1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "La Cour des comptes reproche tout à France Télévisions"
3 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "La Cour des comptes reproche tout à France Télévisions"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur les avertissements de la Cour des comptes sur la situation financière du groupe télévisé public.

Delphine Ernotte, en mars 2015
Delphine Ernotte, en mars 2015
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Isabelle Morini-Bosc

"À moi comte deux mots". Ou plutôt, "À nos comptes, deux mots". Pourquoi cet emprunt de mauvais goût à la pièce de Molière Le Cid ? Pour parler du rapport que la Cour des Comptes vient de rendre sur France Télévisions, un dossier "fouillé" aussi joyeux que la lecture d'une feuille d'imposition. Difficile toutefois de ne pas évoquer l'état d'un groupe que nous finançons nous aussi via la redevance, dont nous regardons les programmes (moi en tous les cas). C'est en fait une "entreprise" étrange, où le PDG est choisi en fonction de critères qui ont peu à voir avec sa connaissance pratique (ou pas) du secteur. Et vu le peu de temps qu'il reste en place, il bénéficie ou pâtit des décisions de son prédécesseur, avant d'en lancer d'autres, dont bénéficiera ou pâtira son successeur ! 

Pierre Tchernia disait en ces temps reculés où les directeurs de la chaîne unique étaient plus nombreux que les téléspectateurs, "On nomme à la tête de la télévision un type qui se fiche du petit écran. Il commence par faire semblant d'aimer, il se met ensuite à s'intéresser un peu beaucoup à ce qu'il fait, puis passionnément; c'est à ce moment-là qu'on le remplace". France Télévisions, pour faire court, c'est aujourd'hui une société détenue à 100% par l'Etat, avec 5 chaînes nationales, 24 antennes régionales, 9 stations de télévision et de Radio-Outremer, hors filiales. Pour ceux qui collectionnent les chiffres comme d'autres les pots de chambre en faïence, ajoutons que cela représentait 9.932 emplois à plein temps fin 2015, dont 86% de permanents. Les fonds d'origine publique ? Près de 80% de ses ressources. 

Les objectifs de Delphine Ernotte

Sans disséquer ici un rapport étayé dont le seul résumé serait tout de même déjà aussi fastidieux que l'épilation du torse de Chabal poil par poil, disons que la Cour reproche à peu près tout au groupe de service public. Gestion "élastique", révolution numérique à l'arrêt, entreprise unique peu génératrice d'économies, hypertrophie de la masse salariale, synergies de chaînes inexistantes, etc etc etc. À charge pour la nouvelle patronne Delphine Ernotte de "mieux gérer l'entreprise et d'accélérer les réformes". "Il y a qu'à, faut qu'on", comme dit l'autre. Alors ? Alors évidemment qu'il y a de la gabegie, des petits arrangements entre amis qu'on n'a pas vus ou laissés faire, des "placards" plus dorés qu'à Versailles, des difficultés d'audience.

Mais l'État actionnaire exige une rigueur dont il se dispense, notamment avec le non-respect de ses engagements budgétaires. La baisse constante de sa dotation à l'audiovisuel public va priver le secteur de quelques 264 millions d'euros de ressources publiques en 2017. Quant à celle créée en 2009 pour aider France Télévisions à compenser la perte de recettes dues à l'arrêt de la pub après 20 heures, elle est passée de 420 millions d'euros en 2012 à 115 en 2014. Et cela n'est pas fini. Raison de plus, tempête la Cour pour, entre autres, diminuer une masse salariale réduite de 2,7% seulement entre 2009 et 2015 ! 

À lire aussi

Or, l'État n'avait-il pas à l'époque demandé à France Télévisions de transformer de nombreux CDD en CDI pour lutter contre la précarité de l'emploi ? C'est dire si l'on souhaite bon courage aux équipes de Delphine Ernotte, l'actuelle tenante du titre. Elles n'en manquent certes pas. Qu'elles méditent tout de même cette phrase du Prince Guillaume d'Orange Nassau "Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer". C'était vrai au XVIIe siècle, ça l'est toujours.     

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/