilaine Arabian, Philippe Etchebest, Yves Camdeborde et Cyril Lignac. Ces 4 personnalités complètement "toquées" avaient déjà assumé et assuré sur la chaîne une spéciale contre le gaspillage alimentaire. L'émission avait plu. Et c'était mérité : ils renouvellent mercredi soir l'expérience dans Les chefs contre-attaquent en s'attaquant à la traçabilité des produits alimentaires. D'où il s'avère que suivre à la trace des produits pourtant courants est souvent presque aussi difficile que de vider la Seine à la fourchette : allez reconnaître la galette de sarrasin bretonne faite avec une farine venue elle de Chine. Farine qui nous donne le sentiment d'avoir été roulés dedans !

Tous, industriels excepté, sont en fait des victimes : les consommateurs comme les restaurants fanas du "manger français" (même si le contenu de leurs frigos prouve le contraire), mais aussi nos quatre hommes et femme de goût. Non seulement ils ne cherchent pas à piéger leurs interlocuteurs mais, tout avertis qu'ils soient, ils sont les premiers surpris de l'absence totale de transparence. "Nous, on n'est pas choqués que l'on achète à l'étranger, même si c'est la mort programmée du monde paysan. On veut juste que le public décide en connaissance de cause". Qui eut cru que leur enquête sonnette d'alarme nous donnerait une émission (avec repas final) une nouvelle fois... savoureuse ! Et tant pis si, à cause d'elle, personne n'est complètement dans son assiette à la fin !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Cuisine M6
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants