7 min de lecture Johnny Hallyday

Décès de Johnny Hallyday : Laeticia Hallyday, la "gardienne du temple"

PORTRAIT - Laeticia Hallyday a joué un rôle déterminant dans la vie de la rock star, qu’elle a épousée en 1996. Épouse, mère de leurs deux filles adoptives, ex-mannequin engagée dans des combats humanitaires, elle a aussi été la directrice artistique sur les deux derniers albums de la star disparue et a énormément œuvré pour moderniser son image.

Johnny et Laeticia Hallyday, en juillet 2016 à Paris.

Vingt-deux ans que rien ne les avait séparés. Depuis l’annonce de la maladie qui a été fatale à Johnny, Laeticia Hallyday n’avait qu’un seul credo : "Fuck cancer". Elle, la femme de la légende du rock, la mère de deux de ses enfants, sa première conseillère, n'a pu qu'accepter la défaite après avoir remporté tant d’autres combats pour l’homme qu’elle a aimé depuis leur première rencontre à Miami. C’était en 1995.

Depuis, le couple Hallyday avait toujours fasciné, autant par l’amour et le soutien indéfectibles qu’ils avaient témoigné l’un envers l’autre pendant toutes ces années que par leur succès dans la gestion de la carrière de la star. Pourtant, il y a vingt ans, personne n’aurait pu croire que l’histoire de ce mariage allait être ainsi écrite.

Tout a commencé à Miami. Laeticia Boudou (son nom de jeune fille), élève à l’école française de la ville, n’a qu’une petite vingtaine d’années lorsqu’elle rencontre Johnny Hallyday, de 32 ans son aîné. C’est un ami de son père, André Boudou, le patron de l’Amnésia, club huppé de Miami. "Laeticia était une toute jeune fille aux petites boucles blondes, témoigne Frédéric Quinonero, écrivain et biographe, auteur de Johnny : la Vie de rock (L’Archipel), contacté par RTL.fr. Elle était assez timide, elle n'était pas du tout la Laeticia que l'on connaît aujourd’hui. Il y a eu une évolution très importante". Johnny, lui, à l’époque, se remet à peine de son mariage très mouvementé avec Adeline Blondieau, mais le courant passe bien avec la jeune Laeticia. Si bien qu’un an plus tard, en 1996, un certain Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly-sur-Seine, célèbre leur mariage. 

Mariage de Johnny et Laeticia Hallyday en 1996.

Elle a eu cette intelligence de l’accepter tel qu’il était

Frédéric Quinonero, biographe
Partager la citation

En demandant la main de Laeticia, l’idole des jeunes dit oui à une cinquième union. De Sylvie Vartan, avec qui il était tout de même resté quinze ans, à Nathalie Baye, en passant par Élisabeth Étienne et Adeline Blondieau, le taulier du rock n’avait jusqu’à alors jamais réussi à vivre un mariage heureux. "En vivant avec Johnny Hallyday, il fallait accepter ses travers. On sait que c'est quelqu'un qui était avant tout une rock star, qui vivait beaucoup entre ses copains et les motos. Il fallait arriver à faire sa place au milieu de tout ça, et surtout ne pas essayer, comme ont pu le faire les autres femmes de sa vie, de le changer, analyse Frédéric Quinonero. Elle l'a laissé vivre, elle a eu cette intelligence de l’accepter tel qu’il était, tout en apprenant à dompter ses démons". Le petit Jean-Philippe était en effet sorti de son enfance comme un oiseau blessé, effrayé par l’idée qu’il pourrait être laissé de côté. "Johnny a toujours vécu avec la phobie de l’abandon, poursuit le biographe. Ne pas avoir une vie de famille fixe dès le départ a été son gros problème, à tel point qu’il n’a jamais su en fonder une par la suite. Mais avec sa maturité et son âge, il était arrivé avec Laeticia à enfin obtenir ce qu'il cherchait, à créer cette vie de famille".

Si l’envie d’être mère n’a jamais quitté Laeticia, les multiples essais du couple se révèleront infructueux. La jeune femme, qui a subi plusieurs fausses couches, a été confrontée à la dure réalité de ne pas pouvoir avoir d’enfant. La décision d’adopter est très rapidement prise et c’est ainsi qu’ils deviennent finalement les heureux parents de Jade en novembre 2004 et de Joy, quatre ans plus tard. Mais Laeticia, qui s’était totalement investie dans l’éducation de Jade, avait délaissé Johnny : "Quand Jade est arrivée, j’ai oublié ma vie de femme pendant trois ans. Je ne faisais plus attention à moi et à mon mari. Il m’a trompée", confiait-elle à Paris Match en 2013.

Le couple ne sort que plus fort de cette épreuve. "Laeticia est une femme intelligente et intuitive qui sait ce qu’elle veut, décrit Frédéric Quinonero. Elle avait réussi à accepter le fait que Johnny l’ait trompée et à faire en sorte que ça ne se reproduise plus". Depuis, le couple n’avait cessé de marcher main dans la main, apparaissant toujours très soudé, comme prêt à affronter cette ultime décennie.

Je lui dois la vie

Johnny Hallyday à propos de Laeticia, en 2010
Partager la citation

L’année 2009 marque un tournant dans la vie du couple. Alors que le monstre sacré du rock enchaînait les dates dans le cadre de sa gigantesque tournée Tour 66, il est rattrapé par de gros soucis de santé. Une vingtaine de dates sont annulées. Dès lors, Laeticia n’a plus jamais cessé de s’investir dans la carrière de son époux. "Au départ, c’était la jeune femme effacée qui ne parlait pas beaucoup. Elle s’occupait de refaire la décoration dans les maisons, de faire la cuisine, elle était la maîtresse de maison, raconte Frédéric Quinonero. Et petit à petit, elle a pris une place plus importante. Elle est passée du rôle d’épouse et de mère de famille à cette femme responsable de l’image de Johnny Hallyday et de sa communication. Elle était devenue la gardienne du temple".

Au moindre pépin concernant Johnny, Laeticia est celle qui communique, celle qui informe, tempère et rassure les fans. Via son compte sur Instagram, qui comptait 100.000 abonnés de plus que celui de la star avant sa mort, elle avait trouvé le parfait moyen de donner des nouvelles de Johnny, tout en étant l’interlocutrice directe de cette immense communauté.

Mais Laeticia était aussi devenue la première conseillère en image de l’icône internationale. Elle a pris la direction artistique de ses deux derniers albums et n’a pas non plus manqué d’opérer un assainissement dans l’entourage du chanteur. "Je lui dois la vie, elle me rassure, c'est ma dernière femme", avait tendrement confié le chanteur au Journal du Dimanche, près d’un an après être sorti du coma fin 2009. "À partir de ce moment-là, Laeticia a pris une place primordiale dans sa carrière, assure Frédéric Quinonero. Elle le suivait partout en tournée aux quatre coins du monde, elle a imposé un entourage nouveau et plus jeune autour de lui. Elle s’occupait de ses costumes en cherchant des stylistes très branchés et novateurs. Il fallait absolument donner un coup de jeune à la carrière de Johnny". Avec quel résultat ? "Son image s’est modernisée, estime le biographe. Laeticia a réussi à obtenir des articles intéressants dans la presse, mais il continuait toujours, malgré lui, à alimenter les magazine people, et certains trouvaient qu’elle était un peu envahissante, qu’elle le sortait à tort de cette image de rockeur rebelle, de ce qui avait fait sa gloire".

La dernière femme de sa vie

Au-delà de cette omniprésence au cours des dernières années dans la carrière de Johnny, Laeticia est restée, et elle restera, celle avec qui l’idole des jeunes est parvenue à se stabiliser et construire un cocon familial, celle qui l’a protégé des autres mais aussi et surtout de lui-même. "La famille que je n'ai jamais réussi à construire, Laeticia me l'a donnée (...) Mes deux petites filles m'ont apporté une certaine sagesse. J'ai arrêté la drogue, je veux voir la suite", avait confié Johnny au JDD en 2010. L'enfant terrible du rock avait manifestement lui-même analysé combien sa rencontre avec Laeticia a été essentielle pour son équilibre. "Elle avait fini par exorciser les démons de Johnny liés à son enfance, assure Frédéric Quinonero. Elle avait même recueilli sa propre mère chez eux, et c’est à ce moment-là qu’il avait enfin pu faire la paix avec elle, l'appeler 'maman', ce qu'il n'avait jamais fait jusqu’à alors".

Dans leur mariage, Laeticia était devenue une mère accomplie, une femme engagée dans l’humanitaire, au sein de l’UNICEF et au travers de l’association "La Bonne Étoile", qu’elle a fondée en 2012. Mais elle était surtout devenue une épouse protectrice et structurante. En 2016, dans ce qui s’inscrit comme leur dernière apparition ensemble au cinéma, les Hallyday s’étaient amusés à tourner leur couple en dérision dans le film de Guillaume Canet, Rock'n Roll. On découvrait alors le couple dans sa villa de l’ouest parisien, à Marnes-la-Coquette (Hauts-de-Seine), avec une Laeticia qui planquait les bouteilles d’alcool et qui s’assurait que son mari ne touche plus une seule cigarette.

"Rock'n Roll" - Extrait : Johnny et Laeticia Hallyday

Avec du recul, cette femme bienveillante et protectrice incarnée par Laeticia à l'écran n’était pas si éloignée de la réalité. "Elle a toujours voulu le protéger, corrobore Frédéric Quinonero. Elle s'est tellement occupée de son père quand elle était beaucoup plus jeune pour le sortir d'une situation très difficile qu'elle a pu projeter cela sur Johnny Hallyday, qui était un homme avec une différence d'âge très importante. On peut faire un lien entre les deux". 

Mais le couple semblait avoir trouvé dans ce rapport d’entraide un équilibre. "Mon mari m’a sauvée", assurait Laeticia à Match en 2013, dans un entretien où elle était revenue sur sa jeunesse et l’importance de sa rencontre avec Johnny. "Je reviens de loin", avait-elle expliqué, en référence à son anorexie qui aurait pu la conduire à commettre l'irréparable. Laeticia Hallyday avait trouvé dans la légende du rock un véritable repère qui a donné un sens à sa vie, et Johnny celle qui l’a remis à flot, celle qui l’a compris et écouté jusqu’à son dernier souffle. La dernière femme de sa vie. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés