3 min de lecture Médias

"Ce petit geste qui fait de vous un gros con" : superbe campagne des pompiers de l'Hérault

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient sur un reportage de France 2 diffusé il y a plus de vingt ans, qui alertait des dangers des cigarettes jetées dans la nature, ainsi que sur la récente campagne des pompiers de l'Hérault.

Des mégots de cigarette (Illustration)
Des mégots de cigarette (Illustration) Crédit : SIPA
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Un résidu tombe sur la grand-route, quasiment impossible à voir entre les voitures qui roulent dans les deux sens, l'aspirent, le rejettent, le roulent, le tourneboulent. La scène ne manque pas de souffle, un souffle qui finit justement par rejeter le petit déchet sur le bas côté, dans une herbe encore verte. Mais qu'est-ce donc, ce petit rien qui, malgré les dizaines de bagnoles l'ayant drossé en quelques minutes, s'obstine à survivre ? 

Comme s'il avait réussi un coup fumant. À bien y réfléchir, "fumant" est exactement le terme. Car cette chose que la caméra révèle ensuite en gros plan, c'est en fait un mégot. Un mégot récemment jeté par la portière, seule preuve qu'une cigarette vient de partir en fumée.

C'est l'herbe qui aurait hélas pu partir en fumée. C'est d'ailleurs très exactement ce que voulait prouver ce reportage que j'avais gardé en mémoire et qui a été diffusé il y a plus de 20 ans sur France 2. 

Un reportage dénonçant les "lâchers de mégots"

Il s'agissait de montrer la durée de vie d'une braise passée sous de nombreux pneus. Malgré les courants d'air provoqués par la vitesse des véhicules, elle parvenait à rester incandescente. Donc dangereuse. Car si l'herbe dans laquelle elle avait atterri n'avait pas pris feu, c'est uniquement parce que l'humidité de ce début de printemps ne le permettait pas. Trois mois plus tard, c'eût été l'embrasement

À lire aussi
On n'est pas couché (illustration) Télévision
"On n'est pas couché" : Philippe Manoeuvre, Waly Dia... les invités du 15 janvier

Elle avait d'ailleurs, si on ose dire, chauffé les esprits, cette enquête concise, précise, instructive. Révélatrice de la sottise de nombreux usagers. De leur inconscience aussi. "C'est vrai que je jette le bout de mon cigarillo par la fenêtre de ma Fiat", avait ainsi témoigné une étudiante à qui le reporter montrait ces images, "mais quand je descends dans le midi, je m'en abstiens dès que j'ai passé Lyon". Ben voyons ! C'était un flagrant délit de déni vu que, un peu plus tard, on la voyait se débarrasser à Nice d'une Marlboro mi-consumée, mi-consommée. 

La bêtise est condamnable quand elle conduit aux désastres environnementaux.

Isabelle-Morini-Bosc
Partager la citation

Le problème des feux de végétations se posait pourtant déjà de façon évidente dans ces années-là. Depuis quand se pose-t-il et s'impose-t-il d'ailleurs vraiment ? Depuis que nous considérons la nature comme un décor de luxe géant, celui de nos loisirs ; un décor dont chacun peut disposer comme bon lui semble. Des milliers d'hectares en ont déjà payé le prix. "C'est moche, ces mégots !", constatait un autre témoin dans cette enquête marquante. C'est peu de le dire ! 

Et tout bien pesé non, ce n'est pas moche : c'est aberrant, atterrant, poignant, choquant, sidérant et pour tout dire criminel. Oui, osons le dire, la bêtise est aussi condamnable que la malveillance quand elle conduit aux mêmes désastres environnementaux, aux mêmes destructions massives, trop massivement admises. C'est dire si je les ai compris, ces pompiers de l'Hérault qui viennent de dénoncer sur Internet le je-m'en-foutisme des fumeurs inconséquents provoquant des sinistres. 

Une initiative prise par les pompiers de l'Hérault

Et sinistre, la situation l'est vraiment ! Qu'ont-ils fait, ces professionnels du feu ? Ils ont partagé sur leur page Facebook une image dénonçant ces lâchers de mégots comme il y a des lâchers de barrage, avec un message d'accompagnement on ne peut plus clair : "Ce petit geste qui fait de vous un gros con". On peut remercier les chaines d'avoir relayé la photo et son commentaire, permettant ainsi à ceux qui négligent Facebook de faire tout de même "passer le message". 

Et comme c'est mieux de s'enflammer plutôt que d'incendier la forêt, on se fait à notre tour l'écho de cette campagne dont les pompiers semblent presque s'excuser, tant ils n'aiment pas se mettre en avant. On pourrait même presque aller plus loin, et muscler ce slogan, en écrivant par exemple "ce petit geste qui fait de vous un salaud". 

Mais il paraît que "gros con", c'est aujourd'hui le summum de l'insulte humiliante alors, va pour "gros con". L'important, c'est que ça leur fasse une douche froide, aux inconscients. Car la douche froide, on le sait, il n'y a rien de tel pour rafraîchir les idées, et aussi éteindre les incendies.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Télévision Incendie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants