1 min de lecture Geneviève de Fontenay

Geneviève de Fontenay : "J'ai bien fait de partir de Miss France"

Quelques jours après le concours Miss France, c'est au tour de Miss Prestige Nationale d'avoir lieu lundi 10 décembre au Lido à Paris. Geneviève de Fontenay sera l'invitée d'honneur de cette cérémonie. Sur RTL, elle revient sur son ancien rôle à la tête du comité Miss France où elle a succédé à son mari, Louis, en 1981. Est-ce que sa vie d'avant lui manque ? Quel regard porte-t-elle sur le concours Miss France actuel ? Compte-elle continuer dans cette voie ? Interrogée par Marc-Olivier Fogiel, Geneviève de Fontenay répond à toutes ces questions et réagit également à certains sujets d'actualité, comme le mariage pour tous, la situation pour les ouvriers d'ArcelorMittal de Florange ou encore l'affaire DSK.

Avez-vous regardé la cérémonie Miss France sur TF1 samedi soir ?

"Non. J'étais à Forges-les-Eaux (Seine-Maritime) où les jeunes filles ont fait leurs répétitions durant quatre jours. Il y avait une petite reception pour les clients de l'hôtel et le directeur m'avait demandé d'être la-bas. Donc j'ai fait un aller-retour à Forges pour être la-bas."

Avez-vous un pincement au coeur maintenant que l’organisation de Miss France existe sans vous ?

"Oui évidemment. D'ailleurs ce qui était amusant c'est qu'il y a eu un sondage cette semaine dans "Télé 2 semaines". 'Est-ce que Geneviève aurait pu continuer à présenter les Miss ?' Et 67% des gens ont répondu oui."

Mais vous. Est-ce qu'à 80 ans, en pensant à votre mari, vous vous dites qu'on vous a retiré ce qui était votre raison de vivre ?

"C'était un beau gâchis. Mais je vois la vie comme elle est. Et avec tout ce qui se passe en ce moment, il faut relativiser. On ne parle la que d'un concours de Miss. On ne va pas faire un drame pour un concours. La France vaut bien deux Miss. Le concours de Prestige National ce n'est pas Miss France, ce n'est pas le même titre, ça n'a rien à voir. C'est le prestige de la France et c'est aussi bien. D'ailleurs les gens ont adhéré. A BFMTV, ils ont fait le sondage 'Qui est pour vous la Miss 2012 ? Et les sondés ont répondu que c'était la Miss de Geneviève. Donc voila !"

Mais ce concours samedi était quand même assez magnifique. N'avez-vous pas peur de faire "cheap" à côté ?

"Non c'est au Lido. Il y a un couple de patineurs, il y a une personne qui fait un numero de diabolo formidable. Quand il y aura les passages en maillot de bain, il y aura les jets d'eau sur la scène. A Miss France on a jamais eu ça. et Christelle Roca, qui est la Miss Prestige 2012, va descendre du ciel dans un fauteuil. Elle n'a jamais fait ça Miss France. On inaugure."

Espérez-vous un jour récupérer Miss France ?


"Non pour moi c'est cassé, c'est fini. On ne recolle pas les morceaux comme ça. J'ai mon avenir derrière moi, à mon âge si ça continue comme ça quelques années, ce sera bien, pas besoin d'autre chose."

A 80 ans vous êtes toujours sur les routes de France, pour être invitée d'honneur de ce concours. C'est votre vie aujourd'hui?

"Ça remplace les médicaments et ça ne ruine pas la sécurité sociale (rires). Je ne vais pas attendre derrière les carreaux que je sois dans ma caisse toute raide. Je suis déjà en statut au musée Grévin, ça donne une idée de ce que je vais être."

Est-ce pour vous une façon de continuer ce que vous aviez entrepris avec votre mari Louis et une façon pour vous de penser à lui ?

"Pour les gens, j'ai préservé des valeurs que j'inculque à tous ceux autour de moi. Et les jeunes filles qui viennent dans ce concours le savent pertinemment. On leur propose si elles veulent aller sur TF1 pour faire Miss France. Elles répondent 'ah non non, quand on était petites on regardait Miss France et c'est vous qui étiez la. Maintenant vous faites autre chose, on vous suit'".

Quand vous voyez que parmi les concurrentes de Miss France cette année, trois avaient déjà posé de façon dénudé, ça vous inspire quoi ?

"No comment, j'ai bien fait de partir."

Êtes-vous sûre que chez vous ce soir (lundi) il n 'y a pas ce genre de problème ?

"On ne peut jamais savoir évidemment. Mais trois ça fait beaucoup quand même."

Vous parlez de la société qui a évolué. La société qui vraisemblablement, au 1er trimestre 2013, va adopter le mariage pour tous.

"Je suis contre."

Pourquoi êtes-vous contre ?

 
"Parce que le premier mariage, il date d'Adam et Eve. C'est à dire l'union d'un homme et d'une femme pour donner la vie. Les homos ne donneront jamais la vie. On n'est pas du tout homophobe au contraire, mais on devrait trouver un autre nom par exemple 'le pariage', ce serait pas mal ça."

Et l'homoparentalité ?

"Pareil. L'enfant a besoin d'être materné. La femme fait l'enfant en elle. Elle donne son sang. Elle donne tout. Un homme ne peut pas donner ça. Que de temps en temps ils s'occupent d'un enfant malheureux avec des parents, bien sûr. Il y a de grosses réactions sur ce sujet quand même, la loi n'est pas encore passée."

Autre sujet d'actualité, Florange. C'est votre coin Florange

"Je suis très motivée, Edouard Martin (syndicaliste CFDT du site), je le connais. Je suis de tout coeur avec eux. Et c'est comme ça que je combat, sur toutes les écharpes de Miss Prestige Nationale, j'ai mis la croix de Lorraine. C'est le symbole de la résistance."

Vous aviez soutenu Hollande aux élections et aujourd'hui vous soutenez plutôt Edouard Martin de la CGT qui s'oppose à Jean-Marc Ayrault.

"Oui, je suis en opposition. J'ai un gros problème avec la gauche cette année. Je fais parti des déçus."

Pourquoi ?


"Je ne comprends pas Hollande. Il fait un pas en avant, deux pas en arrière. D'abord j'avais été très impressionnée par sa photo officielle qui est complétement ratée. Je ne comprends pas comment on a laissé passer ça. Comment Raymond Depardon a pu faire un truc aussi moche. C'est un ratage complet. Je me suis dit que c'était un mauvais présage."

Valérie Trierweiler aurait-elle été une bonne Miss ?

"J'aurais fait le même Tweet qu'elle. C'est une jolie femme mais Hollande n'a eu que de belles femmes. C'est pour ça que je n'en voyais pas une à l'Assemblée Nationale et l'autre en bas. Ségolène Royale aurait dit 'bon bah tu fermes ta gueule, c'est moi qui suis au perchoir et toi tu restes en bas'. Ça prouve qu'elle (Trierweiler) est intelligente parce qu'elle s'est dit qu'elle allait être provoquée constamment. Et quand elle a lancé son Scud, ça a tout arrêté. J'aurais fait pareil."

Pour finir, quelle est votre réaction à l'affaire DSK ?


"C'est une triste histoire évidemment car on ne saura jamais ce qui s'est passé dans cette chambre. C'est triste car il aurait été élu président de la République s'il n'avait pas fait ses conneries. C'est incroyable qu'un type comme ça ait pu ne pas maîtriser ses pulsions. Moi il y a un grand professeur qui disait que dans un cas comme ça, le cerveau est complétement déconnecté, et quand il est la et qu'il fait ce qu'il fait, il ne se rappelle plus le lendemain de ce qu'il a fait."

Lire la suite
Geneviève de Fontenay Miss France Culture-loisirs
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants