2 min de lecture Médias

"On ne peut pas interdire Paris Première (...) pour préserver Nabilla", dit Nicolas de Tavernost

INVITÉ RTL - Nicolas de Tavernost est déterminé à "se battre" pour faire vivre la chaîne Paris Première, malgré l'interdiction du passage à la TNT gratuite décidé le 29 juillet par le CSA.

Nicolas de Tavernost, invité de RTL, mercredi 30 juillet 2014
Nicolas de Tavernost, invité de RTL, mercredi 30 juillet 2014 Crédit : Charlotte Haas / RTL.fr
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Journaliste RTL

Nicolas de Tavernost, président du directoire de la chaîne M6, juge "mal venue" la décision du CSA de refuser la gratuité de sa chaîne Paris Première. Il dénonce "une erreur".

"Paris Première a une spécificité dans l'offre actuelle. Elle a des programmes qui ne gênent personne et pourtant elle n'a pas été autorisée à être diffusée au plus grand nombre. C'est une erreur, alors que le CSA doit défendre des principes d'ouverture et de développement du paysage culturel français. Nous entendons nous battre", assure Nicolas de Tavernost.

Interdire Paris Première pour "protéger 'Mon curé chez les nudistes'"

Il critique le CSA qui a motivé sa décision en assurant vouloir défendre les chaînes et les programmes de la TNT gratuite et stabiliser le paysage audiovisuel français. "On dit qu'on va faire de l'ombre à D8. Hier soir sur D8, c'était Mon curé chez les nudistes, suivi de Mon curé chez les Thaïlandaises !", dénonce Nicolas de Tavernost. 

"Je veux bien que le principe actif de NRJ12, ce soit Nabilla, mais que le CSA dise que c'est très dangereux de déstabiliser Nabilla... ! On ne peut pas refuser que les gens aient le choix", assène-t-il encore.

Paris Première pas encore enterrée

À lire aussi
Le Disney Store à New York médias
Disney+ : le service de streaming commencera son déploiement en novembre

Tout n'est pas encore fini pour Paris Première, assure Nicolas de Tavernost : "Cela fait 28 ans que nous nous sommes battus pour que cette chaîne existe. (...) On fait beaucoup d'effort et on vendra chèrement notre peau. On va voir nos distributeurs, dont Canal+, pour leur demander s'ils veulent continuer à donner de l'argent pour qu'elle existe. Sinon, nous ferons un recours contre la décision du CSA".

"Au nom de quoi le CSA condamnerait des chaînes comme Paris Première pour en sauver d'autres ? L'équilibre ce n'est pas de dire 'je fossilise l'état actuel du paysage audiovisuel', critique Nicolas de Tavernost, qui répète que "la décision du CSA est insuffisamment motivée".

>
"On ne peut pas interdire Paris Première (...) pour préserver Nabilla", déplore Nicolas de Tavernost Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias CSA Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7773494098
"On ne peut pas interdire Paris Première (...) pour préserver Nabilla", dit Nicolas de Tavernost
"On ne peut pas interdire Paris Première (...) pour préserver Nabilla", dit Nicolas de Tavernost
INVITÉ RTL - Nicolas de Tavernost est déterminé à "se battre" pour faire vivre la chaîne Paris Première, malgré l'interdiction du passage à la TNT gratuite décidé le 29 juillet par le CSA.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/csa-on-ne-peut-pas-interdire-paris-premiere-pour-preserver-nabilla-dit-nicolas-de-tavernost-7773494098
2014-07-30 09:33:36
https://cdn-media.rtl.fr/cache/BsPFYISNULMHMcSyUoKL-Q/330v220-2/online/image/2014/0730/7773494145_nicolas-de-tavernost.jpg