1 min de lecture People

Accusé de viols, Bill Cosby contre-attaque

Selon l'avocate de la star américaine, ce dernier n'a pas drogué et violé Andrea Constand, il a simplement admis "avoir introduit le Quaalude dans leur vie sexuelles consensuelle".

Bill Cosby le 15 mai 2015.
Bill Cosby le 15 mai 2015. Crédit : David A. Smith / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Pris depuis plusieurs mois dans une affaire d'agressions sexuelles, pas moins de trente femme ayant témoigné sur des faits remontant jusqu'aux années 1960, Bill Cosby a répliqué. La star américaine s'en prend par ailleurs aux médias, qui auraient selon lui mal interprété une déposition qu'il a fait en 2005 et qui a fuité début juillet.

Le New York Times a obtenu la semaine dernière des transcriptions de la déposition de l'acteur faite il y a dix ans, dans le cadre d'une plainte d'une ancienne employée de la Temple University, Andrea Constand, qui l'accuse de l'avoir droguée et d'avoir abusé d'elle. L'affaire a par la suite fait l'objet d'un accord à l'amiable avec Bill Cosby, dont les termes sont restés secret. Dans le document Il nie l'avoir violé, mais admet lui avoir donné un puissant sédatif à au moins une jeune femme afin d'avoir des relations sexuelles.

Une vie sexuelle décomplexée

"En lisant les articles dans les médias, on pourrait conclure que (Bill Cosby) a reconnu le viol" estime son avocate Monique Pressley. "Et pourtant (il) n'a rien admis d'autre qu'être l'une des nombreuses personnes qui ont introduit le Quaalude dans leur vie sexuelle consensuelle dans les années 1970", ajoute-t-elle dans un document déposé dans un tribunal de Pennsylvanie (est) mardi 21 juillet. Cette déposition suggère qu'il aurait également offert des sédatifs et payé d'autres femmes avec lesquelles il avait eu des relations intimes.

"Bill Cosby a nié les accusations qui ont été portées à ce stade", a expliqué mercredi sur la chaîne ABC l'avocate de l'acteur, resté muet depuis le début de l'affaire. "Le bruit ou le nombre des personnes qui disent une chose ne rendent pas cette dernière vraie" pour autant, a-t-elle plaidé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
People États-Unis Viol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants