4 min de lecture Télévision

Conflit entre TF1 et Canal+ : "une bataille navale, qui a fait des vagues"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur le conflit qui a opposé Canal et TF1, une affaire pleine de rebondissements. La journaliste de RTL explique les positions de chacun et raconte l'intervention du CSA et du ministère de la Culture.

L'opérateur Orange ne propose plus les services de replay de TF1, faute d'accord.
L'opérateur Orange ne propose plus les services de replay de TF1, faute d'accord. Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Dites donc, quelles journées pleines de rebondissements et riches d'enseignements à bien des égards. Même si, des "égards", il n'y en pas eu beaucoup entre les différents acteurs du psychodrame qui nous a occupé toute la semaine dernière ! J'avais ainsi commencé le mercredi 7 mars un billet sur le "choc-des-titans", autrement dit sur le bras de fer qui a violemment opposé Canal+ à TF1. Puis TF1 à tous les opérateurs du secteur. 

Mais les rebondissements façon ricochets ont été si rapides et si nombreux que j'ai dû laisser "infuser" cet édito, "sitôt rédigé sitôt périmé" !. Chaque jour qui passait modifiait en effet la donne : d'abord dans le sens du pire (la menace de Free, puis d'Orange, d'imiter Canal+ et donc de refuser elles aussi de payer très cher pour distribuer les chaînes de La 1, disponibles gratuitement sur la TNT). Ensuite, dès le jeudi suivant, dans le sens du mieux, avec notamment vendredi le "vrai" geste du PDG du groupe Canal, permettant à tous les Français de suivre le concert des Enfoirés sur TF1.

Et le lendemain, sa décision d'un retour à la norme et à la normale : c'était dit, c'était promis, le groupe Canal allait de nouveau distribuer (par Canalsat, l'Adsl et les box) les émissions de TF1, TFX, TF1 Films Séries, LCI, et tutti quanti. Même relatif apaisement chez les autres opérateurs. 

À lire aussi
Kylian Mbappé avait sauvé les bleus lors du match France-Islande médias
Programme TV : ce soir, le match de Ligue des Nations, France-Allemagne sur M6

Un scénario à suspense

Bon, tout n'était pas complètement "ajusté" côté "gros sous". Les bons comptes, pas vrai. Disons que le pire a été évité, notamment pour le téléspectateur. À bien y réfléchir d'ailleurs, quel scénario "à suspense", cette guerre en plusieurs épisodes, racontée du début des hostilités jusqu'à la paix des braves raisonnée et raisonnable. 

Sans oublier bien sûr le "pic", ce moment où le groupe Canal a coupé l'antenne en pleine rediffusion de Section de Recherches : le public a eu beau chercher la section, c'était fini. À en croire plusieurs sondages internes, c'est d'ailleurs TF1 que les téléspectateurs ont rendu responsable de ce blocus. "C'est normal que TF1 cherche de nouveaux revenus comme des chercheurs d'or cherchaient des pépites, m'a dit l'un d'eux, mais pas en exigeant des opérateurs plus de 20 millions d'euros alors qu'ils versaient jusque-là moins de 3 millions pour les 'services'. C'est immoral".

Et c'est presque une "parabole", mais comme ce ne serait pas très catholique de mêler médias et religion, contentons-nous d'apporter quelques précisions sur ces journées entre coups d'état et coups d'éclat. Les téléspectateurs ont en fait été au cœur d'une sorte de bataille navale, qui bien sûr a fait des vagues. 

Un "modèle" économique fragile

Et qui a également eu le mérite de m'ouvrir les yeux. Autant l'avouer, j'ai été jusqu'au premier mars une "neuneu extatique", une sorte de "ravie de la crèche" : ravie d'avoir de l'électricité en appuyant sur un bouton, d'avoir de l'eau en ouvrant un robinet, d'avoir des images en allumant le poste. J'ai ainsi redécouvert que j'avais une antenne-râteau. Seul râteau que, soit dit au passage, je ne déplore pas ! 

C'est vrai que je m'intéresse à la technologie comme je m'intéressais à la sidérurgie japonaise du 19ème siècle en classe de terminale : pour être bien notée le jour de l'interro ! Il aura fallu l'arrêt brutal du signal pour que je mesure la fragilité de notre "modèle" économique, si tant est qu'il s'agisse d'un modèle ! Il était en revanche immédiatement évident que dans cette histoire de bouquets, personne ne se ferait de fleurs ! 

Que 5 millions de personnes allaient être furieuses d'être prises en otage. Côté audiences, on voulait voir, cela a été vite vu : chute des parts de marché de la première chaîne (sauf via les smartphones). Et côté public, "colère noire" des zones blanches. D'où l'intervention du CSA et du ministère de la Culture : il a rappelé le "contrat moral" avec l'état. 

Après la pluie, le beau temps

L'embellie a suivi, et il en va de l'évolution médiatique comme du temps : on peut espérer une accalmie durable pour les 5 millions d'abonnés du groupe Canal, les 6,9 millions d'Orange, les 6 millions de Free. Free qui avait tout compris en menaçant également d'"entrer dans la danse pour tout faire valser". Conclusion ? TF1 ne gagnera pas 100, mais plutôt 40 millions d'euros, ce qui, par ces temps qui courent de travers, n'est pas si mal. 

Les opérateurs "casqueront" certes, mais exclusivement pour la VOD, le replay et les nouveaux services. Et dans ce cas précis, "quand c'est moins c'est mieux". Orange - il a "topé" le premier - paiera par exemple moins de 13 millions d'euros au lieu des 25 initialement exigés. Et vous savez quoi ? Puisque chacun a mis un peu d'eau dans son vin, tous trinqueront moins ! Et bien justement, trinquons maintenant ! 


La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Médias Edito
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792612988
Conflit entre TF1 et Canal+ : "une bataille navale, qui a fait des vagues"
Conflit entre TF1 et Canal+ : "une bataille navale, qui a fait des vagues"
ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur le conflit qui a opposé Canal et TF1, une affaire pleine de rebondissements. La journaliste de RTL explique les positions de chacun et raconte l'intervention du CSA et du ministère de la Culture.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/conflit-entre-canal-et-tf1-une-bataille-navale-qui-a-fait-des-vagues-7792612988
2018-03-13 20:54:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Iop-4CCSnsBs8eCwtXJk5w/330v220-2/online/image/2018/0203/7792115116_l-operateur-orange-ne-propose-plus-les-services-de-replay-de-tf1-faute-d-accord.jpg