1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Isabelle Morini-Bosc : "Bolloré et Paolini savent faire passer leur humeur avec humour"
2 min de lecture

Isabelle Morini-Bosc : "Bolloré et Paolini savent faire passer leur humeur avec humour"

ÉDITO - Certains patrons de chaîne, comme ceux de TF1 et de Canal +, ont l'art de faire des boutades qui en disent souvent plus que des longs discours.

Vincent Bolloré
Vincent Bolloré
Crédit : AFP PHOTO / ERIC PIERMONT
Isabelle Morini-Bosc

Les formules, on le sait, sont à retenir en chimie. Il en existe aussi de très efficaces dans l'univers médiatique. Et autant il faut détester le buzz pour le buzz, autant on peut apprécier les boutades qui en disent souvent plus que de longs discours. Ceux qui ont été nourris à Guitry, Oscar Wilde, et à tout ce que l'histoire compte d'hommes d'esprit, traquent comme moi les tribuns capables d'ironie, cynique ou pas.

Contentons-nous aujourd'hui des patrons de chaînes. Champion toutes catégories, celui du groupe M6 Nicolas de Tavernost, qui a déjà l'air de dire quelque chose d'important même quand il ne dit encore rien, ou l'ex patron de TF1 Patrick Le Lay. Je me souviens d'une interview dans laquelle il niait avoir jamais parlé "du "temps de cerveau disponible à vendre à Coca-Cola". "Cela dit", avait-il ajouté après un temps de pause, "c'est pas con, j'aurais pu le dire". C'est également lui qui, exaspéré par le flingage en règle de TF1 par les Guignols de l'info appelant la Une "la boite à cons" dans les années 90, avait publiquement rétorqué : "Il vaut mieux être une boite à cons qu'une boite à coke". Allusion faite à la rumeur qui voulait que la chaîne cryptée était alors le premier employeur des dealers du Paris branché. Mais si, c'était drôle ! C'était certes la vérité d'un moment, mais c'était un moment de vérité !

Nonce Paolini et Vincent Bolloré font le show

J'ai également apprécié les récentes boutades de deux autres décideurs aujourd'hui patrons de chaînes. Le premier, c'est le (toujours) PDG de TF1 Nonce Paolini, qui tient doucement des propos forts. Au cours d'un déjeuner avec la presse médias le jeudi 12 novembre, il s'est ainsi étonné qu'on soit étonnés de sa volonté de s'associer à un autre groupe, Newen, "pour créer plus et mieux à l'international". Soupçonné d'être un "simple faiseur de fric", il a déclaré : "Si j'écoute les uns et les autres, c'est Buffalo Grill qu'on devrait racheter, et pas investir dans la création française". Là aussi, c'est drôle.

Mais celui qui a fait un vrai show une heure plus tôt, c'est Vincent Bolloré. Dans un Olympia privatisé, il avait décidé de se présenter lui même à ses troupes avant de les stimuler, des troupes à qui il a rappelé n'avoir jamais fait de plan social au cours de sa carrière. Mais plus encore que sa forme physique et le fait qu'il ait pris l'antenne avec 5 minutes d'avance sans note ni prompteur, c'est son humour (potache ou potassé, peu importe) qui a immédiatement secoué la salle mais là, de rire.

À lire aussi

Après avoir embrassé Maïtena Biraben, il a en effet déclaré en riant de toutes ses dents (sans oublier celle qu'il doit tout de même encore avoir contre deux ou trois d'entre nous) "je pense que vous avez entendu parler de moi". Puis il a enchaîné par cette phrase faisant référence aux articles de l'été dernier dans lesquels il n'avait pas bonne presse : "J'ai l'impression de me retrouver dans une série télé moyenne, avec un psychopathe (moi) qui tue plein de gens, surtout les meilleurs". Suivait un sketch de Catherine et Liliane, conçu pour l'occasion, dans lequel les deux péronnelles redoutaient d'être virées par un Bolloré tyran façon "voit tout, entend tout, fait tout filmer". Alors bienvenue au club : celui des PDG qui savent faire passer leur humeur avec de l'humour.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/