2 min de lecture Médias

Isabelle Morini-Bosc : "La langue française disparaît peu à peu"

ÉDITO - On le voit et le constate de plus en plus : l'orthographe, la grammaire et la syntaxe se perdent. C'est en somme une véritable disparition de patrimoine.

Isabelle Morini-Bosc : "La langue française disparait peu à peu"
Isabelle Morini-Bosc : "La langue française disparait peu à peu" Crédit : AFP
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Trop de trop, c'est trop. Marre de lire des communiqués et autres lettres de motivation contenant tellement de fautes d'orthographe et de syntaxe que chaque mail nécessite un décryptage tenant plus de la traduction de hiéroglyphes que du simple exercice de lecture. Lecture comprenant de surcroît un paquet de contre-sens issus de la méconnaissance des règles de grammaire les plus élémentaires (normalement apprises et acquises avant 14 ans). À moins qu'il s'agisse de textes codés et dans ce cas on renonce doublement, attendu que l'on n'a pas fait option DGSE ou CIA en faculté. 

C'est là que, lassée des courriers et courriels, j'allume la télé. Par devoir professionnel. Par goût personnel. Et sur quoi tombè-je ? L'Équipe 21 ! Glissons sur le fait que me retrouver devant une chaîne des sports est ma foi aussi rare que de surprendre des Anges de la télé-réalité le nez fourré dans un bouquin de grammaire. Et que vois-je ? Un jeu de culture sportive dans lequel s'illustre Florian Gazan, aussi brillant là que dans les Grosses Têtes. Sauf que, chambré pour sa réelle culture, il se voit retirer un point chaque fois qu'il emploie un mot jugé trop compliqué. Soit au total trois termes en moins, qui étaient naguère encore jugés usuels :  "inéluctable", "structurel", "taciturne". Si c'est pas un nivellement par le bas ça ?! 

Aussi chamboulée qu'une route sans platane, j'appelle Florian Gazan. Lequel m'explique qu'il s'agit en fait d'un gag destiné à taquiner les footballeurs, réputés plus doués pour brasser les dollars que les mots. Ah, va pour la vanne ! D'autant qu'elle me fournit un prétexte pour dénoncer et déplorer nos incroyables faiblesses de langage. L'exercice est facile mais citons, en interlude, cette bimbo de NRJ12  s'écriant récemment, "il faut que je me fais bien comprendre, je suis pas ressortie des dessous de la pluie" (traduction : je ne suis pas née de la dernière pluie). 

L'orthographe et la syntaxe se perdent

Bon, assez ri. Vu que c'est surtout navrant. Chaque mot ayant une histoire, c'est en effet plus qu'un langage qui disparaît peu-à-peu. C'est un patrimoine et une colonne vertébrale. Plus nous avons de mots pour élaborer nos pensées, plus nos pensées sont élaborées. Pourquoi d'ailleurs aimons-nous tant les tribuns de tous bords et de tous débords ?! Parce que nous en manquons. Mais, sans transition, il est maintenant temps de vous remercier infiniment pour les pépites que vous m'envoyez justement sur ce thème. Anne fait ainsi remarquer qu'il ne faut pas confondre : "Mais oui je suis sûr, Germaine" avec "Mais oui je suis sur Germaine" ! D'où l'importance d'un accent circonflexe ! 

À lire aussi
Laurent Fontaine et Pascal Bataille dans les locaux de RTL en 2020 Télévision
Bataille et Fontaine : brouillés pendant 2 ans, ils envisagent un retour à la télé

Grégoire, même thématique, rappelle lui qu'il est interdit de "se faire un petit jeune" alors qu'il est conseillé de "se faire un petit jeûne". Merci également d'avoir souligné l'importance des virgules. Rien à voir en effet entre "Si on mangeait les enfants ?" et "Si on mangeait, les enfants ?". Et terminons en citant l'un des premiers procès de presse. En inaugurant un "lycée de vraies jeunes filles", le président de la République s'était exclamé "Quand je vois l'essaim des jeunes filles" (pas folles les guêpes), expression devenue par écrit "Quand je vois les seins des jeunes filles". Dans le premier cas l'élu était un poète, dans le second un vicelard. Tiens donc...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Isabelle Morini-Bosc Télévision
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants