1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "Le téléfilm La Loi fait honneur à Simone Veil"
1 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "Le téléfilm La Loi fait honneur à Simone Veil"

ÉDITO - Le téléfilm "La Loi", diffusé à 20h50 sur "France 2" et consacré à la loi Veil, reste "ambitieux" avec une Emmanuelle Devos "convaincante" dans le rôle de Simone Veil alors ministre de la Santé .

Emmanuelle Devos incarne Simone Veil dans "La Loi"
Emmanuelle Devos incarne Simone Veil dans "La Loi"
Crédit : © BARBEREAU Bernard / FTV
Isabelle Morini-Bosc

La Loi : Le voilà, le téléfilm ambitieux comme la critique l'aime. Voire le public. Avec une Emmanuelle Devos très convaincante dans le rôle de Simone Veil, la dame au chignon serré qui se battit trois jours et deux nuits pour faire voter son projet de loi légalisant l'avortement.

Et à propos de chignon, ils n'avaient pas seulement l'intention de lui crêper le sien, les députés qui se trouvaient face à elle. Non, ils voulaient détruire politiquement cette femme qui détruisait justement selon eux la vie, allant jusqu'à faire écouter des battements de cœur de fœtus dans l’hémicycle.

Simone Veil avait pourtant eu l'intelligence de placer le débat sur le plan humain et sanitaire au détriment d'un féminisme préjudiciable à la cause. N'avait-elle pas précisé en préambule et en douceur qu'un "avortement était toujours un drame" ? Dans cette nouvelle version de "La chèvre de monsieur Seguin", Simone Veil avait pourtant survécu. Gagné. Et avec elle, les 300.000 françaises avortant chaque année dans la clandestinité.

Peu importe que cet excellent téléfilm ne soit pas parfait

Alors oui, cette fiction fait honneur au "genre", à France 2 et à celle qui était alors une "petite ministre de la santé" méconnue, voire inconnue des français. Et peu importe finalement que cet excellent téléfilm ne soit pas parfait. On peut ainsi regretter le côté lourdement pédagogique du "personnage prétexte" de la journaliste enquêtant sur "les vrais chiffres de l'avortement clandestin". Et pourquoi dire, comme je l'ai lu, que La Loi console du reste de la production française?

À lire aussi

Faut-il, pour valoriser un "produit", dévaloriser les autres et un secteur qui comprend, en vrac, Engrenages, Un village français, Magellan, Origines, Candice Renoir, Profilage, voire mais oui Camping Paradis ou Joséphine ange gardien, des "collections" certes moins valorisantes mais pas indignes ? Halala, ces frictions sur la fiction, quelle affliction !

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/