2 min de lecture Télévision

Isabelle Morini-Bosc : "Le public sera-t-il devant Zoo ? C'est pas gagné"

REPLAY - ÉDITO - TF1 lance ce mardi 1er décembre à 20h50 sa nouvelle série, "Zoo", où les animaux se révoltent contre les hommes.

Micro RTL générique À la Télé ce soir Isabelle Morini-Bosc & Laurent Marsick
>
À la télé ce soir du 01 décembre 2015 Crédit Image : TF1 | Crédit Média : Isabelle Morini-Bosc | Durée : | Date : La page de l'émission
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Allez-vous suivre la nouvelle série Zoo proposée ce soir sur TF1 ? C'est certain que si vous ne regardez jamais autre chose que des documentaires sur les gastéropodes en Basse Silésie ou sur les peuples du fin fonds du monde, la question ne se pose pas plus qu'elle ne s'impose à vous. Ce nouveau début de débat à haut-débit est pourtant intéressant. Le secteur des audiences est en effet de plus en plus complexe, avec cette possibilité qu'ont désormais les producteurs et les diffuseurs d'avoir et de savoir les chiffres minute par minute (pas sûr que ce soit la chance d'un programme, ça !). Et force est de constater qu'on a basé tout un secteur (l'audiovisuel), sur des données qui n'ont jamais constitué une science exacte.

Une science précise certes, mais totalement fiable sûrement pas. Et les études faites sur un programme montré "avant diffusion" à un panel de téléspectateurs, ont souvent compliqué les choses au lieu de les simplifier. Le public, et c'est tant mieux, n'est pas toujours là où on l'attend...Un exemple : Julie Lescaut (forcément une série-fleuve avec un nom pareil!). Le résultat des études indiquait en 1992 qu'elle était une mauvaise mère vu qu'elle garait sa voiture dans la rue le soir et non dans son garage, "ce qui sous-entendait qu'elle allait ressortir en laissant ses filles seules" (sic). TF1 en avait donc d'abord déduit que le public n'était pas prêt à accepter une femme-flic. On se souvient aussi de Un gars une fille, ce format court conçu pour des trentenaires supposés se reconnaître dans Chouchou et Loulou.

Les animaux tuent des humains

Or grossière erreur; les plus jeunes furent les premiers séduits par ces deux qui faisaient la paire et qui partageaient la même salle-de-bain. Suivirent les grands-parents ravis de regarder "avec leur descendance" Alexandra Lamy et Jean Dujardin. Pour les uns c'était une leçon de choses, pour les autres, un bon souvenir du passé, un passé désormais sans passif. Quant aux couples pour qui cette comédie avait été conçue, ils ne vinrent qu'après. Le public, répétons-le, fait donc ce qu'il veut. Sera-t-il massivement devant Zoo ce soir ? C'est "pas gagné". Zoo (qui ne se passe que très partiellement dans un zoo) raconte en effet la révolte d'animaux qui, brusquement, du plus sauvage au plus domestique, se mettent à tuer des humains... Qu'il s'agisse de chauve-souris près de Fukushima (vous me voyez venir), des lions d'un parc animalier de Los Angeles, de leurs cousins dans la savane, d'ours bruns en Allemagne, de "rhinoféroces" en Afrique, etc.

On en apprend beaucoup "au passage" sur les particularités de chaque espèce, mais l'enquête a beau être passionnante, c'est un vrai pari. Si vous n'aimez pas les animaux, vous ne regarderez évidemment pas; Si vous les aimez tout en étant "trouillard" (comme Karl Zéro terrifié par les pigeons), vous ne jouerez peut-être pas à vous faire peur sur TF1. Et même si vous adorez les animaux, vous serez peut-être de ceux qui accuseront le feuilleton de vouloir réveiller des peurs ancestrales. Difficile, dès lors, d'estimer le nombre d'"individus" qui auront choisi d'être "très bêtes" ce soir. Autant donner sa langue au chat. mais pas plus ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision TF1
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants