3 min de lecture Arcade Fire

Arcade Fire fait son carnaval au Pavillon Baltard

Le groupe canadien était de passage hier à Nogent-sur-Marne pour jouer son dernier album, "Reflektor", sorti en octobre. Une soirée irrésistiblement dansante, riche en couleurs et en boules à facettes.

Win Butler, le chanteur du groupe Arcade Fire, au Pavillon Baltard, vendredi 22 novembre 2013
Win Butler, le chanteur du groupe Arcade Fire, au Pavillon Baltard, vendredi 22 novembre 2013 Crédit : Damien Rigondeaud / RTL.fr
Assma Maad

Vendredi soir, la file d'attente devant le Pavillon Baltard a offert un spectacle inédit. Masques vénitiens, sombreros et perruques colorées ornaient les visages et têtes de nombreux mélomanes, venus spécialement à Nogent-sur-Marne pour assister au concert de The Reflektors.

C'était carnaval au Pavillon Baltard, pour le concert d'Arcade Fire
C'était carnaval au Pavillon Baltard, pour le concert d'Arcade Fire Crédit : Damien Rigondeaud / RTL.fr

Parmi la foule, le froid a rapidement laissé place à l'excitation. Car derrière ce nom se cache en réalité le groupe canadien Arcade Fire, l'une des formations rock les plus excitantes et créatives de cette dernière décennie.

Trois ans après le succès critique et populaire de leur précédent album, The Suburbs, c'est donc sous la verrière de Baltard qu'Arcade Fire est venu présenter son dernier disque, Reflektor, paru le 28 octobre dernier. Dans la salle, c'est un véritable carnaval qui a pris forme au rythme des arrivées des 2.000 spectateurs, dont les premiers ont été accueilli au son de quelques mariachis. Confettis, guirlandes, boules à facettes… Arcade Fire a organisé une grande fête, lors de laquelle ses convives ont été invités à se déguiser.

Sarah Neufeld du groupe Arcade Fire, au Pavillon Baltard, le 22 novembre 2013
Sarah Neufeld du groupe Arcade Fire, au Pavillon Baltard, le 22 novembre 2013 Crédit : Damien Rigondeaud / RTL.fr

Rythmes africains

Le concert démarre tôt, aux alentours de 20h30, avec le titre It's never over (Oh Orpheus) issu de l'album Reflektor. Dans un mouvement précipité, la foule s'avance aux devants de la scène pour apercevoir le groupe au plus près. La scène, elle, est densément peuplée par une dizaine de musiciens. Avec notamment trois d'entre eux originaires d’Haïti aux tambours, frappant à la force de leurs poignets ces grandes percussions dans lesquelles le groupe a puisé pour nourrir Reflektor de rythmes africains.

À lire aussi
Emma Stone Emma Stone
VIDÉO - Emma Stone déjantée dans le clip "Anna" de William Butler, d'Arcade Fire

Le concert ne laisse que très peu de répit aux pieds des uns et des autres. Grâce a des titres comme Here comes the night time ou Afterlife, le Pavillon Baltard raisonne au son de l'Afrique dans une énergie collective fascinante.

Le public trouve en cette musique une force, capable de ne laisser aucun des spectateurs présents insensible. À l'instar du groupe, qui a trouvé en Haïti une force de création pour son nouvel opus. Un pays dont l'une des membres du groupe, Régine Chassagne, est originaire.

Win Butler, en communion avec le public du Pavillon Baltard
Win Butler, en communion avec le public du Pavillon Baltard Crédit : Damien Rigondeaud / RTL.fr

Un set d'une puissance folle

"Je suis désolé de ne pas parler très bien français", lance alors le leader Win Butler. "Mais je viens d'avoir un bébé, et je veux qu'il apprenne le français", ajoute-t-il après avoir lancé un regard complice à sa compagne, Chassagne. Une sortie bien sérieuse, en comparaison de ses autres prises de paroles plus délurées.

Vêtu d'une veste tout droit venue de Graceland, le chanteur et guitariste du groupe en impose et impressionne - il mesure plus d'1m90. S'il frôle parfois le kitsch d'un point de vue vestimentaire et capillaire, le gaillard conduit la formation tel un chef d'orchestre. Sans pour autant faire de l'ombre à ses camarades qui, aux tambours, au violon ou à la batterie fournissent un set d'une énergie et d'une puissance folle.

Richard Reed Parry, guitariste du groupe Arcade Fire, au Pavillon Baltard, le vendredi 22 novembre 2013
Richard Reed Parry, guitariste du groupe Arcade Fire, au Pavillon Baltard, le vendredi 22 novembre 2013 Crédit : Damien Rigondeaud / RTL.fr

Confettis, têtes en cartons gigantesques, Arcade Fire a mené son carnaval avec brio pendant 14 (trop courtes) chansons. C'est sur le formidable et fédérateur Wake Up (dont certains entonneront encore le refrain dans les couloirs du RER au retour), que le concert s'est achevé. Les spectateurs ont à peine eu le temps de saluer le groupe et de retirer leurs masques qu'une playlist a démarré et prolongé la danse dans un Pavillon Baltard alors transformé en discothèque. Jubilatoire.

Setlist :
1. It's never over (Oh Orpheus)
2. Power out
3. Flashbulb Eyes
4. Joan Of Arc
5. You already know
6. We exist
7. Afterlife
8. Sprawl II
9. Haiti
10. Normal person
11. I'm so bored with the USA (reprise The Clash)
12. Here comes the night time
13. Reflektor
14. Wake up

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Arcade Fire Culture-loisirs Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants