3 min de lecture Médias

Isabelle Morini-Bosc : "La radio filmée offre des 'moments de télévision'"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur la soirée électorale sur RTL et fait son mea culpa à la radio filmée.

Alba Ventura, Éric Zemmour et Nicolas Domenach dans le studio de RTL, au lendemain du 1er tour de l'élection présidentielle.
Alba Ventura, Éric Zemmour et Nicolas Domenach dans le studio de RTL, au lendemain du 1er tour de l'élection présidentielle. Crédit : Romain BOÉ / Sipa Press
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Parfois. J'ai donc changé d'avis sur la "radio filmée". Tous nos auditeurs savent évidemment qu'aujourd'hui, ils peuvent non seulement nous entendre mais également nous voir, le studio étant équipé de caméras. Que ce soit, comment dire, un plus voire une plus-value, c'est indéniable. Qu'elle me soit apparue immédiatement, ça l'est nettement moins. Il faut me comprendre : autrefois, lorsque nos auditeurs et nos interlocuteurs réguliers, comme les attachés de presse, agents, comédiens, journalistes ou nos confrères nous faisaient des commentaires concernant l'antenne, c'était sur le contenu. Maintenant, c'est sur nos tenues. 

Naguère encore, ils critiquaient, encensaient ou commentaient simplement "tel ou tel propos" ; aujourd'hui, ils nous interrogent le plus souvent sur la raison d'un sourire, d'une mimique, voire d'un regard échangé avec le "meneur de jeu et de tranche" Yves Calvi, par exemple. Et je ne vous parle pas du nombre de fois où il nous est dit "à qui as-tu fait un geste amical à travers la vitre du studio ? À Julien Courbet ? Au politique du jour venu répondre à Élizabeth Martichoux ? 

J'ai suivi toute notre soirée électorale brillamment menée par Marc-Olivier Fogiel.

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

Encore vous épargne-t-on là les remarques des copains, qui vous trouvent "une sale tronche"; à commencer par cet ami-flic qui m'avait envoyé un texto : "Quand je vois tes yeux fatigués, j'ai envie de leur dire : 'rendez-vous, vous êtes cernés.'" Et oui, nous sommes comme certaines photos, surexposés. Mais quoiqu'il en soit, la radio filmée, cela me paraissait, dans le meilleur des cas, à peu près aussi intéressant à suivre qu'un pêcheur en attente de touche quand rien ne mord. 

Mais ça, c'était "avant". Avant dimanche soir. J'ai en effet changé d'avis grâce à la soirée des élections. Et grâce à la SNCF, qui, pour cause de chamboulements sur la voie, m'a obligée à prendre si j'ose dire "le train en marche" de retour de province (de Montauban) en plein après-midi dominical. Ne pouvant "capter" aucune chaîne dans mon compartiment, je me suis "branchée", une fois assise, sur le direct vidéo de RTL. J'ai donc, malgré les "zones blanches", suivi toute notre soirée électorale brillamment menée par Marc-Olivier Fogiel, sans aucun cafouillage ni temps mort. Je n'ai rien loupé, ni les analyses des grandes voix politiques de la station, ni les reportages et compte-rendus de tous mes camarades, sans oublier Laurent Gerra aux alentours de 22h30. 

De vrais moments de télévision

À lire aussi
Solène Bernardin, Miss Franche-Comté 2019 Télévision
Miss France 2020 : qui est Solène Bernardin, élue Miss Franche-Comté 2019 ?

J'avoue avoir été doublement et heureusement surprise : d'abord par la netteté et l'intérêt de notre image, dans un décor forcément "minimaliste" qui présentait l'avantage de ne jamais "distraire l'attention". Ensuite par l'intérêt des expressions. Ce qui peut être un inconvénient chaque matin au quotidien devenait là un formidable atout : aucune mimique, aucune intensité (ou pas) dans les poignées de main des invités ne nous échappaient. Il était là, le "vrai plus" indispensable : à la télévision, les participants sont déjà installés quand la caméra s'attarde sur eux. 

À la radio dimanche, chaque arrivée, chaque départ, chaque échange étaient vus et devenaient ce qu'il est convenu d'appeler de "vrais moments de télévision". D'autant plus authentiques que dans ce cas précis, les "politiques" oubliaient, voire ignoraient la présence de cet "appareil-les-ayant-à-l’œil". Ils étaient donc plus naturels. Et c'était fascinant à observer. Qui regardait qui ? Qui faisait des messes basses avec qui ? On suivait les gestes autant que les discours. Sans aucun "train-train", si j'ose dire. J'ai en fait trouvé cette spéciale radio-télé tellement indispensable que ma décision est prise : les prochaines soirées d'élections, je les suivrai exclusivement sur RTL. Car la radio, dans les infos comme en médecine, ça s'impose !   

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Radio Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants