1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Google répond aux accusations des photos nues volées de Jennifer Lawrence
2 min de lecture

Google répond aux accusations des photos nues volées de Jennifer Lawrence

DÉCRYPTAGE - Google répond aux accusations d'un avocat qui poursuit la firme pour ne pas avoir réagi à la diffusion sur Internet des photos volées de célébrités nues.

L'actrice Jennifer Lawrence le 2 mars 2014
L'actrice Jennifer Lawrence le 2 mars 2014
Julie Michard
Julie Michard

Google sera t-il incriminé dans l'affaire du piratage des photos de célébrités nues ? C'est ce que pense Marty Singer, grand avocat des célébrités américaines, qui a décidé de poursuivre la firme américaine. Cette dernière réfute ces accusations.

Google réfute les accusations

Google a ainsi répondu aux accusations en précisant avoir bel et bien réagi à la suite de plusieurs demandes de retrait d'indexation des liens. "Nous avons supprimé des dizaines de milliers de photos - dans les heures qui ont suivi les demande - et nous avons fermé des centaines de comptes. Internet est utilisé pour beaucoup de bonnes choses. Voler des photos privées des gens n'est pas l'une d'elles", a déclaré la firme américaine. 

L'avocat avait en effet exigé que le moteur de recherche retire tous les liens et pages qui permettent de voir ces images. Dans le cas contraire, il demandera plus de 100 millions de dollars pour dommages et intérêts à Google. Ce juriste représente dans cette affaire une douzaine de célébrités qui ont été touchées par ce piratage, mais aucun nom n'est donné.

Une lettre dénonciatrice

Dans une lettre adressée à la société, Marty Singer dénonce l'inefficacité du moteur de recherche à désindexer les pages Internet qui répertoriaient les photos volées. Car si Google n'est pas responsable du piratage desdites photos, ces clichés ont été relayées grâce, entre autres, au référencement. 

À lire aussi

L'avocat reproche : "Nous écrivons au sujet du comportement méprisable et répréhensible de Google, non seulement pour ne pas avoir réagi rapidement et de manière responsable en retirant les images, mais aussi pour avoir facilité et permis la poursuite en connaissance de cause de ces actes illégaux".

Un bad buzz bénéfique à Google ?

Google aurait-elle cherché à profiter de ce buzz ? C'est en tout cas ce qu'affirme l'avocat en déclarant que le moteur de recherche "savait que les images publiées étaient des propriétés privées et confidentielles obtenues et postées en ligne illégalement par des prédateurs pervers qui ont violé les droits au respect de la vie privée des victimes", affirmant ainsi que la firme "gagne des millions de dollars et tire profit de la victimisation de femmes".

Google peut-il être poursuivi ?

Damien Bancal, journaliste spécialisé dans la délinquance informatique, déclare qu'un effet, l'avocat peut poursuivre le géant de l'Internet "puisqu'il sauvegarde et stocke les photos dans ses propres serveurs". Il précise par ailleurs que "Google n'a pas peur de bloquer le compte des sites web qui diffusent des photographies qui ne seraient pas dans la charte "de bonne conduite" du géant américain".

Google a t-il donc fait preuve de laxisme dans cette affaire ? Le petit-ami de Kate Upton, victime du piratage, s'est en effet vu refuser certaines demandes afin de retirer les liens des résultats de recherche, et cela sans donner d'explications.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/