1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "Plus Belle la Vie, ne pas confondre boutade et ligne éditoriale !"
1 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "Plus Belle la Vie, ne pas confondre boutade et ligne éditoriale !"

ÉDITO - Outre le programme télé de ce jeudi 26 février, il est important de revenir sur la fausse polémique déclenchée par la série "Plus belle la vie" diffusée sur "France 3".

Dans "Plus belle la vie", deux professeurs plaisantent sur une sortie scolaire annulée dans les Ardennes
Dans "Plus belle la vie", deux professeurs plaisantent sur une sortie scolaire annulée dans les Ardennes
Crédit : France 3
À la télé ce soir du 26 février 2015
02:38
Isabelle Morini-Bosc

Il y a décidément des semaines où on se laisse distraire. Mon intention de départ était ainsi de convaincre les téléspectateurs de regarder ce soir sur Arte la série australienne The Code. Une série branchée... enfin, connectée puisque les ordinateurs y sont omniprésents, mais l'intrigue complexe sans être compliquée: plus l'atmosphère s'épaissit, plus le mystère s'éclaircit. Se clarifie.

Et puisqu'on en est à clarifier, il nous faut justement en rester là pour évoquer un fait d'actualité qui aurait dû occuper la page "humour" des magazine et non leur "coin polémique". L'Affaire, puisque "affaire" il y a, concerne une réplique de Plus belle la vie. Dans l'épisode du 12 février, une enseignante dit en effet à sa collègue à propos d'une sortie scolaire annulée dans les Ardennes: "C'est les élèves qui vont être contents. Les traîner à Charleville-Mézières en plein hiver, c'est de la maltraitance".

Ne pas confondre boutade et ligne éditoriale

Bigre ! Mais comment, dès lors, n'ai-je pas été choquée alors que j'aime éperdument les Ardennes, surtout en hiver ? Tout simplement parce que j'ai pris cette phrase pour ce qu'elle était : la réplique d'un personnage engageant sa seule responsabilité et ne traduisant bien évidemment pas l'opinion de la production ou du diffuseur.

Si on commence à confondre boutade et ligne éditoriale, on imagine la difficulté de faire des fictions montrant du doigt des individus doubles et troubles. On est donc en droit d’espérer que les habitants de Charleville-Mézières, ces Carolomacériens réagissant violemment, ont simplement saisi avec intelligence l'opportunité de faire parler d'eux. Si c'est une fausse indignation, je les salue bien bas. Si c'est une vraie, elle me fait penser à cette phrase du journaliste Ted Stanger à méditer d'urgence: "Le français voit des scandales partout, sauf là où il y en a". Pas mieux. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/